undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici nav_WSHT16 Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
16
4,4 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:7,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

J'ai lu et relu la cité et les astres plusieurs fois, le personnage d'Alvin est attachant, et le compagnon qu'il trouve en chemin est une trouvaille géniale, on en voudrait un comme ça rien que pour soi. L'histoire n'est pas tout-à-fait nouvelle, mais elle marche toujours, un jeune homme se sent différent des autres, il est Unique, il veut sortir de sa Cité pour aller explorer le monde alors que c'est interdit, la nature est considérée comme hostile et "rien" n'existe au-dehors. Alvin fera tout pour s'échapper, et vous l'accompagnerez dans son voyage avec un plaisir fou !
La Cité et les Astres est sans conteste mon Arthur C. Clarke préféré, devant les Enfants d'Icare et Rendez-vous avec Rama, géniaux aussi !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2012
Un grand livre de science fiction d'une etonante portee philosophique.
Beaucoup de questions par l'auteur et beaucoup de reponses possibles.

L'histoire peut peut-etre etre difficile a suivre mais on s'y retrouve a la fin.
J'ai trouve le dernier tier du livre grandiose.

La grande question que je me suis pose est "Ou allons nous?" Quel genre de civilisation allons nous developper?
Des prospections de vies infinies? Un savoir infini? Une societe parfaite? Tous ces sujets sont abordes dans le livre.

A lire pour tout amoureux de science fiction et de philosophie
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2002
Aussi beau et lyrique qu'un autre grand classique qui a marqué la SF (à savoir les Chroniques Martiennes), on se laisse emporter, envoûter par le récit des aventures d'Alvin, nouvel Ulysse que la curiosité emporte par-delà les murs de sa cité et jusqu'aux confins de la galaxie. Et de page en page, on se surprend à réfléchir sur des sujets qui nous touchent encore aujourd'hui. Diaspar ou Lys ne sont-elles pas, par exemple, le reflet des villes de demain ? Et Shalmirane qui résonne comme Camelot ? D'ailleurs, d'autres auteurs ne s'y sont pas trompés, qui ont donné à leurs héros le nom d'Alvin (je pense à Ayerdhal et David Brin)
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est un des romans de l'auteur qui traverse le mieux les ravages du temps ..
Une planète ravagée .. une cité survivante ..
Un personnage principal qui va réfléchir et contribuer à commencer de changer son univers avenant ..

Le personnage d'Alvin est singulièrement singulier et il y a des raisons à cela ..
C'est un texte solide bien écrit et très agréable à lire ...

L'intrigue se déroule tranquillement mais surement ...
Elle est d'ailleurs bien pensée et c'est une véritable exploration où la quête du personnage principal pose des questions intéressantes qui nous concernent .. :

Le paradis est-il un paradis ?
Le mouvement ... la curiosité ... peuvent -ils contrebalancer le poids des habitudes et des visions sociales normatives ou simplement convenues ... ?
La marginalité est-elle un facteur positif ...?

De bonnes questions joliment posées ...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2012
livre emprunté à un ami.
J'avais retenu l'histoire comme étant intéressante
mais pas l'auteur ni le titre.

En feuilletant des livres dans une brocante et
amateur de science fiction, c'est avec émotion que j'ai reconnu
cette vieille lecture. Je l'ai ressorti de ma bibliothèque
pour voir si ce titre était encore édité.

J'ai donc relu le livre il y a 10 ans.
Une édition Gallimard 1962.
Papier tout jauni et épais comme un buvard.

Le relire ne m'a pas déçu. Que du contraire !
L'histoire reste toujours intéressante et actuelle et
le thème d'une société ayant peur d'être créative
avec tous les débordements possibles que cela comporte
pourrait être repris avec bonheur.

' Je sens que je vais le relire tiens !

oO°Oo
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2013
Lire ce livre en 2013 sans le contextualiser par rapport à son époque de sortie, c'est prendre le risque de ne pas prendre sa dimension révolutionnaire en considération. Depuis sa sortie, la littérature de SF mais ainsi que les séries et les films nous ont abreuvés de scénarios comparables, ou le destin de l'humanité est voilé par un demiurge souvent produit par l'humanité elle-même. A le lire avec les yeux d'un lecteur de 2013, on risque de passer à côté de ce qui a pu tant séduire les lecteurs de son époque:
- la transfiguration en SF du mythe de la caverne
- Un space opéra haut en couleur.
Fort de cette avertissement, une lecture attentive ravivera les lecteurs du 21ème siécle.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2015
« Sur cet univers, la nuit tombait ; les ombres s’allongeaient vers un orient qui ne connaîtrait pas d’autre aurore. Mais partout ailleurs, les étoiles étaient encore jeunes et la lumière du matin s’attardait ; et sur le chemin qu’il avait jadis suivi, l’homme, un jour, irait de nouveau ».

Curieuses couvertures pour ce chef-d’œuvre de la SF. D’autant que la cité en question, Diaspar, se situe sur une Terre complètement ravagée et ce depuis un milliard d’années. Les humains survivants y habitent en vase clos et ne connaissent plus la mort. Ils se réincarnent perpétuellement et ce quand bon leur semble. Un Ordinateur Central s’occupe de tout ! Surtout ne leur parlez pas des étoiles et des légendes qui racontent qu’il y a bien longtemps ils les ont conquises et fondé un Empire avant l’arrivée des « Envahisseurs » qui ont quasi tout détruit. Pour les « diaspariens », il n’existe plus rien d’autre que leur gigantesque cité-univers. Sauf qu’Alvin ne le voit pas de cet œil et veut découvrir le monde extérieur. Mais les portes sont fermées vers le désert et il lui faudra l’aide d’un nommé Khedron pour en sortir. Alvin va trouver le chemin de Lys, une autre cité qui a refusé le style de vie de Diaspar et a développé la télépathie et les pouvoirs de l’esprit, se contentant de mourir quand le temps est venu. En compagnie de Hilvar qui deviendra son ami « Lysien », il partira beaucoup plus loin dans l’espace et découvrira le vrai secret de ces cités millénaires et de l’histoire de l’humanité. Alvin et Hilvar s’unissent pour tenter de rallier les deux cités et rouvrir les accès aux deux cités avant de leur révéler leur immense découverte de la Vérité. Une découverte époustouflante que je m’en voudrais de dévoiler.

On trouve déjà dans ce roman des idées qui seront exploitées dans « 2001, l’Odyssée de l’Espace » un peu plus de 10 ans plus tard. Clarke aime mettre en jeu ses deux pions favoris : la science et la religion. Toujours en conflit. L’auteur reste un adversaire des religions et des croyances qui endorment les peuples et les mènent à l’impasse. Mais la « Science » de Clarke a ce côté magique et paradoxal qui fait intervenir des entités non matérielles supérieures à la matière pour, en fin de compte, être la clé de la compréhension de l’Univers. Je me souviens de la tête des gens au sortir des salles obscures en 1968 après avoir vu « 2001 ». La plupart n’avaient rien compris. D’autres y avaient vu tant de symboles que les débats ouverts sont toujours d’actualité. « La Cité est les Astres » est une réflexion philosophique de plus sur le devenir de l’Humanité et sur le bien-fondé de ses choix pas toujours intelligents (et même souvent totalement à côté de la plaque). Une réflexion aussi sur les mensonges des « autorités » pour endormir le peuple et le mener à sa perte. Clarke remet aussi en cause, subtilement comme il en a l’art, les actions irréfléchies des apprentis sorciers de notre monde tout en ayant assez d’indulgence pour penser que même des êtres plus évolués pourraient commettre les mêmes erreurs. On notera aussi dans ce récit une savoureuse évocation du « Maître » et de ses disciples : un maître qui les trompe et invente de faux miracles tandis qu’ils lui élèvent un temple. Sans le citer, difficile de ne pas croire que Clarke parle du Christ même si ce dernier voyage en vaisseau spatial.

Une œuvre majeure de Clarke mais aussi de la SF tout entière. Avec « Les Enfants d’Icare », « Chants de la Terre Lointaine », la saga de « Rama » et « 2001 », il doit figurer dans la bibliothèque de tout amateur de SF qui se respecte.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2011
un voyage extraordinaire comme seul arthure c clarke sais nous offrire.
Tellement de question, tellement de merveille... et pourtant le manque de réponses (relativement classique pour l'auteur ) n'est pas le moins du monde dérangeant. Ce livre est réellement un voyage extraordinaire, hors du temps.
comme pour pratiquement tout les roman de cette auteur, l'histoire est imprévisible, et le début parfois un peu lent... mais peut importe, car la fin est au delà de tout ça !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2013
J'avais lu ce grand classique il y a déjà des années. Il n'a pas pris une ride, c'est l'avantage de la SF "hors du temps" puisque dans un futur de millions d'années. Un de nos futurs possibles. Un monde bien posé avec ses règles et ses bizarreries, un héros atttachant, et toujours chez Clarke la science aussi (au contraire de la Fantasy qui invente des mondes improbables parallèles au nôtre). A lire pour tout amateur de science fiction au sens d'origine.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2008
On s'identifie à Alvin, on l'encourage même à aller encore plus loin... Parfois les aventures d'Alvin sont un peu ... brouillonnes.
Avant-gardiste certainement. Plaisant sûrement. Mais Arthur C. Clarke nous a montré qu'il pouvait faire bien mieux : "Les enfants d'Icare".
Les fans ne seront toutefois pas décus.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,99 €
2,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici