undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
31
4,1 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 avril 2014
Qu'attendent les Singes est sans doute le roman le plus courageux et le mieux abouti de Yasmina Khadra.
Un livre de vérité sans concession qui soulève, avant sa parution en Algérie, une incroyable campagne de désinformation et de haine contre l'écrivain en question.

Les Singes réagissent déjà!!!!!!!!!!
Le signataire J.P, qui donne une étoile à une œuvre majeure, n'a fait que reprendre un article commandé par le régime algérien pour dérouter le lecteur, paru le vendredi 28 mars dans le journal algérien El Watan et écrit par un journaliste à la solde du pouvoir.
L'intoxication et la désinformation n'impressionnent pas les centaines de milliers de lecteurs français fidèles à Yasmina Khadra, ce grand écrivain non seulement talentueux mais aussi intellectuellement honnête et courageux.

Lisez ce livre sans plus attendre !!!
11 commentaire| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2014
J'ai littéralement dévoré "Qu'attendent les singes" et je dois dire que j'ai été bluffée par le talent de Y. Khadra ! Dès les premières pages on est happé par l'intrigue, le personnage principal est une femme à poigne (fait si rare dans la littérature policière et plus courageux encore quand on sait la difficulté des femmes à affirmer leurs droits dans le monde arabe), on y découvre aussi la face sombre de l'Algérie, son degré de corruption quasi diabolique, et puis, surtout, on ne le lâche pas du début à la fin, et ça, c'est ce qu'on peut attendre de mieux d'un roman, non ?
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2014
MAGINIFIQUE !
Je viens de lire ‘ Qu’attendent les singes’ le dernier KHADRA et quand Yasmina KHADRA écrit un roman, il en fait une œuvre époustouflante, après ‘Ce que le jour doit à la nuit’, ce dernier roman en est la preuve. Fascinant et effroyable à la fois, il dépeint un monde sans scrupule dans les arcanes d’un certain pouvoir dans une Algérie belle et paradoxale. Il manie le français comme un virtuose sur son violon. On lit avec délice ses romans qu’ils soient policiers ou romanesque. Yasmina KHADRA est un écrivain essentiel !!!
MAGINFIQUE
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2014
Ce livre est un bon polar, avec une intrigue qui tient le lecteur en haleine. Mais il s'agit aussi d'un prétexte pour régler les comptes de l'auteur avec une Algérie corrompue par des arrivistes sans foi ni loi.
D'où un manque d'homogénéité dans le récit: d'une part des passages très "écrits" dans le style flamboyant de l'auteur, où il crie sa haine et son dégoût de ce que son pays est devenu; d'autre part des passages d'action pure, où humour noir et enchainement de rebondissements dominent. Les personnages sont très outrés, certains peu crédibles telle la femme policier lesbienne qui aurait un certain pouvoir dans son métier.
Le roman laisse une impression mitigée: vrai polar? Plaidoyer passionné pour un assainissement de la société algérienne?
On penche plutôt pour cette 2° hypothèse lorsqu'à la fin du roman, un policier est "purifié" en assassinant le pire des salauds d'Alger.
Quoiqu'il en soit on est loin du souffle des grands romans de l'auteur parmi lesquels je compte "les sirènes de Bagdad" et "les hirondelles de Kaboul".
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2015
C'est la première fois que je lis un livre de cet auteur et cela donne envie d'en lire d'autres... sur fonds d'intrigue policière très bien menée, et haletante, un portrait peu flatteur mais manifestement très réaliste de l'élite algérienne... avec un éclair d'espoir à la fin !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2016
Histoire prenante, qui vous tient en haleine, qui dépeint les mœurs de ce pays avec lucidité, franchise. Je pensais apprendre à connaitre un écrivain féminin, de ce pays. Mais j'ai appris que c'était le pseudo de l’écrivain algérien: Mohammed Moulessehoul qui a été élu meilleur livre de l'année 2008 et qui a reçu le prix Roman France Télévision 2008 pour son roman "Ce que le jour doit à la nuit" qui a été adapté au cinéma par Alexandre Arcady, et qui a aussi obtenu beaucoup d'autres distinctions. Je ne connaissais pas cet écrivain. Je lirai d'autres romans de cet auteur sous son véritable nom et sous son pseudo pour me faire une plus ample opinion et comparer on écriture.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Khadra retourne ici dans le roman noir avec un assassinat dont les pistes conduisent les flics jusqu'aux gros pontes de l'état Algérien. Pourtant l'enquête patine, puis s'accélère soudain et se termine vitesse grand V, tandis que des diatribes surgissent et brisent le rythme du bouquin sans véritablement de logique.
Et c'est de là qui provient le malaise, car on se sait pas bien si Khadra a brodé autour de cette enquête uniquement pour régler des comptes et tirer à boulets rouges ( à tort ou à raison ) sur l'Etat algérien, les politiques corrompus, et tout cela alors que le pays s'apprêtent à élire un nouveau président.
Un réel malaise donc.
Mais si Khadra désirait montrer une image de l'Algérie moderne, objective ou subjective, il y est parvenu.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2014
Yasmina Khadra nous entraîne dans l'Algérie déchirée et souillée par la corruption, par la montée au pouvoir des médiocres sans conscience, qui se perdent eux-mêmes dans les archanes du pouvoir. Mais ce livre est aussi un hommage à ceux qui résistent et qui le paient de leur vie et de leur honneur public.
Ce livre est sombre, mais il montre que la dignité persiste malgré tout.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne sais trop pour quelle raison nous ne sommes guère coutumiers des bouquins de Yasmina Khadra (notre dernière lecture remonte à 2008 !) mais c'est certainement l'un des rares sinon le seul écrivain à nous attirer sur l'autre rive de la mer intérieure.
Pourtant sous le pinceau de Khadra, l'Algérie prend souvent des teintes désespérées et sombres, très loin de l'espoir que pourrait laisser poindre le vert du drapeau national ou du patronyme de l'auteur.
Le bouquin peine un peu à démarrer : Khadra place ses pions un par un et se laisse aller à quelques diatribes amères, quelques pamphlets un peu appuyés, emporté par son louable enthousiasme de prédicateur.
Alger est un marigot nauséabond et fangeux où claquent les mâchoires des vieux crocodiles cannibales, échoués après le reflux de la vieille Révolution.
C'est dans les tons amers et désabusés que l'auteur nous brosse le portrait d'une Algérie rongée par la prévarication, la violence (l'ombre de la 'décennie noire' obscurcit toujours le tableau) et la corruption.

[...] Un pays où l'on est fier de corrompre et d'être corrompu.
[...] Un pays où les décideurs s'évertuent à construire une villa à leurs rejetons là où il est question de leur bâtir une nation.
[...] En Algérie, on n'a pas à faire, on fait des affaires.

Mais peu à peu l'intrigue policière se met en place et l'on enquêtera sur le meurtre sordide d'une toute jeune femme, aux côtés d'une commissaire couguar, amoureuse d'une jeune droguée, et d'un inspecteur impuissant.
Accrochez-vous, il va falloir grimper dans les sphères du pouvoir ou, ce qui revient au même, descendre bien bas dans la fange boueuse du marigot : enfilez vos bottes et gaffe aux mâchoires des crocos.
Généreux, Khadra gratifiera son lecteur courageux d'un dernier chapitre en forme, sinon de happy end, tout au moins de vœu pieux, voire de promesse ou d'espoir, mais cela ressemble bien à une figure imposée et l'on a bien senti que le 'vrai' livre s'était refermé quelques pages tôt, au plus noir des ténèbres.
Brrr.. Jamais polar noir n'aura porté aussi bien son étiquette.
Paradoxalement cette gravure à l'eau-forte d'une nation dépravée et corrompue nous donne envie de mieux connaître ce pays à la fois si proche et si différent, caché derrière les épais brouillards politico-médiatiques qui couvrent la Méditerranée depuis un demi-siècle. Entre les vestiges de la colonisation et le prisme déformant du regard de Khadra lui-même, il est difficile de ne pas lire entre les lignes une Algérie qui partage une même culture avec notre France et un Alger qui ressemblerait bien à Paris.
Évidemment on se doute bien que al-Jazā'ir n'est pas la seule nation à porter tout le malheur du monde et que le portrait au noir, même un peu forcé ici, était bien celui de notre temps et de notre planète.
De quoi laisser trottiner longtemps dans notre tête la petite phrase de Khadra ...

[...] — Qu'attendent les singes pour devenir des hommes ?
— Pardon ?
— Je ne me rappelle pas où j'ai lu ça. Qu'attendent les singes pour devenir des hommes. Cette phrase tourne en boucle dans ma tête depuis des semaines.

Pour celles et ceux qui aiment les portraits-vérité.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Algérie, aujourd'hui. Une jeune femme, étudiante sans histoire est retrouvée morte dans la forêt de Baïnem, non loin d'Alger. Elle a un sein arraché. C'est la commissaire Nora Bilal qui est chargée de résoudre l'affaire, au grand dam d'une gent masculine qui a décidément beaucoup de mal à accepter un commissaire de sexe féminin. Pour son enquête, elle fait équipe avec le lieutenant Guerd, un machiste jamais avare de piques et de sous-entendus dès qu'il s'agit de sa supérieure hiérarchique et de l'inspecteur Zine, un progressiste et agréable policier, mais qui vit avec un secret lourd à porter. L'avancement de l'enquête va amener les trois policiers dans les hautes sphères du pays, peu enclines à devoir répondre aux questions de simples et revêches "subalternes"...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

3,92 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)