undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

2,7 sur 5 étoiles
10
2,7 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:23,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Une tragi-comédie où l'on suit Albert Lippincott, alias Mailman, un facteur un peu, non bien déjanté, qui s'ennuie grave dans sa vie banale, tellement banale, où il a tout raté.

Et comme il s'ennuie, il ouvre, lit, photocopie, classe, conserve certaines des lettres qu'il doit distribuer, jusqu'au jour où...

De fréquents allers-retours entre présent et passé pour nous raconter son parcours de looser patenté, mais tellement attachant, et fin observateur de ses concitoyens dans une Amérique qui ne va pas bien non plus.... Des passages que l'on aurait pu couper sans que l'ouvrage en ait souffert, d'autres impayables (sur les chats notamment !). Une écriture foisonnante, cash, d'une drôlerie sans nom par moments.

Passé les cent premières pages (oui, c'est un peu long mais bon...), j'étais complètement accro et j'ai vraiment passé un bon moment de lecture. Je vous recommande vivement ce roman qui sort vraiment de l'ordinaire, comme d'autres de la maison d'édition Monsieur Toussaint Louverture, qui, une fois encore, a fait bonne pioche !!
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C’est un type qui pourrait sembler assez normal ce Mailman alias Albert Lippincott. Pas sûr que vous l’auriez remarqué si vous l’aviez croisé dans le hall de votre résidence de la petite ville de Nestor dans l’Etat de New York. Il se démène entre ses relations professionnelles, ses parents et sa sœur Gillian avec laquelle il entretient une relation ambiguë, ses conquêtes féminines plutôt malheureuses, ses souvenirs qui le construisent mais surtout le détruisent et son métier de facteur, bref un gars relativement banal. Il adore son travail. Le plus difficile pour lui finalement, c’est de tuer le temps libre, sa vie n’étant pas palpitante. Alors il fait déborder un peu son travail sur ses loisirs : il sélectionne certaines des lettres qu’il distribue, les photocopie, les conserve précieusement et remet l’original dans le circuit après quelques habiles travaux de réfection. Il s’intéresse à la vie des gens probablement parce qu’elle le rassure et nourrit la sienne. Mais les gens n’aiment pas forcément qu’on touche ainsi à leur vie privée et cela lui vaut quelques petits problèmes avec sa direction. Et le jour où il va se demander si ce n’est pas cette petite manie qui est à l’origine du suicide d’un de ses usagers, les affaires vont se gâter.
Quand on le suit au quotidien, on en vient pourtant à penser que c’est un drôle de type : un peu maniaque, parfois misogyne, impulsif, névrosé et obsessionnel, un tantinet bizarre tout de même. Pourquoi finit-on par s’attacher à lui ?
Parce qu’il nous livre une réflexion existentielle dans laquelle nous pouvons probablement tous nous retrouver. Qu’est ce qui fait que dans la vie parfois, ça ne se passe pas du tout comme on le voudrait ? Tout pourrait réussir, les ingrédients sont là et pourtant la mayonnaise ne prend pas. Pire, on la renverse et il faut ensuite faire avec les taches de gras.
Au fil des quelques 700 pages de ce roman, vous entrerez dans la vie de ce loser de façon progressive, de plus en plus intime en jouant d’allers et de retours entre passé et présent qui risquent bien peu à peu de vous amener à le trouver pathétique, attachant et surtout extrêmement fragile et drôle.
Mailman est sans pitié pour lui comme pour les autres et à travers son histoire il nous fait aussi le portrait sans concession d’une Amérique pas forcément reluisante.
Entrez donc sans hésiter dans ce gros pavé - très jolie couverture qui plus est - et partagez avec bonheur les tribulations de ce Mailman qui vous réservera bien des surprises et vous deviendra vite sympathique.
CULTURE-CHRONIQUE
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2014
Une épopée existentielle qui commence par un clin d’œil à le genèse. Un père absent, une mère étouffante, un anti héros qui se cherche et passe son temps à rater sa vie. La rater ???? une fin éblouissante qui remet tout en perspective. Qu'est-ce que vivre finalement ? Qu'est-ce qu'être heureux ?
Avec un symbolisme étonnant (le courrier) l'auteur nous fait ressentir des émotions complexes et profondes. Culte comme l'a été Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes de Robert Pirsig. Une Amérique décadente et la misère des êtres font de ce livre fleuve une expérience qui mérite le détour.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2014
Voici un livre qui visite avec l'acuité et la finesse d'un Chris Ware (pas moins) les côtés clairs-obscurs d'une vie que d'aucuns jugeraient banale s'ils s'arrêtaient à sa surface. Le talent de l'auteur est bien évidemment de ne pas en rester là. Faut-il le préciser, pour en juger, il faut lire le livre jusqu'au bout.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2014
... j'ai donc le droit d'en penser ce que je veux. On est très, mais alors très loin du chef d'œuvre, il ne faut quand même pas rigoler (et encore plus loin du livre culte qui n'a, soit dit en passant, aucun point commun avec le bouquin de Pirsig).

J'ai acheté ce livre après en avoir lu et entendu des critiques dithyrambiques, qui le comparaient notamment à "La conjuration des imbéciles" de John Kennedy Toole (que j'ai absolument adoré). Au départ, on peut en effet trouver des points communs entre les deux personnages principaux (chacun étant original à sa manière) mais ça s'arrête là. Les premières pages m'ont amusé, mais c'est à peu près tout.

D'une sensibilité probablement différente de celle des deux autres personnes qui ont terminé ce livre (en date du 28 août 2014), ou alors tout bonnement moins subtil, je ne vois dans les péripéties (et ses perversions) de Mailman que des symboliques bien transparentes et banales. Et la fin est du même tonneau.

L'auteur réussit même l'exploit (pour moi) de rendre monotone une vie décousue.
Il n'y a pas de souffle, ici, et heureusement pour lui, le facteur fait sa tournée en camionnette.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2015
Je n'ai pas compris l'interêt d'écrire autant de pages pour nous raconter...rien ! Ni comment j'ai pu tenir jusqu'au bout , peut-être la certitude qu'il y aurait une fin grandiose? Même pas! Cette histoire me sera aussi rapide à oublier qu'elle a été longue à lire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comment certains critiques littéraires ont-ils pu considérer ce roman comme drôle et superbement écrit. J'ai essayé de m'accrocher mais sans succès. A la page 50, j'étais déjà fatigué de voir le "soi-disant" héros parlé de son gain à un concours à la radio. A la page 100, je n'en pouvait plus de son histoire avec son chat. A la page 150, je ne supportait plus ses problèmes psychologiques d'enfance. A la page 200, j'ai arrêté.
Le tour de force de ce livre n'est pas "d'avoir donner tant d'éclat à la transparence du héros "Mailman" mais d'avoir réussi à embobiner les critiques littéraires pour nous le faire croire.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2014
La maison Toussaint Louverture nous a habitué à tellement mieux qu'il s'agit d'une grande déception.
Structure ratée, personnage inexistant, chute ultra-prévisible... Rien à sauver
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2015
663 pages d'un ennui fou ... Je ne sais pas pourquoi je me suis efforcé d'aller jusqu'au bout ... J'espérais sans doute qu'un événement viennent tout bouleverser pour donner un sens à tout le reste ... Mais rien ne se passe. Le livre parle d'un facteur en décrivant des banalités sans noms. Bref, à fuir ! Concernant ceux qui le qualifie de "chef d'oeuvre"... j'imagine qu'ils font partie des proches de l'auteur ou de la maison d'édition car il ne faut avoir honte de rien pou affirmer cela !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2014
Pas vraiment "rentré" dans ce bouquin !! Au point que j'ai fait une pose et ... le reprendrais tard ... peut-etre !
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,60 €
21,90 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)