undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
59
3,5 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:19,71 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Quai d'Orsay » est l'adaptation au cinéma, par Bertrand Tavernier, de la BD éponyme. Le film s'amuse avec saveur des coulisses de la diplomatie française.

Dans la même veine que le très réussi film anglais « In the Loop » (2009), qui traitait sur le ton de la comédie ironique de l'histoire du ralliement anglais à la décision américaine d'envahir l'Irak, « Quai d'Orsay » conjugue humour caustique et dérision pour disséquer la manière dont le ministre français des affaires étrangères a élaboré, dans les mêmes circonstances, son discours « fondateur » du Conseil de Sécurité de l'ONU.

La réalisation de Tavernier est vive et inventive, tout en conservant un certain classicisme. Les dialogues, particulièrement bien écrits, font mouche à chaque instant et permettent au film de tenir la distance, alors que son sujet - comment le langage peut incarner la diplomatie française - est finalement austère et parfois répétitif. La réussite du film tient beaucoup à la qualité de ses acteurs. Thierry Lhermitte campe un ministre, clairement inspiré par Dominique de Villepin, plus vrai que nature. Sa manière de faire le grand écart entre son seul outil de travail - un stabilo jaune fluo - et des citations d'Héraclite est aussi impressionnante que le décalage entre la sincérité de ses aspirations et son comportement souvent artificiel. D'un caractère insupportable, sa croisade contre les néo-conservateurs américains, son panache et son absence totale de peur du ridicule le rende finalement attachant. Raphaël Personnaz est également très efficace dans la peau de Victor, le jeune conseiller, d'abord un peu déboussolé par les codes du Quai d'Orsay, qui est en charge de l'écriture des discours. Enfin, Niels Arestrup est sans doute le meilleur des trois dans le rôle d'un chef de cabinet - celui qui fait tout le boulot en s'accommodant des lubies de son ministre - d'une sérénité et d'un pragmatisme de tous les instants.

Le film s'appuie aussi sur de belles trouvailles visuelles - la manière dont le ministre claque les portes et fait s'envoler les feuilles de tous les bureaux - et sur des situations particulièrement bien exploitées (le contrastes entre les ors du quai d'Orsay et l'absence de moyens du ministère, le déjeuner avec la prix Nobel, les réunions de cabinets, les scènes dans l'avion du ministre). La manière dont le scénario met en perspective le microcosme du Quai d'Orsay avec les scènes banales de la vie privée de Victor avec sa petite amie Marina (Anaïs Demoustier) nous replongent utilement dans les réalités du quotidien.

On notera enfin que Tavernier, tout en nous faisant rire du manque de moyens (pas d'internet) ou des lourdeurs du Quai d'Orsay (le responsable du « chiffre », le protocole, les rivalités internes, le décalage entre les paroles et les actes) témoigne in fine d'une certaine admiration pour le travail des diplomates français, notamment dans la manière dont il conclut son film.
11 commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2014
Je m'attendais à une comédie "franchouillarde" et à un simple moment de détente, mais le film "Quai d'Orsay" est en réalité bien plus intéressant que cela.
Le scénario vise à synthétiser les mécanismes du fonctionnement du ministère des affaires étrangères, et je pense que la réalité est à peine en deçà.
Au-delà même du Quai d'Orsay, le film a pour moi une portée plus générale. Il montre l'attitude de beaucoup de "grands chefs", que beaucoup auront pu connaître dans le cadre d'expériences professionnelles. Superficiels, versatiles et insupportables, ils sont pourtant à mon sens indispensables au bon fonctionnement d'une administration. Si les administratifs par leur professionnalisme, leur maîtrise des dossiers et leur rigueur assurent le bon fonctionnement de leur organisation (à l'image du personnage joué par l'excellent Niels Arestrup), une figure de proue qui remplit l'espace joue elle-aussi son rôle (le ministre qui part "sur le terrain" résoudre la crise en Afrique, le ministère qui fait ses discours à l'ONU...).
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quelle prestations fantastiques des acteurs, Arestrup et Lhermitte en têtes (mais pas seulement) ! Et quel mordant dans la façon de traiter le sujet de la République, avec une galerie de protagonistes tout droit issus d'un Théatre (d'un cirque serait même plus juste)... Assez incisif et brillament interprété, voilà le meilleur film traitant de politique que j'ai pour ma part vu depuis longtemps ! Très recommandé !!!
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2014
Excellente satire de nos milieux politiques, et des rivalités internes entre chefs de service d'un ministère. Les dialogues sont excellents, et l'interprétation aussi.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2014
Bon film, prenant tout le temps. On reste dans l'action du quai d'Orsay du début a la fin.
Beaucoup de dialogue, très proche de la réalité politique et c'est du coup le coté très passionnant.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2014
Un moment très agréable, léger, mais pas trop !
De bons dialogues, des personnages attachants, et une mise en scène adéquate.
Bravo!

Ps, livraison Amazon toujours au top.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2014
On passe un brillant moment de cinéma, comme toujours avec Tavernier, même si certains personnages, comme le ministre Lhermitte , sont quand même un peu trop "hystérisés" ... Arestrup est génial en conseiller de l'ombre qui tient véritablement à lui seul le bateau ivre du ministère !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
INTERESSANT FILM SUR LES COULISSES DE LA POLITIQUE FRANCAISE....BERTRAND TAVERNIER N EN FAIT PAS UN FILM POLEMIQUE MAIS CERTAINS DETAILS NOUS RAPPELLENT QUELQUE CHOSE...OU QUELQU UN ?...THIERRY LHERMITTE EN FAIT BEAUCOUP MAIS C EST LE PERSONNAGE...NIELS ARESTRUP ET RAPHAEL PERSONNAZ SONT PARFAITS...COMME D HAB...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2014
Quand on constate les comportements inconséquents et la corruption de certains hommes politiques que révèlent actuellement les médias, ce film est au-dessous de ce qu'on peut imaginer !!! Admirable prestation de Niels Arestrup.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néo conservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares... Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.
Si on fait abstraction du côté parodique parfois lourd, Quai d’Orsay nous livre un regard sans complaisance sur le monde politique dans une comédie bien écrite,Bien qu'il comporte quelques longueurs, "Quai d'Orsay" est un film drôle et maîtrisé. Les acteurs y sont remarquables. Ils servent, au sein d'une tonalité originale assumant une part de caricature nécessaire, un propos qui lui, donne à penser sur les institutions étatiques françaises.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)