undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici nav_WSHT16 Bijoux en or rose

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles
5
3,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Après « Paris 1975 » et « Copenhagen 1972 », voici le temps du cultissime « Stockholm 1970 », déjà paru par deux fois sur les labels Connoisseur et Purple Records. Enregistré durant la tournée « In Rock », ce concert furieux articulé autour de seulement 7 titres est largement constitué d’improvisations, beaucoup plus longues que celles (déjà conséquentes) de « Made In Japan ». Le Deep Purple Mark II de 1970, très jazz-psyché, se révèle différent de celui de 1972, plus typiquement « hard rock ». Pas de « Highway star », de « Strange kind of woman », ni de « Smoke on the water » ici : normal, ces chansons n’avaient pas encore été composées ! C’est donc logiquement sur le répertoire de la Mark I (avec Rod Evans et Nick Simper), d’extraits d’ « In Rock » et de reprises que reposaient les prestations, passant du simple au double selon l’inspiration du moment. A Stockholm, le quintet britannique devait être bigrement inspiré pour que l’instrumental « Wring that neck » et « Mandrake root » durent 31mn chacun ! Un temps suffisant pour que le chanteur Ian Gillan puisse tranquillement trousser en loge quelques groupies suédoises pendant les solos extensifs. Même le classique « Child in time », dont l’interprétation est la meilleure qui soit, dure 19mn, soit deux fois plus que la version studio. Gillan la chante particulièrement bien et le développement instrumental est beau, à des années-lumière de l’accélération bourrine des années 80. Paice et Glover impulsent un groove jazzy ; Jon Lord et Ritchie Blackmore conversent de manière très cool… « Speed king », qui ouvre le show, affiche 11mn au compteur, laissant également les solistes bavarder gentiment. Si « Into the fire » et le tube du moment « Black night », respectivement de 5 et 7 minutes, sont d’un format plus raisonnable, ce n’est pas le cas des trois autres morceaux, « Wring that neck » (de « Book Of Taliesyn »), « Mandrake root » (de « Shades Of Deep Purple ») et la reprise instrumentale des Stones « Paint in Black » (12’12), prétexte à un solo de batterie interminable. Intéressant… mais parfois insupportable, il faut bien l’admettre !
La présente édition de « Stockholm 70 » s’avère plus attractive que les deux précédentes par la présence en bonus de versions inédites de « Wring that neck » et de « Mandrake root », capturées à la taverne de l’Olympia de Paris et qui, respectivement, ne durent que 11 et 14mn. Ouf ! Un DVD accompagne le double CD où l’on retrouve le fameux document de 25 mn « Deep Purple Doing Their Thing – Live At Granada TV ». Seul « Child In Time » figure en entier, les versions de « Speed king », « Wring that neck » et « Mandrake root » étant malheureusement tronquées. A l’époque, les cameramen ne filmaient que le temps nécessaire au reportage, sans garder aucune archive du reste, ce qui est bien dommage. Soyons déjà heureux que posséder ce document rare qui complète parfaitement le concert de « Stockholm », l’un des plus représentatifs de l’art de Deep Purple en 1970. Moins de 15 euros pour tout ça, c’est cadeau !
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2014
Pas de différence avec la première mouture , sauf la pochette et le DVD il était déjà en vente sous le titre "Master from the vaults" donc rien de nouveau . Et puis ce concert à Stockholm en 1970 est très moyen au niveau enregistrement .
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2007
Oui, voilà, tout est dit dans le titre.
C'est, d'après certains, le live ultime de Deep Purple. Ultime, parce que c'est surtout l'un des premiers d'une très (trop??) longue série de Live qui ont fini par devenir imbuvables... Celui-ci n'est donc vraiment pas à réserver aux novices.

Le choix des chansons est à l'époque assez restreint (pas évident de reprendre "Hush" quand le cerveau et les doigts dictent une impro, hein Ritchie ?), mais certains titres, et notamment "Child In Time" valent le détour. Oh, et puis on a une reprise des Stones, un peu personnalisée, oui, oui...

Mais si vous n'en voulez qu'un, tournez vous vers un "Made In Japan", ou un "Live In London"... Vous aurez toute la magie d'un de leur live, le choix des chansons et le côté pro en plus !
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2015
Fan du groupe je suis très déçu de la qualité d enregistrement de cet album .Vous voulez des live de DP allez vers les 2 "made in japan et Europe" et la vous en aurez pour votre argent et vos oreilles .J ai malheureusement acheté en même temps Copenhague 71 et Paris 75 et c est le même constat.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album fait partie des nombreuses bandes live rééditées par les producteurs de Deep Purple ces dernières années. L'intégralité des titres se trouve déjà sur l'album SCANDINAVIAN NIGHT. Ayant déjà fait paraître une chronique amazon de ce dernier, je ne vais pas la refaire pour ce LIVE IN STOCKHOLM. En résumé, voici Deep Purple mark II, à ses débuts, juste après la sortie de l'album IN ROCK. Ils sont jeunes, frais, inspirés, ils ont inventé un style, le hard rock speedé. Car la spécificité de Deep Purple par rapport à l'autre groupe du moment, Led Zeppelin, c'est la rapidité de leur jeu. Pourquoi croyez-vous que les hostilités démarrent avec "Speed King" ?!

Pour répondre au précédent commentaire, s'il y a peu de titres, c'est qu'ils sont longs, et ensuite car le groupe n'avait sorti qu'un album sous cette formation ! Les titres sont donc tirés de IN ROCK, complété de "Mandrake Root", du single "Black night". Ian Paice nous gratifie d'un solo à partir du « Paint it black » des Stones. A posséder pour ce rendre compte du potentiel inouï de ces cinq british, qui ont implosé en vol trois ans plus tard...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)