Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_WSHT16 Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
35
3,5 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:12,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 avril 2017
L histoire est un peu convenu, on se doute plus ou moins de l issue... Neanmoins, ce roman se lit avec plaisir, et il s'en dégage un certain charme, proche de la univers de Amelie Poulain.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2014
C’est la couverture du livre qui m’a donné envie de le lire : colorée, Tour Eiffelesque, joyeuse, féminine.
Et le résumé m’a convaincue : Aurélie, un jour de moral en berne, achète par hasard (mais le hasard existe-t-il ?) un roman, dans une petite librairie parisienne. Surprise, l’héroïne dudit roman, c’est elle. Son petit resto Le temps des cerises est l’autre héros du roman. Intriguée, elle décide de rencontrer l’auteur, qui a réussi à toucher son cœur. Mais l’éditeur, André, en apparence revêche, s’y oppose fermement. A raison : l’auteur n’existe pas, c’est André qui l’a inventé, à défaut d’avoir trouvé un auteur « exotique » mettant Paris en scène. Mais maintenant qu’Aurélie entre dans la danse, cela va rapidement se compliquer pour André…
D’une idée originale, Nicolas Barreau fait un roman pétillant, peuplé de personnages attachants, que l’on dévore comme un marshmallow, au coin du feu ou sous un rayon de soleil, en fonction de la météo. Se lit très vite car plus moyen de s’arrêter une fois les premières pages entamées, et avec un plaisir intense. Léger, estival et plein de bons sentiments, mais pas mièvre. Avec un zeste d’humour en bonus. Que demander de plus ?
Keske ça fait du bien, le sourire des femmes !
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après une succession de romans très bons mais passablement déprimants, je cherchais une lecture légère et agréable, un bouquin dans lequel je me plongerais avec délices et que je refermerais sourire aux lèvres. Auréolé d'un Prix des Lecteurs, "Le sourire des femmes" semblait remplir parfaitement mon cahier des charges. Et au début, je l'ai adoré sans réserve pour une multitude de raisons. D'abord, le style fluide, ni trop précieux ni trop familier, aux antipodes de ce que j'appelle "l'écriture Cosmo" - un ramassis de clichés sur la féminité et les rapports entre les deux sexes, assenés avec une fausse connivence qui m'est insupportable. Ici, rien de tel. L'auteur ne prend pas sa lectrice pour une pintade, et il émaille sa narration de références culturelles judicieusement choisies. Premier bon point pour lui. Ensuite, il sait exploiter l'atmosphère romanesque bien qu'un peu déprimante de Paris en novembre pour mettre en scène une héroïne qui inspire immédiatement la sympathie: elle vient de perdre son père, son mec la plaque comme un parfait goujat, sa meilleure amie adepte de la bienveillance dure la bouscule inutilement... Mais comment ne pas aimer une fille qui flashe sur un manteau rouge et collectionne les pensées sous forme de petits papiers épinglés aux murs de sa chambre? Enfin, la peinture du milieu de l'édition, pleine d'humour et de tendresse, m'a rappelé combien j'étais chanceuse de travailler dans ce secteur.

J'étais donc prête à faire une critique dithyrambique de ce roman, et puis... mon enthousiasme est quelque peu retombé en chemin, au fur et à mesure que l'intrigue devenait prévisible jusque dans ses moindres détails et que la prometteuse Aurélie se comportait de manière de plus en plus sotte. J'ai regretté que le filon culinaire ne soit pas exploité davantage malgré la présence de quelques recettes en fin de livre, et que l'imbroglio amoureux occulte tous les autres à-côtés alléchants qui auraient pu étoffer l'histoire. J'ai quand même terminé ma lecture très vite, et elle a été agréable dans l'ensemble, mais j'avoue que j'espérais mieux au départ.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2014
Une romance contemporaine avec pleins de rebondissements ...
Un livre qui se lit , mais qui a l'instar de son héroïne peut aussi raccomoder un moral en berne .
Un plaid, un bon thé et ce livre ....un pur moment de bonheur.
11 commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2014
De belles histoires. Agréable. Sympa. Un moment de lecture détente.
Je ne connaissais pas l'auteur, une belle découverte.
Une histoire de femmes écrite par un homme. Bien
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2014
ce livre se lit certes facilement et ne prend pas la tête, quoi que...
j'ai été particulièrement énervée par ce mensonge dans lequel le "faux auteur" se noie. J'avais envie de le secouer, de lui dire "mais dis-lui la vérité !!!!!". Et la fin est trop facile.
Bouquin OK pour la plage ou le bord de la piscine, sans plus.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2016
J'ai rarement vu un livre écrit à ce point à partir de clichés, on dirait une compilation de romans de gare, écrit par un ado pistonné du milieu de l'édition. Je l'ai abandonné dans une chambre d'hôtel, la couverture était assorti au papier peint!
A la fin du livre, on n'a toujours pas compris ce que ce héros manqué peut bien avoir à offrir à cette fille dont il tombe amoureux, enfin parait-il.
Si c'est çà le prix des lecteurs, çà en dit long sur la baisse de niveau générale!
N'est pas Cartland ou Legardinier qui veut! De plus, je n'ai jamais vu autant de fautes d'orthographe, de coquilles, parfois plusieurs par page!
Pour un prochain rendez-vous avec Nicolas Barreau: le sourire du correcteur! Serait indiqué.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2015
Je crois que ma dernière sélection de bouquins pour les vacances a été relativement médiocre... A priori, je dois être dans ma période "Harlequin mon amour"...
Alors voilà, c'est un homme, ah oui OOPS, ATTENTION SPOILER, OUH OUH OUH !!!, voilà, pardon, l'alerte a été donnée, je peux donc continuer... Donc c'est un parisien qui décide d'écrire anonymement un roman sous un pseudo anglais, parce que s'il l'avait écrit directement avec son nom bien français, et bien le livre n'aurait pas été un succès (?...), et aussi parce qu'il bosse dans l'édition... (??...). Sauf que cet imbécile qui a puisé l'idée de son bouquin dans le sourire si "ma-ni-fff-aïïïï-que" d'un visage féminin, celui d'une restauratrice, croisée un beau jour, oublie totalement l'existence de ladite femme et comme il bosse dans l'édition, et qu'il est un peu crétinoïde, il oublie aussi totalement qu'un écrivain qui vend des bouquins, et bien ça fait des interviews et des dédicaces et donc que ça montre sa tronche. Du coup, le gars il est coincé... La fille, qui n'a jamais lu un Harlequin de sa vie, tombe comme par hasard sur ledit bouquin, un soir de pluie, et de brouillard, lalala, suite à une rupture amoureuse (oui, moi aussi, je cours dans les librairies quand on me quitte...), elle le dévore, retrouve le fameux sourire de la Joconde, et cherche à tout prix à rencontrer son auteur-sauveur... Mais ce dernier, empêtré dans ses mensonges ne peut lui avouer l'horrible vérité, ô tragédie ! Du coup, jeu du chat et de la souris, blablabla, ils s'engueulent, il avoue, elle pardonne, elle l'aime, il l'aime, il est riche, il est beau, shalalala shalalala... Bref, évitez...
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2014
Pas ma écrit, un peu " cucul " mais sympa, ça ne vous prend pas la tête, c'est sur ! Et cela ne vous laisse pas de souvenirs tenaces !!!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2017
Je trouve dommage que la quatrième de couverture en dévoile trop. Elle dit quelque chose qu'on apprend au chapitre 4 (si mes souvenirs sont bons), et que j'aurais préféré découvrir.

Voici une comédie légère. Elle est fraîche, apporte quelques sourires, quelques rires, un peu d'émotion... Beaucoup de livres légers sont niais. Pour moi, «Le sourire des femmes» échappe à la niaiserie. Bien sûr, on peut penser qu'André est tombé un peu vite amoureux. C'est même pire que le coup de foudre que je déteste tant. Pourtant, cela ne m'a pas gênée. D'abord, parce qu'il n'a rien oublié alors que la rencontre date de plus d'un an. Ensuite, parce que l'auteur amène bien les choses. De plus, sachant que c'est une comédie, il faut accepter ce genre d'éléments.

L'intrigue est assez cocasse. Les gens avec qui travaille André ont tous un aspect amusant. Le pompon revient sûrement à monsieur Monsignac, de qui on rira volontiers, mais qui, dès le départ, a un côté attachant. Il le gardera jusqu'à la fin. La mère d'André est aussi un personnage haut en couleur.
Des scènes sont également drôles. Pour n'en citer que quelques-unes: l'apparition de Robert Miller, le moment où il parle à son public, la rencontre d'Aurélie et de Lizzie, certains dialogues entre André et Adam Goldberg, les colères de Monsignac...

Certains événements sont convenus, mais pour moi, ce n'est pas négatif. On attend qu'un livre de ce genre respecte certains codes. J'ai donc été ravie que celui-ci les respecte. Lorsque les choses ont commencé à prendre la direction souhaitée par l'un des personnages (et par le lecteur), je me suis demandé, avec un petit rire, comment Aurélie apprendrait la vérité. Je n'ai même pas imaginé que cela se passerait ainsi, pourtant, c'est simple et logique.
La fin m'a satisfaite. Elle ne pouvait être autre, sous peine de décevoir le lecteur. Il est intéressant de voir comment elle devient possible. Là encore, je ne m'attendais pas à cela, et pourtant, c'est logique. À y bien réfléchir, cela n'aurait pu arriver d'une autre manière.

J'ai bien aimé la façon dont l'auteur aborde le thème de l'écriture. Parfois, j'imagine que certains écrivains que j'aime sont comme Robert Miller (ceux qui ont lu le livre comprendront), et que le public le découvrira peut-être dans quelques années. Des choses de ce genre sont déjà arrivées. J'aimerais en dire davantage là-dessus, mais je dévoilerais certaines choses.

Un roman sympathique avec lequel on passe un bon moment.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Flora Brunier et Damien Ferrette.
D'autres éditeurs ont publié des romans lus par plusieurs comédiens. Ici, il y a une petite différence. En général, un comédien lit les chapitres racontés par un personnage, et un autre lit ceux racontés par un autre. Audible FR a introduit une subtilité qui m'a plu. Lorsqu'Aurélie parle alors qu'André raconte, c'est Flora Brunier qui lit les répliques d'Aurélie, et vice-versa. Les dialogues sont bien plus vivants et réalistes ainsi. Du reste, j'ai trouvé cela plus logique que ce qui est fait habituellement. On me dira peut-être que les éditions VDB faisaient ainsi. Ce n'est pas tout à fait vrai. Elles faisaient lire par plusieurs (généralement deux) comédiens des romans qui auraient pu être lus par un seul, il n'y avait pas forcément des points de vue différents selon les chapitres. La comédienne lisait tous les rôles féminins, et le comédien lisait tous les rôles masculins. J'ai conscience que cela n'est pas toujours facile à faire: certains livres se prêtant davantage que d'autres à cela, mais j'espère que les éditions Audible FR renouvelleront l'expérience, et que d'autres s'y essaieront.

À mon avis, ce livre est davantage fait pour être écouté. Damien Ferrette et Flora Brunier jouent les dialogues, leur donnant le dynamisme voulu par l'auteur. Le comédien a pris le parti de faire une voix un peu zozotante à Monsignac, et de hausser le ton lorsqu'il s'emporte. C'est amusant sans être exagéré, et cela a fait que j'ai imaginé le personnage. Cette interprétation vivante m'a bien fait rire. Damien Ferrette modifie également sa voix pour la mère d'André. Cela va bien au personnage et au roman. D'autre part, certains protagonistes ont un accent anglais. En général, je n'aime pas que les lecteurs fassent les accents, ici, je trouve que cela a ajouté au comique de certaines situations notamment lorsqu'Adam Goldberg s'exprime. En outre, le comédien s'arrange pour ne pas exagérer.
Quant à Flora Brunier, son jeu a été une belle découverte pour moi. Elle aussi change un peu sa voix, notamment pour Lizzie et Bernadette. Là encore, cela va bien aux personnages et à l'ambiance.
Voilà pourquoi je pense que ce livre est plutôt à lire en audio: le jeu des comédiens renforce le rire provoqué par les répliques et les situations.

La structure est à peu près respectée. J'ai appris récemment que Audible FR tentait le plus possible de respecter la structure des livres (une piste est égale à un chapitre). Cependant, lorsque cela donne des pistes très longues ou très courtes, le système ne l'autorise pas. Je continuerai à signaler si la structure du livre est respectée ou pas, mais ce sera une information pour les lecteurs qui souhaiteraient le savoir. En espérant qu'Audible FR trouvera un moyen de le faire sur tous ses livres à terme.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,99 €
13,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici