Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 août 2016
Un meurtre à la Agatha Christie dans un chateau de Bohème plein de dignitaires nazis
réunis par et autour de Heydrich, voilà qui nous fait des vacances au retour du front de l'Est!
Et Prague est si belle! (parait-il)!
Bernie fait son Hercule Poirot (en nettement moins policé) au milieu d'un nid de serpents autrement
plus dangereux qu'un cercle de vieux anglais conservés dans le whishy;
Après un démarrage laborieux de 200 pages, la suite s'enchaine et maintient l'intérèt jusqu'au
bout avec ses 2 intrigues gigognes;
un bon 8ème tome de la trilogie!
la culture de Bernie me parait un peu encyclopédique pour un flic qui n'a pas beaucoup de temps
a y consacrer mais Kerr ne résiste pas à faire étalage de la sienne!
deux minuscules références francophobes dans ce numéro mais il est vrai qu'on y croise aucun froggy!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2017
Toujours aussi fascinant. Gunther en héros désabusé continue sa quête de la vérité... Comment les allemands ordinaires ont-ils vécu le nazisme ? Comme lui peut-être. Comment P. Kerr peut-il être si crédible ? Le talent sans doute...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2014
Bon roman , mais la première moitié est lente et ce n'est qu'après qu'on est pris par l'histoire . Reste l'humour et la dérision de l'auteur au sujet du régime nazi. Il est un maître dans cet art.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2014
Quel plaisir de retrouver mon héros désabusé, torturé, fondamentalement allergique à toute forme d’autorité : Bernhard Gunther ! Nous revoici à Berlin en septembre 1941. Bernie est de retour du front de l’Est, passablement déstabilisé par ce qu’il a vu et malgré lui vécu, pas loin d’être suicidaire. En tous cas moins nazi que jamais. Mais c’est un homme consciencieux, qui fait son travail d’enquêteur au département des homicides de la Kripo, sise Alexanderplatz. Sérieusement, à fond, tout en restant très attiré par les belles jeunes femmes. Il est appelé à Prague par le terrifiant Reinhard Heydrich, pour – il le découvrira bientôt – démasquer un espion au service de la résistance tchèque. En fait, le lendemain de son arrivée dans la résidence d’été du « Protecteur » de la Bohème-Moravie, un des quatre aides de camp du général est assassiné. Un meurtre derrière une lourde porte verrouillée, et une fenêtre close, personne n’a rien entendu.
Philip Kerr sait ce qu’il doit au « Mystère de la Chambre jaune » et plus encore au « Meurtre de Roger Akroyd ». Tous les protagonistes sont suspects, et ils sont fort nombreux : tous pourraient avoir un mobile pour se débarrasser du jeune capitaine, même les « choux-fleurs », ces hauts gradés de la SS aux uniformes largement brodés de glands et de feuilles …
L’atmosphère est tendue, on recherche partout les opposants tchèques (qui finiront par réaliser leur rêve, attenter à la vie de Heydrich), on suspecte des espions à la solde des britanniques partout. Heydrich sème la terreur, c’est le premier flic du Reich, détesté par Himmler et qui vient d’évincer Frank. Bernie Gunther ne se fait aucune illusion : il est dans un nid de vipères mortel et va démêler les fils de l’énigme de façon brillante mais au combien dangereuse. Mais c’est bien dans ses habitudes de se mettre ainsi dans des situations intenables. On ne se demande pas s’il va s’en sortir lorsqu’on connaît la suite de ses aventures, en particulier en Argentine dans les années 50, mais on s’interroge sur le « comment ». En réalité, et c’est la seule faiblesse du roman, l’auteur procède ici par ellipse …
En bref, un roman d’une logique implacable, où l’on découvre dans tous leurs détails sordides les turpitudes des compagnons d’Hitler, la misère de ces allemands ordinaires devenus des tortionnaires extraordinaires … Avec, comme toujours chez Kerr, une fantastique recherche historique qui vous fait douter de ce qui est ou n’est pas vérité. Qu’importe ?
55 commentaires| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2014
Ce roman se situe bien dans la suite de la trilogie berlinoise, avec la même atmosphère étouffante et la complexité de l'intrigue. Qui est qui ? le héros poursuit son cheminement au gré des vents plus ou moins mauvais de l'histoire, dupe et est lui même dupé...et Prague n'est pas magique, ni éternelle, elle devient fatale ! A lire absolument
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2017
Le cher Bernie, toujours aussi naïf, de plus en plus dépressif, cherche à se fuir, songe au suicide avant de s'endormir et même parfois au réveil, tombant systématiquement amoureux de qui il ne faut pas. Moins d'humour donc et beaucoup plus de tristessse dans cette aventure qui ne figure pas parmi les plus réussies de Gunther. Ce mystère de la chambre jaune, cluedo chez les nazis, s'inscrit explicitement sous le signe du meilleur d'Agatha Christie ("Le meurtre de Roger Ackroyd", 1926, première traduction allemande en 1928) sans égaler le modèle, hélas!
En outre, la scène d'autopsie est assez pénible, sans parler de la description plutôt complaisante des tortures subies par le personnage féminin. L'apparition finale du nom "Auschwitz" a aussi quelque chose de déplaisant. Comme une facilité sous la plume généralement miux inspirée du talentueux Philippe Kerr.
Le puriste germanophone regrettera également des titres de presse erronés.
NB : pour qui voudrait se renseigner sur Heydrich et les circonstances de son assassinat, un livre brillant à signaler : "HHhH" de Laurent Binet (2010, Goncourt du premier roman) dont l'adaptation cinématographique sort actuellement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2014
J'ai horreur des livres de guerre, j'évite par couardise les livres où des scènes atroces trop réalistes me donnent des cauchemars. J'ai lu celui-ci malgré mes réticences. Dieu du ciel, quel bouquin! Quel chef-d'œuvre! Je pense qu'aucun critique ne rend vraiment justice à cette fresque exceptionnelle. Berlin en 1941, comme si on y était. Le héros: un homme, ordinaire, comme vous et moi, pas un taré nazi, confronté à la folie collective d'un peuple pris dans un engrenage fatal, essaye de résister. Il sait qu'on ne peut pas. Il dort avec son seul ami, un révolver sous l'oreiller, pour se suicider, parce qu'il n'y a pas d'autre issue pour affronter sa conscience. Et puis, il est en plein dedans, au sein du sein du cercle des pires criminels. Il pactise. Non, Il ne pactise pas... Il faut lire ce livre pour comprendre ce que nous sommes, mais aussi ce que nous pourrions être. Une œuvre rare, un exemple parfait de ce que devrait être un roman historique. Chapeau bas à l'auteur. Je vais lire ses autres livres, mais ne crois pas qu'il soit possible de faire mieux.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2015
Au fil de ces romans, l'écrivain apparaît très ambigu sur ses affinités et sympathies.
Il semble avoir une fascination pour cette période, une exécration des américains, un mépris (relatif) des Juifs.
Mais ses romans sont intéressants.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
8eme tome des aventures de Bernie Gunther, et on ne se lasse pas grâce à un Philip Kerr toujours aussi bien documenté, sur cette fois un Berlin des années 42 qui fait froid dans le dos, et un retour avec Heydrich à Prague pour une enquête façon Agatha Christie !

Toujours aussi bon !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2014
Découverte par le biais du site. L'histoire revue en long et en large sur fond de polar, super. Les références qu'utilise l'auteur ne nuise en aucun cas l'intrigue. Tout se lit facilement avec un réalisme qui m'a entraîné dans l'achat de tous les autres ouvrages de Kerrdisponibles !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici