undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
18
3,6 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:8,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pour la plupart des aficionados, l'album qui succède à Sandinista dans la discographie de The Clash se résume à la prise de pouvoir de Joe Strummer, au vertige des triomphes américains et donc aux débuts de la chute. Pour le grand public, c'est le disque de Should I stay or should I go. A la ré-audition, Combat Rock reste comme l'un des meilleurs moments de The Clash. Le groupe était loin d'être fini, et était enfin parvenu à une synthèse heureuse entre l'énergie punk et le tropisme dub-ska. Quelques ballades magnifiques (Straight to hell, Death is a star), quelques hymnes (Rock the casbah) et encore une invention sans égale pour l'époque. Red Angel Dragnet (qui sample avant l'heure les paroles de Travis dans Taxi Driver) et Ghetto Defendant (avec Allen Ginsberg!!) ouvraient ainsi des portes que les années 80 vont consciencieusement tenir closes. Ces deux titres géniaux pourraient sans problème figurer sur Maxinquaye ou Protection. Un TB disque.
0Commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2006
"Combat Rock", c'est le chant du cygne des Clash, groupe aussi novateur qu'ouvert à tout genre. En parcourant le funk, le dub, le ska et le jazz, le groupe, faut de s'enfoncer dans un brouillon auto-destructeur, pond une oeuvre sincère et réfléchie, qui intrigue par la diversité de ses sons et de ses allures (je vais paraître comme con, mais "Should I Stay or Should I Go" est la seule chanson des Clash, avec "Bankrobber" que je n'aime pas du tout). En tout cas, loin d'être leur meilleur album, il reste tout de même un disque attachant par son inventivité et son étrangeté ("Dead Is A Star", qui achève parfaitement l'odyssée des Clash).
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Combat Rock, c'est le Clash du regroupement sur les fondamentaux, pas qu'ils abandonnent la diversité qui a notablement élargi leurs possibles depuis leur fracassants débuts en bruit blanc énervé, cette fois, ce n'est plus le double si rondement mené (London Calling) ni l'extravagant triple qui se paume parfois un peu (Sandinista), ce sont 12 chansons pour à peine plus de trois quart d'heure, un retour à la norme pour un groupe toujours pas comme les autres.
A l'origine, pourtant, les Clash avaient encore prévu un double, qu'ils auraient titré Rat Patrol for Fort Bragg, mais les tourments d'un groupe où tout n'est pas au beau fixe, notamment les prises de bec entre Joe et Mick avec chacun leur idée de ce que le groupe devait devenir qui conduira fatalement au départ de Jones et à la réalisation que Strummer avait besoin de son "frère ennemi" en contrepoids créatif (le fiasco Cut the Crap est là pour en témoigner), Combat Rock sera donc simple, resserré et le mixage (le remixage en fait après le rejet de la version de Mick Jones) confié à l'efficace Glyn Johns qui mène rondement l'affaire, ce n'est pas de ce côté là qu'il faut chercher la faille... Alors, où, justement ? Dans les tensions internes qui ont fini par pourrir l'ambiance au point de nuire à la séminale volonté exploratrice et rebelle, feu brûlant de la genèse des meilleurs moments du quatuor ? Probablement. Mais il reste tout de même moult motifs de satisfaction sur cet ultime album du vrai Clash. Des singles d'un confondante efficacité déjà, qu'ils rockent bien blanc (Should I Stay or Should I Go) ou groovent bien black (Rock the Casbah) et qui font, tant ils sont bons, oublier le troisième du lot qui n'est qu'une chanson mineure de la formation (Know Your Rights, sympathique au demeurant). Mais ce n'est pas tout parce que si, indéniablement, le répertoire n'est plus de la qualité qu'on attend des "idoles", un bon rock qu'on pourrait croire extrait d'un monde parallèle où Strummer serait Richards et Jagger à la fois circa 1972 (Car Jamming), une excellente étrangeté où Clash hésite entre pop synthétique et reggae dub tout de même dominant (Straight to Hell), un reggae rock bien troussé sur un texte glaçant (Ghetto Defendant, avec le beat-poet Allen Ginsberg). Le reste ? Chaque morceau a ses bons moments et ses faux-pas. Ca ressemble, en fait, beaucoup aux pistes les plus expérimentales, et souvent les moins réussies, de Sandinista, sauf que c'est un peu mieux, mais juste un peu...
Alors, oui, et même plus de trente ans plus tard on a peine à l'écrire, le Clash de Combat Rock, s'il est encore loin de l'indignité, n'est plus cette bouillonnante machine qui d'un séminal éponyme et de son tout aussi recommandé successeur (Give 'Em Enough Rope) en forme de mètre-étalons punk rock, d'un London Calling en grande ouverture triomphante de la richesse de ses idées, d'un Sandinista qui, ramené à de plus humbles proportions, un double par exemple, comme son devancier, n'aurait pas été loin de le taquiner, c'est un Clash souffrant mais encore volontaire, encore capable de pondre quelques grandes chansons même si, on le sent, on le craint, la fin n'est plus très loin. Conseillé tout de même Combat Rock ? Oui, parce que même un Clash souffrant (et pas agonisant voir rongé par les vers de Cut the Crap), a des trésors à vous offrir et que ses "maladies" sont aussi attirantes que les sordides détails d'un fresque de Jérôme Bosch.

1. Know Your Rights 3:39
2. Car Jamming 3:58
3. Should I Stay or Should I Go 3:06
4. Rock the Casbah 3:44
5. Red Angel Dragnet 3:48
6. Straight to Hell 5:30
7. Overpowered by Funk 4:55
8. Atom Tan 2:32
9. Sean Flynn 4:30
10. Ghetto Defendant 4:45
11. Inoculated City 2:43
12. Death Is a Star 3:13

Joe Strummer – lead vocals, guitars, harmonica, piano
Mick Jones – guitars, vocals, keyboards, sound effects
Paul Simonon – bass, vocals
Topper Headon – drums, piano and bass on "Rock the Casbah"
&
Allen Ginsberg – guest vocals on "Ghetto Defendant"
Futura 2000 – guest vocals on "Overpowered by Funk"
Ellen Foley – backing vocals on "Car Jamming"
Joe Ely – backing vocals on "Should I Stay or Should I Go?"
Tymon Dogg – piano on "Death Is a Star"
Tommy Mandel – keyboards on "Overpowered by Funk"
Gary Barnacle – saxophone on "Sean Flynn"
Kosmo Vinyl - vocals on "Red Angel Dragnet"

3,5/5
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
SANDINISTA (publié en 1980) n'a pas rendu The Clash plus riche, tant s’en faut... Rentrant d’une tournée autour du monde qui apportera de nouvelles inspirations et constatant l’étendue des dégâts autant dans la société anglaise (Margaret Thatcher sévissait alors…) que dans le rock insulaire (les gros synthés sévissaient alors !), The Clash va se vouloir grand sauveur du deuxième avec cet album. Ce qui sera revendiqué à longueur d'interviews à l'époque, le groupe endossant ainsi volontairement le rôle de dernier spadassin du binaire.
Sans céder à un quelconque retour en arrière, ni à un durcissement des guitares, le groupe fait la somme d’une multitude d’influences et réalise à nouveau un disque inattendu et défricheur. Posant en pistoleros sur la pochette, ils injectent de mexicains slogans dans leur rock de bal (SHOULD I STAY OR SHOULD I GO, entre riffs à la AC/DC et refrains pogottés, qui sera leur plus gros hit… neuf ans plus tard grâce à une pub Levi’s !), inventent le rockabilly post-atomique (KNOW YOUR RIGHTS), accueillent Alen Ginsberg pour un slam mantrique (le reggae GHETTO DEFENDANT), rapent sur une bande-son apocalyptique sans malaise déguisé (STRAIGHT TO HELL) et, additionnant parfois plusieurs influences dans le même morceau (OVERPOWERED BY FUNK), s’affranchissent définitivement du punk en obtenant l’outrage ultime : le hit disco (ROCK THE CASBAH) ! Frais et surprenant.
Tops : ROCK THE CASBAH, SHOULD I STAY OR SHOULD I GO, STRAIGHT TO HELL, KNOW YOUR RIGHTS, GHETTO DEFENDANT
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2009
Le dernier vrai album des Clash. Un melange de chansons commerciales (Should I stay) hargneuses (Know your rights), calmes (Straight to hell). Moins culte que London Calling mais plus accessible que Sandinista.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2011
Certainement leur album le plus vendeur et commercial!
En 1982, les CLASH font office de vétérans du punk! C'est vrai qu'il ont réussi à évoluer rapidement, à étoffer leur musique et ce en gardant cette énergie quasi systématique pour tout punk qui se respecte.
Même si officiellement "Combat rock" n'est pas leur dernier opus ("Cut the crap" sortira en 1985 avec un Joe Strummer seul aux commandes), il s'agit simplement du dernier 33T valable. Néanmoins, obliger de constater que ça part dans tous les sens!
Les CLASH ont toujours eu une affection particulière pour le reggae, ce à quoi ils s'adonnent ici avec brio "Straight to hell", ou alors de façons beaucoup plus ennuyantes "Ghetto défendant". Ils s'essaieront également à la funk synthétique avec le titre "Overpowered by funk" qui à lui seul peut vous dégouter de cette musique! Citons également "Inoculated city" et "Atom tan" oubliables dans la seconde!
Par contre on y retrouve également les grands classiques dans une veine plus traditionnelle, à commencer par "Sould I stay or should I go" (#17 GB Juin 82, #1 réedit. Mars 91) devenu un véritable hymne rock, "Rock the casbah" (#8 US, #30 GB, été 82) tube imparable plaisant à un public pourtant réfractaire au mouvement punk, et "Know your rights" (#43 GB Mai 82) martèlant un rythme à bout de souffle!
"Combat rock" finira une discographie sur une note un peu décevante mais quand l'alchimie n'est plus là...
6/10*
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2007
J'adore l'ambiance dégagée par cet album, la bonne humeur (étonnant de la part d'un groupe comme The Clash ?), la voix de Joe Strummer et surtout l'engagement, son investissement dans ses interprétations. J'aimais l'intégrité de ce type. Sa mort est quasiment passée inaperçue, finalement il a toujours été discret et c'est tout à son honneur. Je préférais de loin son état d'esprit à celui de Mike Jones qui a accepté de vendre sa chanson pour une sale pub quitte à dégouter les gens de cette chanson: Should I stay or should I go. Je crois que Strummer n'était pas d'accord mais Jones étant l'interprète de cette chanson il pouvait seul le décider. C'est par ce biais que le grand public a connu les Clash, c'est assez triste finalement. Personnellement c'est le disque que je préfère des Clash, j'aime quasiment tous les morceaux du début à la fin de l'album. Ce qui n'est pas le cas pour moi, pour leurs autres albums. Ceci dit cela fait longtemps que je ne l'ai pas écouté, je l'ai en cassette audio, je l'achète enfin aujourd'hui en CD car je me suis aperçue qu'il me manquait. Vive Joe Strummer et connaissez vous ce très, très beau film de Jim Jarmush: MISTERY TRAIN dans lequel il joue ?
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai toujours détesté les anglais. Ils ont brûlé Jeanne D'arc, nous ont piqué le Canada et occupent toujours les Iles Breizho-Normandes. En plus de ça, ils font une musique horrible (comme sur ce disque...), ne savent pas jouer de jazz et sont incapables de fabriquer du vin, du chouchen et du whisky digne de ce nom. Bien sûr, je n'oublie pas que les tommys sont venus mourir par milliers sur nos côtes et dans les plaines de Somme et de Flandres pour défendre nos libertés. Ils demeurent nos z'alliés et je serais le premier à m'engager à leur coté si jamais ils étaient menacés d'une nouvelle invasion viking ou par des hordes de flamands roses venus du coté obscur de la lune....

La semaine prochaine, les anglais doivent décider s'ils quittent ou non l'Europe.... et bien......Adieu ! Et bon Voyage !

Et bienvenue à nos z'amis écossais !
1515 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2015
Dernier opus du groupe phare de la fin des seventies (punk/rock ou autre appellation c'est vous qui voyez) et beaucoup de tristesse à l'écoute de cet album.
Excepté "Should I stay or should I go" tube planétaire reprit par une marque connu de soda (quelle ironie) et "Rock the Casbah" ça suinte la fin d'une époque et d'un groupe.
Tout a été dit sur cet album à posséder mais reste une impression d'inachevé et de tristesse.
Le rideau se baisse salut les artistes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2009
un bon album, comprenant le chef-d'oeuvre absolu du CLASH : "Straight to Hell" ;les fameux "Should I stay or should I go" et "Rock the Casbah" et quelques perles qui gagneraient à être plus connues "Know your right" et "Overpowered by Funk"...c'est malheureusement l'album du début de la fin!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,99 €
8,99 €
10,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici