undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
29
4,7 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:7,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 février 2004
Que dire de ce chef-d'oeuvre du cinema japonais?
Repris par un grand nombre de films americains et europeens, notamment quelques films cultes comme Les sept mercenaires avec Yul Brynner et Charles Bronson (qui reprend tout le scenario pour l'adapter au style western) ou Ocean's Eleven de Steven Soderberg pour la scene du casting, ce film depeint l'aventure de sept samourais engages par un village de fermiers pour les defendre contre une quarantaine de bandits. Mais ces samourais se battent non pas pour l'argent ou l'honneur, mais pour trois repas par jour.
Un film simple et magnifique, comme tous les films de Kurosawa, le plus grand maitre du cinema japonais, et auteur de quelques autres chefs d'oeuvres tels que Rashomon, La forteresse maudite (qui inspira Georges Lucas pour Star Wars) et autres.
A posseder dans une cinematheque digne de ce nom.
0Commentaire| 61 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2015
Qu'ils s'appellent Sturges, Eastwood, Sergio Leone, Kirostami, John Woo ou Scorsese, bien des réalisateurs ont reconnu l'influence qu'Akira Kurosawa a eu sur leurs propres œuvres. Pourtant lui-même s'est inspiré du cinéma, du théâtre ou du roman occidental. Qu'on songe à Yojimbo adapté d'un roman de Dashiell Hammett, repris par Leone puis par Walter Hill, qu'on pense à Ran au souffle épique inspiré du Shakespearien roi Lear ou encore à John Ford auquel Kurosawa vouait une immense admiration. Cependant, tout ce qu'il touchait devenait immédiatement japonais même le western et Dieu sait les 7 samouraïs en est un. Mais ancré dans la réalité populaire du XVIe siècle. Le combat mené par des 7 soldats déchus et déçus donne droit à un chef d'œuvre épique de 3H26 après restauration. Je possédais une version dite de référence en DVD d'une heure de moins et la différence est énorme. Les blancs et les noirs comme la palette des gris retrouvent leurs densités originales, la dernière bataille sous la pluie ressort enfin dans toute son intensité alors qu'avec le DVD, c'était un peu la soupe. Film essentiel pour tous les amateurs de très bon cinéma. Je le recommande vivement.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mars 2016
Le chef-d'œuvre des chefs-d'œuvre. La qualité de l'image est exceptionnelle (le codage est en H.264 sans compression : plus de 55Go pour le film seul). On a vraiment l'impression de voir le film neuf original ! Le N&B est parfaitement adapté au contexte, ça fait ancien sans artifice (contrairement à Kagemusha, par exemple), où tout est dans le jeu des acteurs et dans le script. Il n'y a pas de mot pour qualifier la qualité de la réalisation. Dire quelle est géniale ou fabuleuse ne serait que de piètres euphémismes.
J'ai bien dû voir ce film plusieurs dizaines de fois, l'ai acquis en VHS, Laserdisc puis DVD, vu à la télé, au cinema ou en ciné-clubs (ce pour dire que je le connais par cœur, avec tous les rendus possibles et imaginables), mais cette version (intégrale) Bluray est vraiment la meilleure qu'il m'est été de voir. Aucun artefact ou rayure de la pellicule (restauration méticuleuse et/ou première copie exceptionnelle ?. Il me semble me rappeler que la pellicule originale a disparu) et une bande son aussi parfaite que possible, même si sa qualité est limitée par le niveau technologique de son époque (1954). La musique de Fumio Hayasaka est agréablement présente, mais restons honnête, on est bien loin du simple dolby, et je ne suis d'ailleurs pas sûr que les enregistrements aient été réalisés en stéréo...
Un coffret à avoir obligatoirement dans sa vidéothèque, comme référence, à compléter par la lecture de l'excellent article, très détaillé et complet sur Wikipédia (....).
Enfin, je ne pense pas que ce film ait-été doublé en quelque langue que ce soit, et certainement pas en français. Ce serait d'ailleurs ridicule, car l'intensité du film passe aussi par la langue et encore plus par ses intonations, tout-à-fait étrangères à nos oreilles occidentales. Et ceci est vrai pour tout les films, mais tout particulièrement pour le cinéma japonais (j'ai une fois vu accidentellement "Rêves," du même réalisateur, en VF : une abomination. Pour les non-lisants de sous-titres, qui sont par ailleurs parfaits, je suggère de lire le synopsis complet dans l'article si-dessus mentionné puis de visionner la VO, le contenu des dialogues n'étant pas vraiment indispensable à la bonne compréhension des scènes (même s'il aide beaucoup).
Dommage que l'on ne puisse pas attribuer de sixième étoile...
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Afin de convaincre que ce film est un chef d'oeuvre, je pourrais dire ceci : des hommes, des combats, c'est sévère... cela devrait rebuter un large public ! Mais non, les personnages ont une telle force, la mise en scène et les images (noir et blanc) sont si prenantes qu'il faut être insensible au cinéma pour ne pas admirer.
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Akira Kurosawa a tourné en 1954 ce film en noir et blanc d'une durée de plus de 3 heures; 9 ans après la fin de la seconde guerre mondiale qui consacra la défaite du Japon.

Ce réalisateur est immense de talent.

Il est le porte drapeau de la Liberté, de l'esprit de Résistance contre l'injustice d'un désordre établi avlissant l'humanité. Cet homme est un génial promoteur du code de l'honneur au service de l'autre, du petit, du misérable, du faible, en fin de compte de soi.

Quel talent !

L'histoire se déroule au 16° siècle dans un Japon ravagé par la guerre civile. Un village de paysans est régulièrement rançonné. Ayant surpris une conversation entre brigands, un villageois la rapporte au village : les brigands au nombre d'une quarantaine ont décidé de venir piller de nouveau dès après la récole du riz, quelques semaines plus tard.

A la réunion du conseil "municipal", l'ancien relève la parole d'un homme épris de liberté : "nous nous battrons", contre le diktat du miséreux se plaignant "d'être né (en tant que paysan) pour souffrir".

La liberté ne soufre point d'exceptions. L'homme est digne. Quand sa dignité est méprisée, martyrisée, alors il a le devoir de se révolter.

Commence la quête des seigneurs de la guerre, les samouraïs, nécessaires à la défense du village en prévision de la prochaine razzia.

L'excellence des tableaux exposant les différences de castes (paysan / samouraïs), d'âges (les anciens / les jeunes), d'amour (les scènes amoureuses entre le jeune samouraï et la jeune paysanne sont d'une sensualité de grande poésie, forte, tragique, émouvante) ; plus encore, le respect des traditions (exprimé notamment dans le combat entre le samouraï perfectionniste et une brute) laisse à la Vie l'honneur d'exploser les barrières.

Ce film est grandiose. John Sturges en 1960, en copiant ce film dans ses "7 mercenaires" n'a pas seulement appauvri les "7 samouraïs" : il a violé son message.

Très grand chef d'oeuvre. Immense talent. Exceptionnel message. L'un des plus grands films de guerre que j'ai jamais vus.
11 commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2011
Étant un grand fan de cinéma, je ne pouvais qu'adorer ce film qui est un grand classique du cinéma Japonais, malgré les 3H20 que dure le film, on ne s'ennuie à aucun moment. Il est cependant important de savoir avant de l'acheter que le film est en noir et blanc (1954, les acheteur s'y attendaient je pense) mais aussi que l'intégralité du film n'est disponible qu'en japonais sous-titré français. Ça ne m'a pas du tout dérangé personnellement, mais c'est toujours bon à savoir avant d'acheter ! Mais au delà de ces contreparties mineures, on a bien le droit ici à un chef d'œuvre !
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juillet 2013
Je ne commente pas le produit en lui-même, mais préviens que Wild Side, suit à la ressortie de ce chef-d'oeuvre remasterisé en salle, a annoncé la sortie d'une édition Blu-Ray en novembre ! Ce sera donc la version complète du film (plus de 3 heures) et Wild Side a annoncé une édition du même genre que celle de La nuit du chasseur, l'année dernière !
Entre ce film et La porte du paradis, cet automne risque d'être placé sous le signe des chef-d’œuvres sortant ENFIN dans des éditions respectueuses de leur statut en Z2...
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2007
Ce film nous en apprend plus sur le Japon ancien que tous les livres.
On y voit les gens de peu qui se battent pour survivre, avec un courage remarquable, et un mode de communication bien différent du nôtre.
Et un humour ravageur!
Du très grand cinéma!
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juillet 2016
Que dire qui n'ait été cent fois redit : Attention, chef d'oeuvre !
Film très long, presque brouillon, comme une suite de saynètes, graves, drôlatiques, épiques ou symboliques, ce film est une manière d'épopée populaire presque désespérée dont on sort "enchanté" (au sens exact) sans se souvenir de tout, sans savoir vraiment si le conte finit bien ou mal et si l'on a tout bien compris... sans doute pas d'ailleurs.
D'une justesse bouleversante le jeu des acteurs, du drame à la farce donne à cette galerie de caractères une force d'émotion parfois presque douloureuse que vient encore renforcer la sublime beauté des images en noir et blanc.
Mais le paradoxe ultime qui met définitivement à part "Les Sept samouraïs" est anecdotique : Personne, jamais, n'a osé le post-synchroniser !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2013
Dans le Japon du Moyen-Age, un village victime d'une bande de voleurs fait appel à des mercenaires pour les défendre.
Ils seront 7. 7 Samouraïs.
7 vieux samouraïs en fin de carrière, vivant mal leur retraite forcée et tournés sur leur passé.
Film de sabre (Jidaï Geki en japonais), c'est un hommage au don de sacrifice pour aider les plus faibles.
Ce film culte en noir et blanc est à l'origine d'un remake célèbre : le western de John Sturges "The Magnificent Seven" (Les 7 mercenaires) autre film culte, mais il est aussi la source d'inspiration des Jedi et "Stars Wars" de Lucas.
Kurozawa mit en scène des combats d'anthologie et inventa là un nouveau cinéma.
Je le conseille absolument
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)