Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PCWS17 Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
108
4,0 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:12,78 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Le loup de Wall Street » est un film de trois heures, réalisé par le grand Martin Scorcese, qui s'inspire de la vie édifiante de Jordan Belfort, un trader ayant bâti sa fortune, en très grande partie illégalement, dans les années 1990 sur le marché de junk bonds.

Le film a été tourné avec le parti pris d'observer cyniquement - sans le juger a priori - le monde dissolu des traders de la fin du XXe siècle. L'argent n'est pas que le roi de ce monde, il est la seule préoccupation, la seule unité de mesure, le seul aboutissement, la seule motivation et la seule raison de vivre de personnes qui en sont devenues dépendantes (au sens médical du terme), tout autant que de toutes les drogues imaginables. La vie de Jordan Belfort (Leonardo di Caprio) est une spirale sans fin qui s'organise autour de quatre piliers - travail, drogue, sexe et dollars - sans autre ligne directrice que celle du « rêve américain », détourné sans scrupules de ses idéaux moraux. Avec une certaine maestria, Scorcese nous emporte dans le rythme effréné de cette course en avant pour laquelle, comme l'affirme très tôt le père de Belfort, « il faudra bien un jour payer les pots cassés... ».

L'absence de moralité du héros est à peine compensée par quelques une de ses « qualités » : son génie de vendeur, son énergie pour tenter de s'extraire de son milieu, sa fidélité envers ses amis ou sa sincérité dans sa volonté de fonder une famille idéale. Mais aucune d'elles ne résistent à l'engrenage des compromissions et des transactions illégales. De Robin des Bois, dont il dit par moment s'inspirer pour plumer des riches, Belfort en arrive rapidement à voler tout le monde pour n'enrichir que ceux qui ont eu la « chance » d'entrer à son service. C'est d'ailleurs en vivant en milieu fermé que Belfort parvient à ne pas comprendre ce qui l'emportera vers la chute.

De ce cocktail explosif, Scorcese est parvenu, grâce à un casting éblouissant - Leonardo Di Caprio (impeccable), Jonah Hill (fabuleux), Margot Robbie, Kyle Chandler Jean Dujardin ou Matthew MacConaughey - a réaliser un film à la fois, vif, intense, rythmé et souvent original (par exemple la double scène en miroir du trajet en Ferrari d'un Belfort particulièrement défoncé). Malgré un propos assez répétitif, le film n'ennuie jamais et progresse, de rebonds en rebonds, vers son épilogue inéluctable. Mieux, dans sa conclusion très sobre, il évite les grandes leçons de morale tout en étant redoutablement efficace dans son jugement de valeur final.

L'édition collector est somptueuse, avec un excellent Blu-ray, un boitier bien conçu et un livret très bien fait. La B.0.F. vaut également le détour !
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2017
What I said before remains true. That film is too long and the strong arguments are like drowned in detail. But it sure was popular. DiCaprio is on the bandwagon of Martin Scorsese in his trip and crusade against extreme capitalism, here the extreme financial capitalism that cost the whole world a phenomenal financial crisis in 2008-2009, and we are still not out of it, we are not yet out of it.

The meaning is simple: there is no friend in business, in business we have no friends, and you can be sure your best friend is ready to rat on you if you are ready to rat on him or her. And strangely enough there are always some circumstances that will justify your ratting on your friends and there will no salvation whatsoever on that road.

Life may be fun if there is a lot of money, a lot of fun, many women, a lot of drugs and all that goes along with that but one day all that will collapse, your wife or life partner, you children, your brain and your mind, your friends, your money and even your family. You will end up in prison and you will wane more and more alone in this here everyday life that is so humdrum when you take off your golden coat, waistcoat and shirt. When the gold is gone all you have left is your tears and they are running like hell in paradise. So you will start again somewhere in the desert to train rattlesnakes to woo their preys.

It is a little bit sad this film is so long. 90 minutes would be enough to show the whole picture and the architecture of this successful failure. And yet there are some nice scenes, even when they are gross. Remember there will always be a fink in your band of gangsters. Better retire in some monastery in Thailand or Myanmar than live that absurd life of hypocrisy, privilege and treason. What is worse: to be alone or to be betrayed?

Just for fun I include below my old review of January 26, 2014, two years ago already.

« A surprising film indeed. What is it about?

« First of all it is about 45 minutes too long. The sex scenes and the orgies could have been cut short to a simple ellipse instead of a graphic depiction. That is one easy shortening that should have been used. Same thing with the drug scenes that are by far too numerous and too long. We got the message very fast that to succeed in Wall Street you have to be a sex addict, a drug-cocktail addict, an alcohol addict, a money addict, a money-lifting addict, a thief, a liar and a few other little things like that. We know that, we knew that and we have known it since at least American Psycho.

« So, what is the original message?

« It is simple. Anyone can succeed like that wolf in the USA in the most ruthless way possible with the most illegal and unethical means possible because the system is a filter-less abyss. There is no real filter to prevent these crimes and other offenses. There is no protection of any kind to prevent criminal minds to get into the business. The American system after 1987, date of the beginning of the wolf's career, is absolutely deregulated and it will be so till a very recent period, till a couple of years after the 2009 crisis. What's more most of those who are supposed to look after the various crimes committed in the financial field can be bought for a pittance, at times a little bit more, be they American, or Swiss, or whatever affiliation they have as for financial paradise.

« Yet the FBI cannot be bought up. They are incorruptible, which I doubt very much. But well we can always think there is an Eliot Ness in every FBI special agent.

« The worst part is that these people when they are caught will become, in their own interest, the most talkative monsters you can imagine. They will accept a deal at once. The principle is simple: "In Wall Street there is NO friend!" Partners, associates, colleagues, collaborators are ALL, all of them, nothing but competitors, enemies. As long as they can work as a pack they will, but as soon as the pack is under a real menace each one will go alone against the pack if necessary. A starving pack in the Rocky Mountains may die though if it comes to that the outcome will be ONE survivor and ONE survivor only. Wolves are cannibals in situations where survival is at stake.

« As for a meaning that is very light and very naïve. "Lupus est homo homini, non homo, non quom qualis sit novit" (wolf is man to man, no man when he does not know who the other is). Erasmus (15th-16th centuries) quoted it from Plautus (3rd-2nd centuries BCE), the original author, and then Thomas Hobbes in the 17th century made it a central concept of his vision of humanity in his work Leviathan. Nothing new under the sun. This phrase "Man is wolf to man" has become a catch phrase with the Industrial Revolution and Marxism. Though capitalism, and any form of it, did not invent it. Gladiators were Romans. The Celts burnt their criminals. And the modern times invented a lot of such cruel treatment of human beings as slaves or as playthings for sadistic or didactic practices, even calling it the death sentence. A woman was recently raped in public by more than fifteen men in a village in eastern India on the order of the village elders because she refused to break off with a man, her lover, who was from another village that was sexually off limits for these elders. Maybe the saying does not apply to women?

« When we thus look at the film and wonder what makes it in anyway different, original, new, we have to say it is a brilliant cinematographic illustration of a common place idea and situation. The catch phrase of the film is that New Zealand has become the haven, paradise, refuge and shelter of all those criminals, financial, copyright or data all together and the same, where they can go on striving without any menace from the FBI. Australia is a second haven of the type and then Russia too is trying to set her feet in that juicy field. The juice is not only money, it is also a lot of blood.

« That last remark, the catch phrase, the final scene of the film is the most powerful argument for a shorter film, a film that could have been a lot shorter. "Sell me that pen" becomes very shallow and trite after three hours of ranting, raving, partying, raping, raging, and so many other off-normalcy attitudes, actions and principles. The film is in itself an orgy of ever and endlessly repeating sequences: we are framed in a million images of exactly the same value and tinge and color and hue. What a shame! Scorsese could do better. »

Dr. Jacques COULARDEAU
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Symphonie délirante de tous les excés, cacophonie féroce, Scorcese déroule son film le pied au plancher. Une comédie noire qui montre les crocs et dévaste tous les clichés qu'elle invoque. Drôle, jouissive, écrasante, magistrale !!! Virtuosité de la mise en scène, direction d'acteur stratosphérique, véritable leçon de montage, Le Loup est revenu et le troupeau peut trembler. L'ogre du cinéma Américain reste un maître.
Master 4k oblige, le transfert Blu-ray est à s'user la rétine. Détails au scalpel, piqué atomique, couleurs explosives. Vous en aurez pour votre argent !
Thanks Marty ! That's entertainment !

Blog Les chroniques ciné de Francisco
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce loup de Wall Street s’appelle Jordan Belfort et son autobiographie fait aujourd’hui l’objet d’une adaptation par Martin Scorsese avec son acteur fétiche Leonardo Di Caprio (5ème collaboration ensemble suite à Gangs of New York, Aviator, Les infiltrés et Shutter Island). Après avoir découvert la rentabilité exceptionnelle du courtage de mini-actions pourries, Belfort monte une agence qui grandit à une vitesse incroyable et génère un cash fabuleux. Mais ses méthodes n’ont que faire des lois et des règlements boursiers, ce qui attirera sur lui l’attention du FBI.

Sur le fond, si l’on prend un minimum de recul, le spectateur ne repérera rien de très original : un biopic, les dérives de financiers sans scrupules, c’est du vu et revu. Du strict point de vue biopic, cette histoire est des plus conventionnelles puisqu’on y retrouve l’ultraclassique triptyque ascension-apogée-chute (comme, par exemple, The bling ring l’an dernier). La mode est d’ailleurs aux biographies depuis plusieurs années : YSL, Diana, Hitchcock, The queen, Milk, J. Edgard, Ali, Ray, etc. Quant aux films sur l’arrivisme (Match point, Casino Jack) ou les malversations financières (Wall Street et sa suite, Margin call), on nous en sert depuis longtemps, et même de très réussis. Enfin, du strict point de vue scorsesien, les caractéristiques de ce « Loup » se rapprochent singulièrement de celles des Affranchis ou Casino (et, pour ma part, ces deux derniers ne m’ont jamais beaucoup enthousiasmé ; oui, je sais, désolé…) : voix off, caméra vertigineuse, personnages hors normes. Sur le papier, donc, « Wolf of Wall Street » n’annonce rien de très original. Mais ce serait oublier quel capitaine se trouve aux commandes.

Car, sur la forme, les deux principales choses qui frappent le spectateur sont la réalisation et les acteurs. Le montage du film est incroyablement tendu et rythmé, de nombreux travellings lui confèrent une fluidité extraordinaire, l’étalonnage en couleurs saturées recrée sans effort les années 80 et les choix musicaux excellents achèvent de nous plonger dans l’univers très spécial de Jordan Belfort. Et pourtant, l’indécence outrancière, la démesure folle, les excès permanents (débauche, drogue, dépenses) de cet homme et ses acolytes pourraient vite devenir répétitifs et nous donner la nausée. Scorsese parvient à les insérer avec pertinence dans sa narration et ménage les nécessaires ellipses temporelles d’une façon que ce film de trois heures nous paraît n’en durer que deux. Quelle fougue, quelle vitalité, quel rythme ! De la part d’un homme de 70 ans, une telle acuité, une telle intensité, cela surprend.

Di Caprio s’impose et explose à l’écran comme jamais. Le renouveau de sa carrière se confirme après trois rôles remarquables (Shutter Island, Django unchained et Gatsby). Jonah Hill (Superbad) le seconde parfaitement dans la démesure malgré les remontrances indulgentes du père joué par Rob Reiner (oui, le réalisateur !). Matthew McConaughey, également très en forme ces temps-ci (Mud, Magic Mike, Killer Joe, Dallas Buyers Club), n’a qu’un petit rôle en ouverture, mais quel rôle ! Grâce à lui, le film trouve d’emblée son ton et Di Caprio peut ensuite prendre le relai et nous éblouir pendant trois heures. Les courtes apparitions de Jean Dujardin nous collent systématiquement un sourire sur le visage, et la révélation Margot Robbie nous séduit et nous décroche la mâchoire dès sa première apparition. Enfin, on remarquera également l’interprétation mesurée et nuancée de Kyle Chandler (Super 8, Argo, Zero dark thirty) dont le personnage d’enquêteur taciturne et tenace tranche avec l’outrance généralisée de l’œuvre.

Certains seront peut-être rebutés par l’accumulation de drogue, d’argent et de sexe que contient le film, et pourront peut-être même se demander si le réalisateur n’est pas un peu trop complaisant avec ses personnages. Ce serait oublier que ce Loup de Wall Street est l’adaptation d’une autobiographie. A travers Di Caprio, qui brise d’ailleurs fréquemment le quatrième mur, c’est Jordan Belfort qui nous parle et qui veut nous séduire. A travers Scorsese, c’est Jordan Belfort qui veut se vendre, car cet homme est avant tout un vendeur, un enjoliveur de réalité, et son histoire est bien moins le récit de malversations financières que l’histoire d’un surdoué de la vente. Là est le véritable sujet, la clef pour comprendre que ce film n’est qu’une gigantesque opération de séduction de la part de Belfort, mise en image par un réalisateur surdoué et étonnamment en phase avec son époque et son public.

A partir d’un canevas qui aurait pu se révéler sans grand intérêt, un Martin Scorsese très en forme et secondé par un casting éblouissant nous offre un film sous cocaïne, à l’image de ses protagonistes. Dans la lignée des Affranchis et de Casino, ce Loup de Wall Street les surclasse pourtant sans problème. Il serait dommage de rater ça, non ?
11 commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Soyons clairs, c'est le meilleur film de Scorsese depuis... hummpfff... je ne sais même plus quand. Pourtant d'un âge vénérable, le grand Martin retrouve ici des couleurs qu'on ne lui connaissait plus: sex, drugs & rock'n'roll, en gros. On retrouve enfin sa patte ainsi que la façon qu'il avait, autrefois, de lâcher les chevaux dans des séquences assez dingues. Doté d'un casting impeccable, le film enchaine plusieurs séquences plutôt insensés qui ne doivent qu'à Scorsese, la plus folle étant sans doute celle d'un DiCaprio explosé qui tente de rentrer chez lui en voiture dans un délire toxico de première bourre, une séquence cartoonesque géniale. Mais il y a beaucoup de passages assez jouissifs dans ce film speed et alerte. Vrai, Scorsese signe ici une grande fresque délimitant un territoire balisé comme il en avait le secret. Il arrive à nous faire aimer un personnage dont, au départ, on n'est guère enclin à sympathiser avec, aidé, il est vrai, par un DiCaprio magistral. Jonah Hill est énorme également et la courte prestation de Matthew McDonagh vaut son pesant. Scorsese filme tout cela brillamment et le film se révèle être, tout simplement, de l'excellent boulot. Petits bémols: malgré tout son allant, le sujet nous laisse largement indifférent (les courtiers de Wall Street, on ne peut adhérer totalement, c'est une évidence) et on reste donc en-dehors du coup, regardant le film avec plaisir pour ce qu'il est techniquement mais impossible d'être réellement touché et donc ému. Enfin le film est d'une longueur déraisonnable: 2 h 52, c'est quand-même bien long, surtout au vu du sujet. Certes, cela permet à Scorsese de peindre un personnage fort et non manichéen, mais cela reste rudement long de suivre ses aventures et déboires puisqu'on en imagine bien le déroulement, somme toute très classique: ascension, gloire, déchéance et rédemption plus ou moins réussie. Un bon film à l'arrivée, il n'y a pas photo, impossible de nier le contraire, qu'on pourra visionner de nombreuses fois car très riche et indéniablement intelligent mais qui ne vous bouleversera pas non plus. En tout cas, très content de retrouver Scorsese à ce niveau, c'est-à-dire présent sur tous les plans qui nous l'ont fait aimé.
66 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2016
Grandeur et misère d'un escroc hyperactif, mégalomane et dénué de tout scrupule moral. Scorcese se lâche, dans une mise en scène dynamique et brillante (très bling bling...), tout à la gloire de son personnage aussi narcissique que frénétique. Di Caprio réalise une formidable prestation, mais malgré cela le film tourne à vide. Scorcese est tombé dans le travers propre d'ordinaire aux blockbusters hollywoodiens: on est scotché devant l'écran, on se laisse prendre par l'histoire, mais à l'arrivée on éprouve un curieux sentiment de "tout çà pour çà", comme un soufflé aussi vite retombé. Scorcese déploie tout son talent dans un exercice de style certes brillant, mais un peu vain, au service d'un personnage sans limites, ni moralité. L'apologie d'une crapule charismatique, mais fondamentalement vide...
Qualité du blu ray impeccable
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2016
Bofff bien moins bien que ce que j'avais imaginé...... une histoire de détraqué sexuel, alcoolique et drogué.... Le côté comique est vraiment simpliste, que de longueurs et de lourdeurs dans la deuxième moitiée
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2016
Du bon Scorese et du très bon Léonardo! Décapant, drôle parfois heurtant ce film nous montre les dessous du monde boursier et on se demande si c'est bien la réalité tellement c'est excessif et extravagant dans tous les domaines! Di Caprio y met toute son énergie et tout son talent!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2015
Le film en lui même est brillant. Quelle pêche ce Scorsese, même à son âge ! Des images éblouissantes !
S'il choisit de ne pas inclure directement de morale, le film nous accable pendant plus de 3h d'images et de scènes à vous tordre le ventre à la fois de rire mais aussi de dégout, de honte et vous laissant dans un profond malaise. Martin Scorsese, laisse soin à chacun de tirer son propre enseignement de ce qu'il voit en accord avec ses principes.

L'édition est très jolie et sobre, avec le dvd, un dvd bonus, le blu ray, et la bande originale du film. À cela, ajoutez un livret de 36 pages reprenant une analyse du film par le scénariste très intéressante.

Le coffret est large comme 3 dvd et, est du plus bel effet dans la vidéothèque.

Cinéphilement.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2014
Un film devenu culte ! Avec un Dicaprio au top de sa forme, Le Loup de Wall Street parait vulgaire parfois mais on s'y habitue vite pour passer un moment inoubliable ! A noter la présence de Jean Dujardin incarnant un banquier Suisse à la perfection !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)