undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:18,22 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Hell, le groupe ressuscité par Andy Sneap (qu'on ne présente plus), nous revient pour nous offrir son second opus en... trente-trois ans. Une moyenne un peu faussée puisque le groupe n'a rien sorti pendant les trente premières années et nous sort finalement ses deux albums en l'espace de deux ans.

Alors que le premier album, "Human Remains", sorti il y a deux ans, ne reprenait en fait que des titres écrits au début des années 80, ce second opus nous offre une bonne partie de morceaux composés récemment. Cela change pas mal de choses.
Si le style musical reste le même dans ce second épisode, un heavy metal théâtral mené de main de maître par le chanteur, David Bower (qui s'est un peu calmé tout de même), certaines compositions sonnent bien plus modernes que sur le premier opus. C'est le cas du premier titre une fois passée l'intro, "The Age Of Nefarious", un morceau plus direct que d'habitude, déjà par sa durée qui ne dépasse pas les quatre minutes et par sa construction, moins alambiquée que les morceaux du premier album.
En fait, "Curse and Chapter" est composé pour moitié de titres anciens (donc, qui se rapprochent forcément de ceux du premier album puisque composés à la même époque) et d'une autre moitié de titres récents et sur lesquels, on s'en doute, l'empreinte des deux "nouveaux" membres, David Bower et Andy Sneap, est plus forte. Sans savoir exactement quels morceaux sont les plus récents et lesquels sont les plus anciens, j'ai l'impression que les titres tels que "The Disposer Supreme", "Darkhangel" et "A Vespertine Legacy", qui dépassent tous les trois les six minutes trente, font partie des anciens titres, étant ceux qui ressemblent le plus à ceux du premier album. De même, "Harbinger Of Death" sonne plus vieux avec son passage aux influences Maideniennes (tout comme l'instrumental "Deathsquad"), influences que l'on notait déjà sur le premier album.
A l'opposé, les morceaux les plus concis tels que "The Age Of Nefarious" évoqué plus haut, "End Ov Days", "Land Of The Living Dead" ou "Faith Will Fall" seraient bien les plus récents car ils sont plus "catchy". Sur ces titres, Hell va à l'essentiel et les morceaux gagnent en efficacité, efficacité qu'il manque un peu aux titres les plus longs (et qui était le défaut de certains morceaux du premier opus). Ils possèdent de vrais refrains, plus faciles à assimiler. On a l'impression que le groupe a pensé à la scène pour l'écriture de ces morceaux, leur énergie n'est pas dévorée par des tours et des détours qui finissent par perdre l'auditeur. On a aussi ce "Deliver Us From Evil" un peu fou (Bower se lâche sur ce morceau) qui nous surprend, car très différent du reste, mais qui est intéressant.

Au final, ce second album à la pochette moins alléchante que celle du premier opus est plus intéressant et nous montre que le groupe qui ne vivait que sur son passé a aussi un avenir. Et surtout que cet avenir a l'air plus intéressant. Autrement dit, si Hell choisit de privilégier les morceaux courts plutôt que les longues pièces où l'on se perd un peu, il est assurément sur la bonne voie.
15 / 20

Retrouvez cette chronique (et d'autres) sur le site "auxportesdumetal.com".
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà un album, qu'il est bon !
Déjà le premier opus sorti il y a tout juste deux ans se voyait être une vraie pépite. Les morceaux avaient été écrits dans les années 1985, et n'ayant bénéficié d'aucune sortie se voyaient enfin gratifiés quelques 25 années plus tard d'un véritable album. Un meilleur son évidemment, des titres réactualisés, remaniés, une production à la hauteur puisque l'un des nouveaux guitaristes (fan du groupe alors qu'il était adolescent) n'est nul autre maintenant qu'Andy Sneap, producteur d'Accept, Megadeth, Testament... Rappelons pour la petite histoire que le chanteur-guitariste leader du groupe (David Halliday, rien à voir avec le fils du chanteur que l'on connait) est décédé en 1985 et s'est vu remplacé en 2010 par un fan de la première heure (Andy Sneap) à qu'il donnait des cours de gratte et aux vocaux par le frère de l'autre guitariste (David Bower).
Et pour le coup, rebelotte ! On reprend ce qui reste encore des vieux morceaux, on réarrange une nouvelle fois le tout, mais comme la source vient tout de même à se tarir (le groupe n'avait pas composé 150 morceaux non plus hein !), hé bien on compose de nouveaux morceaux plus actuels. Résultat : un album avec des reminiscences bien old-schools, presqu'hard-rock sur de vieux titres, et des coups de poing in your face sur les nouveaux, typés plus metal. L'influence de chaque membre du groupe est présente (tiens, celui-là, il devait écouter Maiden quand il a composé), les morceaux contiennent quasi toutes des petites intros style film d'horreur, et s'enchainent également sans temps morts (c'était exactement pareil dans le précédent cd). Le niveau des musiciens est vraiment réhaussé, les soli sont impeccables, on voit tout le travail qui a été réalisé ces derniers mois. Si d'ailleurs vous possédez le digipack de leur premier album, certains morceaux inclus en bonus (des démos en son mono de 1985) figurent ici dans des versions réactualisées. Super intéressant de voir donc tout le travail effectué pour les proposer différement.
12 morceaux se battent en duel, des anciens (50%) contre des nouveaux (forcément 50%), et difficile de faire la part belle pour les uns ou les autres. On se surprend à découvrir les anciennes influences des membres du groupe : du Maiden, du Mercyful Fate, du Accept, du Demons & Wizards. Mais ce qui aurait pu être de la pâle copie s'en éloigne car Hell trouve sa propre identité.
Bref, le groupe ne chôme pas, en témoigne également le live inclus dans le digipack avec une prestation à Derby et une autre au Rommelrock Festival. Et croyez-moi, pour les avoir vus en live 4 fois (première partie d'Accept à Paris, live à Derby, live en Belgique et en première partie d'Amon Amarth à Paris), on n'a pas à faire à un groupe standard. Il y a vraiment un petit plus que ce groupe apporte dans leurs shows et qui fera d'ici quelques temps toute la différence avec des groupes plus conventionnels.
J'oubliais encore une fois de parler du superbe digipack : une fois ouvert et déplié, vous avez devant vous une petite table oui-ja de toute beauté.
Allez un bon 17/20, sans problème.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le seul point négatif que l'on peut trouver à cet album est son packaging qui rend l'accès aux CDs et au livret un peu périlleux !!! Sinon , musicalement parlant , le groupe surfe sur le succès de son précédent album et nous offre là un opus de grande qualité tant au niveau des compostions que de la production énorme !!
Si vous avez aimé "Human remains" je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille attentive sur ce bijou dense et théatral .Un des grand albums de l'année 2013 !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2014
pour les fan de KING DIAMOND (entre autre ) vraiment excellent ! j'ai connu ça par rock hard mag et franchement pas deçus
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)