undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles
19
3,0 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:7,49 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 octobre 2012
J'admets ne pas être très objectif concernant Jim Harrison, mais là, vraiment, Big Jim ne semble pas être très en forme. En plus, s'essayer au (faux) roman policier lui était inutile. Il a en temps normal suffisamment de talent pour narrer les existences banales sans m'ennuyer. En espérant que ce petit coup de moins bien ne sera que passager.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2012
... et que c'est toujours bien mieux que la plupart des autres auteurs, à mon goût personnel en tout cas.
Mais si je devais donner une note par rapport au reste de sa production, une seule étoile y suffirait.
Une simili enquête policière sans grand intérêt, des personnages un peu poussifs, bref, j'ai eu un peu de mal à aller au bout et je n'ai pas ressenti cette tristesse qui nous prend quand on termine un roman captivant, ce sentiment de vide qui s'empare de nous. Là, non, au contraire, plutôt content que ça se termine !
Peux mieux faire cher Jim !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2012
"La vieillesse est un naufrage", avait dit de Gaulle au sujet de Pétain...
Non que je sois gaulliste ni gaullien, mais je crois qu'on peut en dire autant, hélas, au sujet de l'ex-grand Jim. Au risque de choquer ses admirateurs - et bon nombre de critiques -, j'avoue que je me suis mortellement ennuyé à la lecture de "Grand Maître". Par respect pour l'auteur des "Légendes d'automnes" et autres "Dalva", je me suis forcé à ne pas en abandonner la lecture. Mais quelle effort ! Jim n'a plus rien à nous dire - et cela depuis quelque temps déjà. Bien sûr, son seul nom suffit à le faire publier - et vendre ! -, mais quel éditeur aurait publié "Grand Maître" si le manuscrit avait été celui d'un inconnu ?
Oui, Jim, hélas, radote. Ses obsession - bouffe, alcool, cul, pêche à la mouche -, il les a exploitées à n'en plus finir, mais il serait temps maintenant qu'il en finisse. Je suis dur, je sais, et même très dur : ce ne doit pas être facile, à 74 ans, de se dire qu'on est fini en tant qu'écrivain. D'autant plus que son état de santé, semble-t-il, ne lui laisse plus guère d'autre loisir. Pourtant, un peu moins d'ego pourrait, eput-être, y suffire...
PS. Je ne mettrai jamais aucune étoile à quelque bouquin que ce soit, parce que, quel que soit ce bouquin, il aura fallu l'écrire. C'est comme un très mauvais film, il a fallu le faire et c'est du travail. Mais là, franchement, ce n'est que par respect pour ce qu'il a été que je mets deux étoiles à ce médiocre "Grand Maître".
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2012
Pas d'accord du tout avec le commentaire précédent. Le livre de Big Jim est un vrai régal une nouvelle fois, bien au-dessus du niveau général actuel. On y retrouve bien sûr ses thèmes habituels mais c'est le propre des grands écrivains que de creuser leur sillon.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2016
Un peu inquiet de quelques commentaires négatifs sur ce roman,
Je ne l avais acheté que par fidélité à un auteur qui me touche réellement... Mais j avais tort de m inquiéter . J ai beaucoup aime.
Une vitalité furieuse, tourbillonnante, organique imprégne cette histoire d un policier retraité sexagénaire alcoolique lancé à la poursuite d un gourou de secte pedophile..
L histoire n est d ailleurs qu un prétexte pr décrire les deux personnages principaux : ce policier vieillissant, image en de nombreux points de l auteur, et la nature de cette région du nord Michigan.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2016
Beaucoup de déçus visiblement dans les commentaires. En ce qui me concerne je trouve que la traduction est excellente et que c'est un bon livre. Peut être pas le meilleur Jim Harrison mais j'aime les digressions de l'auteur, son regards et ses questions sur le monde actuel.
Son héros est attachant car faible, rongés pas ses propres obsessions et incohérent, bref quelqu’un de normal !
Le complément "faux roman policier" en quatrième de couverture n'est pas a prendre à la légère, c'est une fois de plus une quête personnelle mais dans un contexte un peu différent. J'avoue ne pas avoir lu toute son œuvre mais je suis étonné des commentaires de certains. Ce livre me semble tout a fait typique de l'auteur, à des années lumières des m****s prè-digerés sans aucune âme que l'on essaye de nous vendre en tête de gondole. Un Jim Harrison "moyen" restera toujours mieux que bon nombre de productions marketté à outrance avec une quatrième alléchante mais qui n'ont rien dans le ventre...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jim Harrison, de son vrai nom James Harrison, est un écrivain américain, né le 11 décembre 1937 à Grayling dans le Michigan aux États-Unis. Ses premiers romans datent du début des années 70 et Grand Maître est son dernier ouvrage qui vient de paraître.
L’inspecteur Simon Sunderson se prépare à prendre sa retraite mais avant de rendre son arme et son insigne à la police du Michigan, il se lance dans la traque d’un guru pédophile se faisant appeler Grand Maître par les membres de sa secte. Son enquête le mènera de son Michigan chéri jusqu’en Arizona et dans le Nebraska. Flic à l’ancienne peu amateur des technologies modernes, il se fera aider par sa jeune voisine adolescente, Mona, une férue d’informatique nippée gothique.
Voici le résumé rapide de l’intrigue mais Jim Harrison nous a prévenu dès le sous-titre de son bouquin, il s’agit d’un « faux roman policier ». Certes, du strict point de vue « polar » on a déjà lu mieux, mais l’auteur est trop modeste, même sous cet angle son roman tiendrait la route s’il avait étoffé l’enquête de Sunderson.
Mais ce n’était pas son propos, l’intrigue n’est qu’un prétexte pour nous livrer sa vision de l’Amérique et les critiques pleuvent. Les effets de la mondialisation, la toute puissance de l’argent, les rapports enfants/parents y compris quand les enfants sont devenus adultes ; sont aussi abordés les grandes questions sur la vie et la fameuse trilogie sexe, religion, argent. L’écrivain sait y faire, ses réflexions et critiques sont habilement glissées dans le texte et le gros Jim n’est pas lourd, son écriture reste légère.
Jim Harrison reste fidèle à ses obsessions. Les femmes et le sexe, que ce soit son ex-femme Diane, Lucy une bourgeoise de rencontre, ou bien Melissa l’infirmière mexicaine, voire Carla une jeunette prise sur un tas de bois ou Mona qu’il reluque par sa fenêtre, le vieux Pan ne se refuse jamais une séance de zizi-pan-pan. A ce propos j’ai trouvé son approche du sexe plus digeste que dans son livre précédent Les jeux de la nuit. Après les femmes, il y a aussi les excès d’alcool, de Tabasco et de condiments combinés avec une alimentation terriblement calorique et grasse qui ruinent la santé de Sunderson et il ne faut pas être très malin pour deviner que Harrison sait très bien de quoi il parle.
Tous ces excès sciemment commis par les héros des livres de Jim Harrison, peuvent être vus comme le reflet d’un lent suicide de l’écrivain lui-même, un homme qui a beaucoup vécu et vu, las peut-être de ce monde qui ne lui ressemble plus. Ce qui laisse toujours un goût tragique derrière la truculence de ses derniers opus. Heureusement, il reste des plaisirs plus sages tels que la pêche à la truite et son amour immodéré pour la nature en général.
Ce Grand Maître s’avère un bon livre de Jim Harrison, un de plus, dirai-je.

« Une partie de lui-même avait deviné que c’était une espionne, mais la partie la plus forte de son esprit préféra l’ignorer, guidée par la vanité et l’anneau biologique qui lui perçait le nez, jusqu’à l’inévitable chute à plat ventre. Un camé de l’amour et un obsédé du cul, quelque chose de ce genre. Quelle absurdité ! En sombrant dans le sommeil, il entendit le hurlement des coyotes dans le canyon se muer en cris excités, ce qui signifiait qu’ils allaient bientôt tuer leu proie. Il pensa que dans son cas le jeu de la sexualité touchait sans doute à sa fin, mais ça n’avait jamais été vraiment un jeu, plutôt une intrusion mortelle. »
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2015
Le début m'a fait très peur : tous les clichés d'un mauvais policier y sont... en mode "vieux dégueulasse" (whisky et filles, et on s'ennuie...).
Petit à petit, Harrison parvient à tout de même à nous intéresser à son personnage (l'intrigue étant, elle, complètement évanescente), et les dernières pages ont une sorte de beauté apaisée qui ne m'a pas laissé insensible.
Bien entendu, si ce n'était pas du Harrison... j'aurais laissé tomber au bout de cinquante pages... mais au final, c'est quand même un bon bouquin, entre deux et trois étoiles. De ceux qu'on a plaisir à lire un jour de pluie, mais qu'on ne relirait pas.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Très déçu par ce livre de Harisson.
Je ne m'y retrouve pas par rapport à ses anciens livres.
Des pages et des pages sans intérêt, des frasques sexuelles, alcooliques et de la branlette de cerveau à chaque page.
Qui suis-je, où vais-je et comment y vais-je ?
A 70 ans ça fait un peu gaga d'écrire ce genre de bouquin.
Je n'ai rien compris à l'histoire et n'ai pas trouvé son intérêt.
La fin est vraiment digne du plus mauvais des livres.
Je me suis ennuyé tout le long du bouquin ce qui n'avait pas été le cas avec les autres.
Et puis j'ai le sentiment que la traduction a été bâclée, à voir avec d'autres lecteurs.
Dernier livre que je lis de cet auteur, pas de temps à perdre à zieuter les déboires d'un vieil alcoolique libidineux.
Au revoir Jim.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 décembre 2014
En s'essayant à l'écriture d'un simili-polar, Jim Harrisson n'a pas signé son meilleur roman.
Une enquête improbable , menée par un vieil inspecteur à la retraite, Simon Sunderson qui cherche à "faire tomber" le responsable d'une petite secte surnommé le Grand Maitre....
On ne peut que recommander de s'interesser à d'autres succès de l'auteur où son amour des grands espaces et de la nature nous dévoile une Amérique pleine de charme et de séduction ( Dalva, retour en terre .... )
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)