undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
52
3,5 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:12,08 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 février 2015
Etre l'unique acteur, durant tout un film, pourrait paraître rébarbatif à l’énoncé, pour créer une motivation chez un cinéphile.....Et pourtant, vous êtes en présence d'UN CHEF d'OEUVRE. La Qualité de son interprétation, avec comme seul support comme décors, l'immensité de L’OCÉAN, relève de la super-performance et d'une maîtrise absolue. de son métier d'acteur, UN MONSTRE d'INTERPRÉTATION !!! On ne s'ennuie pas une seconde , c'est simple lorsque je l’ai visionné, j'avais l'impression que j'étais à sa place, tellement que j'ai été happé par ce film extraordinaire. Une histoire, qui pourrait paraître banale pour certain ET POURTANT. C'EST VRAIMENT DU LOURD...Si vous aimez l'acteur, surtout ne ratez pas ce très Grand Film...........
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2015
J'avais un peu peur du " blockbuster ", Redford oblge, devant ce film et puis à quoi bon se pencher sur quelque chose qui me semblait trés proche du film avec Tom Hanks de Zemeckis qui date de 2000. Bref, oisiveté aidant je me suis lancé.

Bonne surprise. Sur un récit minimaliste, un voilier solitaire dans l'Océan Indien, un amateur de navigation, un incident, ses conséquences, J.C Chandor a construit un film minimaliste, sans pathos, silencieux et introspectif où l'étonnement pour un non-initié à la navigation est permanent.
Rien de spectaculaire, de gratuit, du quotidien, tout est en pointillé, parfois juste effleuré, très bien filmé, Redford est parfait.

Chacun en tirera sa propre analyse, la traversée se fait avec le personnage, ses angoisses sont nôtres, son parcours muet ou presque peut être partagé par tous.

Je ne suis pas certain que ce soit un bon encouragement pour ceux qui voudraient se lancer dans la navigation, la peur est présente, la tension forte, mais c'est un excellent spectacle voire un peu plus.

L'Océan vu à hauteur d'homme est une sacrée expérience de spectateur, ses dangers, sa beauté aussi, et quelques scènes sont presque d'anthologie.

Chemin initiatique aussi qui parie sur le dépouillement, l'abandon et la perte pour nous emmener à son terme.

A voir donc sans restrictions.
review image
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un homme, son voilier, l’Océan Indien. Voici les seuls protagonistes de ce drame d’1h45. Un bruit de craquement sinistre réveille l’homme un matin : un container, flottant abandonné, vient d’éventrer la coque. La radio a pris l’eau : impossible d’envoyer un SOS. Tels sont les éléments de départ d’un film qui vous tiendra en haleine jusqu’à son dernier plan. Oubliez les longueurs et les dérives mélodramatiques de Seul au monde ou En pleine tempête, « All is lost » sera désormais l’archétype du film de survie en milieu marin.

Il y a deux ans, JC Chandor avait signé une extraordinaire plongée dans l’univers aussi feutré qu’impitoyable de la haute finance, et parvenait à faire comprendre les tenants et aboutissants de la crise des subprimes au spectateur moyen malgré un sujet technique et aride. C’était Margin Call. Certains lui avaient reproché à l’époque un manque péripéties et d’être bavard. Chandor en a pris le contrepied complet avec « All is lost », film taiseux s’il en est. Un monologue en off pendant le générique, une tentative d’appel au secours dans le premier tiers, et enfin un énorme « Fuuuck ! » aux deux tiers du film tiendront lieu de seuls dialogues (qui, techniquement, n’en sont même pas, en absence d’interlocuteur). A l’univers foisonnant, bruyant, coloré de la ville succèdent le grand calme et l’horizon monotone. Le casting multiple et tourbillonnant fait place à un unique Robert Redford dont l’intense jeu mutique nous laisse bouche bée d’admiration. Seuls points communs : le choix d’acteurs de premier ordre, l’approche technique du sujet (finance ou navigation), et enfin une réalisation maîtrisée à la perfection, ne laissant rien au hasard. Les rebondissements et les moments plus calmes se succèdent sans temps mort, de façon très linéaire, caractéristique inhérente aux films de survie (et il y en eut plusieurs cette année, en particulier After Earth et Gravity). Un soin quasi-naturaliste fut d’ailleurs apporté au réalisme d’« All is lost » : rien n’est improbable (oui, même les containers abandonnés sont courants, paraît-il, en mer), tout est vraisemblable. Sans rien vous révéler des péripéties, sachez simplement que la bande-annonce les dévoile pratiquement toutes ; je vous déconseille donc de la regarder avant si vous souhaitez vous préserver certaines surprises. Cela dit, pour ma part, ça ne m’a pas gâché le spectacle, tant « All is lost » se repose sur bien d’autres éléments que sa seule dramaturgie.

En fait, l’attention du spectateur n’est pas maintenue par les seules péripéties, mais également par les réactions de l’homme. Les férus de voile se passionneront sans aucun doute pour ses choix : sont-ils judicieux ? les fait-il au bon moment ? n’oublie-t-il rien ? Une solide et minutieuse documentation semble en tout cas avoir précédé l’écriture du scénario. Par d’ailleurs, il est assez génial de constater que n’importe quel néophyte découvrant « All is lost » peut se demander : « tiens, mais pourquoi fait-il ceci ? et moi, aurais-je pensé à faire cela ? ». L’identification est immédiate et l’immersion (si l’on peut dire) totale, et sans que le film s’adresse particulièrement à des spécialistes, il ne délaisse pas pour autant ces derniers, tout comme « Margin call » avait pu plaire à des banquiers d’affaire. Mais ne prenez pas « All is lost » pour un cours de voile en vidéo ; c’est avant tout un récit de survie, sur l’instinct qui pousse un homme à toujours tenter de trouver une solution avec ce dont il dispose malgré les aléas qui s’acharnent sur son sort. C’est une histoire de combat acharné, mais sans une goutte de sang. C’est le meilleur film depuis La mort suspendue qui nous parle d’espérance et de la tentation du désespoir quand « tout est perdu ».

Enfin, pour ne rien gâcher, notons que la musique est particulièrement envoûtante sans devenir obsessionnelle ni envahissante ; c’est fort appréciable. De plus, je vous recommande fortement de le découvrir sur grand écran afin de ressentir au mieux l’isolement terrifiant de cet homme en perdition, entouré d’un désert liquide.

All is lost, deuxième film de JC Chandor, est donc la transformation réussie d’un essai marqué il y a deux ans avec Margin Call. Un grand réalisateur indépendant confirme son talent, que ce soit à l’écriture, la réalisation ou la direction d’acteurs. Robert Redford, quant à lui, nous livre une prestation rare, magnifique de retenue et d’intensité malgré une absence quasi-totale de paroles. All is lost est peut-être un peu moins accessible que Gravity pour cette raison mais que cela ne vous rebute pas car vous passeriez à côté d’un grand film !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je crois que c’est la première fois que je vois un film interprété par un seul acteur, du début à la fin.
Du coup, il n’y a pas de dialogue ni voix off, ce qui fait l’originalité de ce long-métrage. Malgré cela, on ne s’ennuie pas une seconde, la tension est palpable et l’action omniprésente. Le personnage joué par Robert REDFORD est pris dans une sorte d’engrenage, où, malgré ses efforts continus, sa situation ne fait qu’empirer.
C’est vrai qu’All is lost’ a des points communs avec ‘Gravity’ d’Alfonso CUARON. La différence principale est l’absence d’effets spéciaux, ce qui, ajouté à son unique interprète et au manque de dialogue, en fait un film simple voire minimaliste.
Et comme le dit Robert REDFORD : ‘J’ai tout de suite aimé l’idée d’enlever tous les filtres, de ne plus pouvoir tricher et d’être en contact direct avec le spectateur.’ Le revoir dans un rôle principal – a fortiori – est assez inattendu, et c’est un vrai plaisir de constater que son talent demeure intact.
Ce ‘survival’ est une expérience forte et originale.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2014
"All Is Lost" est un film quasi muet,très original,sur l'isolement et la combativité.Pendant tout le film je n'ai pas pu m'empêcher de penser que Robert Redford jouait son propre rôle,celui d'un homme de 77 ans proche de sa fin mais qui lutte et résiste pour tenter de survivre.En tant que fan de ce grand Monsieur,c'est avec beaucoup d'émotion que j'ai visionné le film tant il sonne comme un témoignage après 50 ans de carrière,pour démontrer une fois encore,s'il en était besoin,tout le talent et la justesse de cet éternel golden boy.
Le film fait la part belle à la psychologie du personnage face aux événements contraires qui s'enchaînent,on le voit passer par toutes les phases jusqu'au découragement ultime.Et c'est d'ailleurs au moment où il lâche enfin prise que le destin lui donnera un coup de pouce.
Il faut tout de même saluer le tour de force remarquable pour un film sans dialogues et avec un seul acteur de tenir le spectateur en haleine du début à la fin.C'est bluffant.
Concernant le dvd,la qualité de l'image est remarquable.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au cours d'un voyage en solitaire à travers l'Océan Indien, un homme découvre à son réveil que la coque de son voilier de 12 mètres a été percée lors d'une collision avec un container flottant à la dérive. Privé de sa radio et de son matériel de navigation, l'homme se laisse prendre dans une violente tempête. Malgré ses réparations, son génie marin et une force physique défiant les années, il y survit de justesse. Avec un simple sextant et quelques cartes marines pour établir sa position, il doit s'en remettre aux courants pour espérer se rapprocher d'une voie de navigation et héler un navire de passage. Mais le soleil implacable, la menace des requins et l'épuisement de ses maigres réserves forcent ce marin forcené à regarder la mort en face.
Aucun doute, ce huis-clos maritime exceptionnellement fort en émotion demeure la très grande surprise de cette fin d’année 2013! Le voyage est passionnant, c'est un film d'aventure palpitant! Moments de tempête et calme plat invitant à la panique, à l'abandon et à l'espoir, où l’immensité de l’océan éclate sur l’écran! Quoi de plus beau qu'une mer calme à la tombée du jour, au clair de lune ou à l'aube ? Et quoi de plus brutal qu'une tempête en mer ? Ce sont ces deux extrêmes qui s'affrontent dans ce superbe film d'action existentiel qui repose sur un vieil homme perdu en mer! Grâce à la direction de J. C. Chandor dont la mise en scène est d'une pureté magnifique (cf. ce plan fascinant où l'on voit cet homme couler lentement), la prestation hors pair de Robert Redford nous captive, nous poursuit et nous happe complètement durant les 105 minutes de projection! On est face à un homme et ses pensées, on ne sait pourtant pas son nom ni vraiment pourquoi il est là! Sans être traité comme un baroudeur ou comme un héros, c'est à lui seul que l'on doit l’intensité de chaque scène et le personnage tout à fait saisissant de ce naufragé qui va lutter contre les éléments en tentant de survivre! Le film réussît au passage le tour de force de filmer plus le corps de l'acteur que la mer elle-même qui, finalement, n'est pas si présente que ça! Une géniale leçon de cinéma et de courage pour une performance d'acteur extraordinaire qui ne se raconte pas mais se vit!
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2014
Bon, c'est à voir bien sûr : pour les sublimes paysages marins ; pour le combat d'un homme seul contre les éléments ; pour le refus de lâcher prise d'un vieillard aussi ingénieux que tenace ; pour la performance de l'acteur Redford dans un rôle muet mais sans doute éprouvant pour son âge ; pour une mise en scène astucieuse. C'est déjà pas mal, me direz-vous. C'est vrai. Mais est-ce suffisant pour faire un très bon film ? Je n'en suis pas complètement convaincu. D'autant que l'improbable mais inévitable "happy end" ("à l'américaine") gâche un peu le caractère tragique de l'aventure. Le film comblera à coup sûr les amoureux de la mer et ceux qui sont en quête délibérée de situations à hauts risques. Mais, franchement, se lancer seul, à 78 ans, sur un voilier au beau milieu de l'océan ! Ça me dépasse.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2015
Normal pour un film sans dialogues allez-vous penser ! Plus sérieusement, beaucoup de connaisseurs de la navigation ont dit que les situations que cet homme rencontre en haute mer après l'avarie de la coque de son voilier sont improbables. Ils ont sans doute raison, je n'en sais rien. En tout cas, nul doute que le grand numéro d'acteur auquel se livre Robert Redford est inégalé et que toutes les émotions qu'il ressent se lisent sur son visage buriné, de l'espoir au renoncement. Un grand film qui peut le rendre fier du travail qu'il accomplit depuis 35 ans au sein de son entreprise du film indépendant et grâce à laquelle il a donné sa chance à de nombreux réalisateurs dont JC Chandor qui a dirigé celui-ci de main de maître.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2016
Quarante-deux après le magnifique «Jeremiah Johnson» et son combat pour la survie dans l'hostile grand nord canadien, Robert Redford est de retour et cette fois-ci, l'océan le mettra à l'épreuve. J.C Chandor («Margin Call») signe avec «All is lost» une aventure humaine des plus éprouvantes. Redford, livré à lui-même, endosse le rôle d'un marin aguerri, dont la traversée de l'océan indien se transformera en cauchemar suite à une malheureuse collision. Durant 106 minutes et quasiment sans aucun dialogue, (une narration aurait alourdi l'ensemble), Redford va se battre pour sa survie avec une dignité proportionnelle à son courage, aucun cri, aucune larme, juste la rage de vivre. Faisant preuve d'une ingéniosité incroyable (que n'aurait par renié McGiver), le héros solitaire de cette odyssée fera face à ce monstre pouvant l'engloutir à tout moment. Le scénario minimaliste et la caméra virtuose de J.C Chandor sont les arbitres d'un inégal mais dantesque combat entre David et Goliath. Et pour contredire le titre du film, tout n'est peut-être pas perdu !!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2015
Un acteur en solo, Robert REDFORD et un film réalisé par JC CHANDER. Le titre dit tout, pas besoin de dialogue, on comprend ce qui va se passer. Dans ce scénario, on se met facilement à la place du navigateur et même si je ne m'y connais pas en navigation, je sais que l'instinct de survie est difficilement jouable au cinéma. Quelques longueurs quand même. Malgré des critiques partagées, ce long métrage a remporté quelques grands prix.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,69 €
14,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici