undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
13
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce CD comprend des extraits des plus grands ouvrages lyriques de Jean-Philippe Rameau (1683-1764), interprétés par une équipe française, dont la jeune soprano colorature Sabine Devieilhe. En effet, cette dernière a décidé de prendre les devants (sortie du disque fin octobre 2013) pour la commémoration du 250ème anniversaire de la mort du grand compositeur hexagonal - tout cela à venir en 2014. Elle a voulu aussi nous montrer avec ce CD qu'elle n'était pas qu'une excellente cantatrice mozartienne ou ayant déjà bien servi Offenbach ! Disons s'abord que, dans cette production, on trouve des morceaux célèbres, ou constituant des scènes assez impressionnantes : exemples, plages 1 ("Les Indes Galantes", un duo suivi d'un ensemble) et 14 ("Les Indes Galantes", avec un trio).
La voix de Sabine Devieilhe est claire, limpide, quasi cristalline, et juvénile, en tant que soprano aigue, ici en rapport avec le chant de la période classique : exemple, plage 10 ("Les Paladins", en duo). Son timbre apparaît comme agréable et le vibrato très bien maîtrisé. Les pianissimi sont arrondis malgré les aigus naturels - forcément prononcés. Elle développe beaucoup d'expressivité et de tendresse, avec plus ou moins de mélancolie amoureuse : exemples, plages 6 ("Les Indes Galantes"), 7 ("Naïs"), 12 ("Anacréon"), et 15 ("Zaïs"). Elle peut aussi être particulièrement dramatique : exemples, plage 17 ("Les Indes Galantes", avec chœur) et 19 ("Castor et Pollux", ce dernier air étant magnifique !). Elle parvient également à illustrer vocalement un cadre solennel, quasiment royal : exemple, plage 23 ("Les Indes Galantes"). Ou bien encore, elle arrive à se situer sur un registre beaucoup plus ambiguë, tragi-comique : exemple, plage 21 ("Platée").
Il y a, dans ce CD, des plages purement instrumentales, Alexis Kossenko dirigeant très bien l'ensemble Les Ambassadeurs (qu'il a fondé en 2010) : exemples, plages 3 ("Ouverture" de "Pygmalion") et 9 ("Contredanse en rondeau", "Les Boréades") - au rythme soutenu et à la transparence fort agréable (française... ?). Et même, parfois, nous avons droit à des pages très énergiques, situées quelque part entre Lully et Haendel : exemples, plages 13 ("Ballet figuré" de "Zoroastre") et 22 ("Chaconne", "Les Indes Galantes"). D'autres sont d'une grande douceur : exemples, plage 16 ("Dardanus") et 18 ("Zoroastre"). Enfin, on peut apprécier un assez bon équilibre sonore entre l'ensemble instrumental et la voix de la cantatrice et une captation de qualité. Ainsi, avec cette nouveauté, il convient d'affirmer que Sabine Devieilhe s'impose nettement - dans le cadre de ce qui est son premier album solo sur le marché du disque -, pour l'année Rameau...
11 commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album Rameau est le premier disque soliste de Sabine Devieilhe paru en 2013. Il est jubilatoire et a remporté des récompenses dont un Diapason d'or et un Grand Prix de l’Académie Charles Cros !! Sabine Devieilhe avait participé à un enregistrement de la "Köthener Trauermusik" de Bach avec l'ensemble Pygmalion, une cantate funèbre peu connue car reconstituée au mieux par les musicologues après la perte de la partition originale. Intéressant néanmoins d'entendre la voix séraphique de Sabine.

Sabine Devieilhe et son éditeur Erato ont imaginé un concept amusant pour cet album. La chanteuse parcourt des rôles d'héroïnes à travers des airs et passages divers et variés extraits de différents opéras de Rameau. Des opéras choisis parmi les plus attachants, ce qui ne manque pas. Les personnages les plus étonnants se succèdent : Zima : la fille d'un chef indien dans Les Indes Galantes, une humble bergère dans Naïs, Nérine : une servante dans la comédie-ballet Les paladins, Chloé : une jeune jouvencelle amoureuse dans Anacréon, etc…

Bien entendu, Sabine Devieilhe ne chante pas seule dans cette aventure mais se voit accompagnée par l'ensemble Les Ambassadeurs créé et dirigé par Alexis Kossenko. Un orchestre baroque de plus, allez-vous dire ? Et bien oui et non ! Certes, Alexis Kossenko ne néglige pas les acquis du jeu sur instruments d'époque devenu incontournable depuis la fin des années 50, mais il réfute les dogmes rigides de certains de ses aînés en faveur d'une totale liberté de sonorité et de style. Cette ouverture d'esprit lui permet de proposer un répertoire d'œuvres d'une période très large : des baroques historiques comme le jeune Bach jusqu'à Debussy et même Stravinsky…

Partons en voyage… (En partie, le CD dure 80' !)
Les Indes Galantes est l'un des opéras les plus singuliers et pittoresques du répertoire français. C'est un opéra-ballet composé d'une ouverture imposante et de quatre ballets agrémentés de parties vocales. Rameau, très imaginatif met en scène quatre "entrées" : les Turcs, les Incas du Pérou, une fête persane et enfin "les sauvages", comprendre les indiens d'Amérique. Évidement c'est une vision peu "ethnologique" de ces cultures, mais l'œuvre permet encore de nos jours de proposer des mises en scène et chorégraphies bariolées et kitchissimes dans le bon sens du terme. Le disque retient divers scènes choisies parmi les quatre "entrées".
La danse du calumet de la paix introduit le programme : un air connu, rythmé par un petit tambour. Fraîcheur d'un exotisme sonore qui lorgne vers le cinéma tel que l'on aurait pu l'entendre dans les premiers Tarzan des années 30 avec Johnny Weissmuller, en plus guilleret et en infiniment mieux composé. Alexis Kossenko scande avec jubilation cette fantaisie musicale sans appuyer le trait. Cette page de 1736 donne la part belle à l'harmonie et aux percussions. Les couleurs musicales sont chamarrées, la direction trépidante. En cela, Rameau propose une instrumentation bien plus séduisante que celle d'un Haendel souvent limitée aux cordes avec d'éventuels bois. On retrouve plutôt la fantaisie des Brandebourgeois de Bach ou les concertos pour diverses formations de Vivaldi. Le siècle des lumières et le règne de Louis XV sont ceux du plaisir…
Sabine Devieilhe, Aimery Lefèvre et enfin le chœur interviennent dans cette fête indienne aux accents galants et versaillais pour chanter l'air "Forêts paisibles, jamais en vain désir ne trouble ici nos cœurs". Émotions et tendresse amoureuse s'épanchent avec ardeur. La soprano accentue la féminité de son rôle par ses vocalises sensuelles et mutines… Une voix souple, aux aigus déliés mais aucunement perçants. Plus qu'assurer une performance lyrique, Sabine Devieilhe épouse un personnage de fille de chef influent dans cette tribu amérindienne perdue dans les ors d'une scène baroque.
L'ouverture de Pygmalion (Plage 3) et ses chassées-croisés de flûtes, hautbois et bassons avec les cordes confirment les talents d'orchestrateur de Rameau. Par ailleurs, le discours virevoltant ne présente (volontairement ?) aucune dissonances. Rameau n'était-il pas passé maître des lois de l’harmonie ? On retrouve ce goût de tourner le dos au principe "tout corde" dans la contredanse déchainée de "les fêtes de l'hymen et de l'amour" (Plage 5) dans lequel un tambourin illumine un orchestre déjà rutilant. Rameau privilégie la fantaisie débridée à toute métaphysique dans sa musique. Le programme se poursuit avec un air de Phani, princesse inca du ballet Les Indes Galantes "Viens hymen...". L'écoute confirme cette alacrité de la ligne de chant de Sabine Devieilhe, sans oublier la jeunesse dans l'expression dramatique qui donne tant de sincérité aux personnages de jeunes donzelles retenus pour cet enregistrement.

En continuant l'écoute, Rameau enchante par l'osmose qu'il imagine entre l'orchestration et les bruitages attendus dans les mises en scène, mais réalisés à partir des instruments et non de gadgets : grosse caisse, percussions diverses. Rameau invente le spectacle total comme en rêvera Scriabine au tournant de l'année 1900. Ce disque est un Best of du génie du compositeur et du talent de Sabine Devieilhe.

Extraits d'un article paru dans le Deblocnot (voir profil)
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 février 2015
Ce disque et ses interprètes sont tout simplement magnifiques, pétris de ferveur et d'intelligence de cette musique. L'interprétation baroque est maintenant admise et reconnue, et cette génération de musiciens s'en saisit d'une façon pétillante et décontractée (pas d'emphase), érudite et ludique ce qui procure un grand plaisir d'écoute et est particulièrement bien ressenti par les non-initiés au "baroque" ou même au "classique" (vérifié avec de nombreuses personnes de tous âges).
Il faut bien comprendre que c'est le disque d'une chanteuse avant d'être un disque Rameau, une chanteuse qui se présente pour la première fois au monde mais qui, plutôt que de chercher à briller de bout en bout (notamment dans un répertoire moins risqué, plus convenu), peut dialoguer d'égal à égal avec un instrument ou un autre chanteur, voire laisser place à la seule "symphonie", montrant par là qu'elle ne cherche qu'à servir la musique (son ego semblant inversement proportionnel à son talent, ce qui est rare chez les chanteurs).
Le programme est fluide et bien pensé, et il se dégage de ce disque une humanité, une chaleur, une sensualité très bien venues dans ce répertoire.
J'ai été particulièrement épaté par la qualité des cuivres de cet orchestre...
Un disque "tous publics", particulièrement recommandé à ceux qui voudraient découvrir la poésie et la magnificence du grand Rameau!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2013
Quelle merveilleuse interprétation! L'enregistrement est de très grande qualité. Les duos voix flute sont lumineux. Sabine Deville nous enchante tout au long de ce voyage à travers plusieurs œuvres de Rameau.
A recommander et à offrir pour faire découvrir toute l'humanité de Rameau.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sabine devieilhe est une etoile montante du chant lyrique, et nous livre un premier recital consacré à Rameau.
L'entreprise est à saluer, elle aurait pu, pour un premier recital nous offrir un de ces disques "fourre tout", enchainant linda di chamounix, lakmée, gilda etc....histoire de nous montrer ce dont elle etait capable.
Elle n'a pas cedé à la facilité, et ce disque est une veritable petite merveille.
La voix est trés belle, mais n'est pas seulement "jolie", elle est aussi trés expressive, transmet une vrai émotion et capable d'effets dramatiques.
Un exellent moyen de découvrir l'univers de Rameau, et une superbe cantatrice avec laquelle il faudra desormais compter, on attend la suite avec impatience
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2016
Ce CD du label Erato renaissant devrait rassurer tous ceux qui regrettent le chant français d’autrefois : la relève est assurée (et il me semble même que nous n’avons jamais eu autant de jeunes talents, puissent-ils tous trouver à s’employer). Idem d’ailleurs pour l’ensemble des artistes qui ont participé à ce disque : la moyenne d’âge semble jeune : bravo !
Grâce au renouveau Baroque et notamment à des hommes comme le musicologue Philippe Beaussant, qui vient de nous quitter, la musique de Rameau est de plus en plus jouée en France et dans le monde. Elle est d’une telle richesse, diversité, noblesse, humour parfois, que, même sans les mises en scène lyriques souvent intéressantes qui nous sont à présent régulièrement proposées, cette musique vaut la peine d’être écoutée, 3 siècles après.
Sabine Devieilhe, portée par l’ensemble « Les Ambassadeurs » et le « Jeune chœur de Paris », sous la direction d’Alexis Kossenko, nous en propose un merveilleux récital, avec des airs qui sont un peu un « best off » de Rameau pour ce type de voix, claire, légère, agile, fine, à l’aise dans l’aigu mais capable de descendre sans que cela paraisse forcé : un bel instrument parfaitement maîtrisé, comme il convient pour cette musique du Baroque à la française, née d’une inventivité maîtrisée.
Ces airs sont entrecoupés de courts morceaux symphoniques, ce qui élimine le risque de monotonie toujours inhérents à ce genre de disque récital dédié à un seul compositeur.
Commentaires et livret en français, anglais, allemand. Enregistrement « studio » (Paris, église ND du Liban) de 2013.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2014
merci à France musique qui m'a conseillé d'acheter ce lumineux album; je pense comme beaucoup d'autres que la diva n'en est qu'à ses débuts de grande soprano ;je ne suis qu'un admirateur averti, pas un critique avisé .mais je crois que je peux vous recommander vivement cet achat!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2015
La revue DIAPASON lui a attribué un diapason d'or : récompense amplement méritée ! Une jeune Française qui tracera son chemin...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2015
L'apparition de Sabine Devieilhe dans le paysage musical et vocal français est pure merveille. Remarquablement entourée et dirigée, sa voix s'exprime avec un timbre et une précision du phrasé qui ravissent l'oreille, chaque mot s'entend! Bravo à tous les interprètes , Ambassadeurs, et au jeune Chef Alexis Kossenko. Quant à la musique de Jean-Philippe Rameau, 1683-1764, sans chauvinisme excessif, nous avons là un contemporain du grand JS Bach. Rameau est aussi un "grand". N'oublions pas que cette musique fut mise un peu au rancard dans l'histoire de la musique. Quelle beauté, quelle fraîcheur....
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rameau est un de nos maîtres ; comme tel, il est sans âge. Ou mieux dit : il lui faut toute la jeunesse de l'éternité. On ne peut que saluer le beau travail du chef et de la soprano. Tout est parfait. Maîtrise, équilibre, émotion, fantaisie. Bis !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,00 €
6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)