undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Sur son clavecin italien de l'école de Cristofori, Colin Tilney, toujours sensible et expressif, mais assez classique dans son approche, semble se livrer plus qu'à l'habitude dans ses toccatas de BACH qui se prêtent aussi bien à la confidence intime qu'aux exubérances virtuoses et pyrotechniques les plus diverses.

Ici, c'est clairement le parti pris intime qui domine, tellement d'ailleurs qu'on peut presque parler de drame personnel que de confidences intimes.

On sent que Colin Tilney, au delà de jouer le texte, ce qu'il fait admirablement bien, projette une partie de lui-même, de son histoire, de sa vie avec ses tristesses et ses consolations et probablement plus de regrets que de projets.

Blandine Verlet n'a pas son pareil pour raconter des histoires au clavecin. Ici Colin Tilney fait preuves des mêmes qualités qui font la différence entre une performance executée d'une réellement vécue. Il le fait tellement bien que j'associe cette performance au magnifique album de Glenn Gould à partir de ces mêmes pièces (un des ses meilleurs enregistrements BACH d'ailleurs).

Cet album est aussi l'occasion de découvrir la richesse expressive des ces clavecins Cristofori au son complexe et au timbres contrastés qui colorent si bien le discours, lorsqu'ils sont bien joués. Cette complexité du son et ce contraste des timbres est aussi augmenté par le caractère à priori capricieux de la mécanique (à moins que ce soit des effets intentionnels) avec lequel le claveciniste doit composer, ce qui avec la prise de son très rapprochée, renforce le caractère sincère et chaleureux de ces captations.

On peut aussi remarquer combien jouer BACH sur des instruments italiens, renforcent leur caractère dramatique et les replacent dans la grande tradition contrapunctique mais aussi de l'expression des affects de Girolamo Frescobaldi.

Une version particulièrement touchante et engagée de ces pièces, malgré les quelques scories mentionées plus hauts, qui ne font finalement que renforcer l'impact émotionel particulier de cette prestation.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2014
Ce cd est la meilleure interprétation des toccatas pour clavecin de Bach que je n'ai jamais entendue à part celles de Gustav Leonhardt qui hélas n'a jamais gravé d'intégrale .....! En principe les autres interprètes, sous prétexte de "style fantasticus " se jette là dessus avec des tempi trop rapide et une violence assez inouïe , ce cd dure 10minutes de plus que l'intégrale de Bob van Asperen que j'admire ailleurs mais pas dans cette intégrale gravée d'ailleurs deux fois (Bach 2000 et EMI ) de même Pierre Hantaï , souvent remarquable est ici très échevelé , quant à Léon Berben c'est du Berben pas du Bach , Blandine Rannou me semble hélas pas très intéressante dans ce répertoire, seule Blandine Verlet a une approche intéressante mais il n'y a pas d'intégrale .....je suis sévère mais très juste me semble t il !
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2013
Il est toujours intéressant d'écouter des oeuvres musicales exécutées par différents musiciens. Ce que j'ai fait pour ces très belles toccatas de J.S. Bach. Colin Tilney donne vie à chacune d'elles. Le côté "mécanique" de la musique de Bach fait place à un phrasé d'une grande élégance. A écouter absolument !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici