Cliquez ici Cliquez ici NYNY18 Cloud Drive Photos En savoir plus nav_WS18 En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

  • Indigo
  • Commentaires client



le 17 mars 2013
Arrivée à la page 73, je me demande s'il vaut la peine de continuer ce roman, parfaitement dénué d'intérêt. J'en viens à me demander à quoi ça sert de lire des choses pareilles. Des personnages divers et variés qui arrivent en Inde, ils ont de petits soucis (vais-je rencontrer un tel dans le lobby de l'hôtel?), ils souffrent du décalage horaire,ils ont mal à la tête, ils ont soif... oui, et alors?

Par ailleurs, les éditeurs exigent-ils de nos jours que les romans soient épicés de sexe? Est-ce la seule manière d'essayer de rendre un roman intéressant? "Le vaste lit accueilla leurs corps détendus. Il prit Renata dans la position qu'elle préférait, par-derrière, en repliant ses longues jambes en angle droit. Elle cria de plaisir.... Elle se serrait contre lui comme une chatte. Magiquement, son sexe se déploya à nouveau".

Si je veux lire des choses pareilles, je choisis la série Harlequin correspondante ou alors Cinquantes nuances de Grey.
22 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 avril 2013
Même porté par de bonnes critiques ou autre émission littéraire connue, ce livre est une déception. Ecriture sans éclat malgré une construction du récit assez bien agencée.
Sur le contenu, on reste à l'orée des personnages et surtout à l'orée de l'Inde complètement escamotée: Inde perçue, et si peu! par des caricatures de touristes venus dans le Kérala pour une semaine de rencontre culturelle.

L'auteur accumule les invraisemblances (sortir d'une zone de transit pour prendre un petit déjeuner français, par exemple) d'un personnage inconséquent (qui laisse un bagage en salle d'attente: alerte à la bombe, ou s'aventure seule dans des rues de Cochin, même si cette ville a une réputation plutôt tranquille).
Par ailleurs la quatrième de couverture note, parce qu'un protagoniste extrémiste dit qu'il déteste les Américains ou parce qu'il y a des contrôles à l'entrée des grands hôtels ( l'action se situe un an après les attentats de Bombay) que l'"on sent la menace terroriste!"... bien peu!!?? On voit à plusieurs moments la distance de l'auteur avec son sujet et son manque d'informations!
Mais est-il nécessaire d'aller un certain temps dans le pays pour y situer une action? peut-être pas!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 29 janvier 2013
Indigo ? Inde, I go ! Le jeu de mots vaut ce qu'il vaut, il a donné son titre au roman de Catherine Cusset, laquelle, une fois de plus, se livre à une analyse psychologique sans aménité de ses personnages, faibles humains dont les errements sentimentaux les font trébucher. D'autant que le climat de l'Inde, sa complexité intrinsèque, ses excès en tous genres, tellement opposés au bon vieux rationalisme occidental, leurs tourneboulent quelque peu les sens et les fragilisent au plus haut point. La romancière s'y entend pour tisser les fils de l'intime et les entremêler savamment. A vrai dire, elle est assez cruelle dans le portrait de ces intellectuels à l'ego démesuré dont le comportement amoureux relève souvent du pathétique. Leurs aventures sont plutôt amusantes, décrites par la plume ironique et narquoise de Catherine Cusset. En revanche, celle-ci a davantage de mal à nous faire sentir ce pays unique qu'est l'Inde, qui sert ici de toile de fond mais n'accède jamais au premier plan. Non, les mots de l'auteure n'ont pas cette force d'évocation qui feraient s'exhaler les odeurs, ce mélange si caractéristique de rose, de safran et de ... puanteur atroce. Ne subsistent qu'une poignée d'intrigues, distrayantes, mais qui, prises séparément, ne frappent véritablement par par leur originalité.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 3 février 2013
Géraldine, française mariée à un musulman, organise une rencontre internationale en Inde et reçoit plusieurs couples d'intellectuels curieux de vivre une expérience nouvelle. Certains se connaissaient déjà 15 ans auparavant et se retrouver va créer des situations inattendues, sur fond d'un pays où la misère du peuple cottoie la richesse des tourites. Rien ne se passera comme prévu et les épreuves vont les plonger dans le désarroi. L'auteur manie l'émotion avec virtuosité et nous entraine dans une aventure romanesque mais profonde. Bon roman même si j'ai préféré "Un brillant avenir" ou " Le problème avec Jane".
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 21 décembre 2013
J'ai lu ce livre parce qu'il se déroule en Inde et que j'adore ce pays dans lequel je me suis rendue deux fois. C'était drôle de lire un roman qui se déroule dans des lieux que j'ai visités, comme la synagogue de Cochin, par exemple. Certaines ambiances de l'Inde sont très bien rendues, d'autres surprenantes : où les touristes peuvent-ils bien manger des frites??? Cahterine Cusset aurait pu mettre de succulents pakoras dans la bouche de ses personnages. Mais non : ils mangent des frites !!! Je suis allée deux fois en Inde et je n'en ai jamais vu. De toute façon, l'Inde n'est qu'un cadre pour ce roman. Les personnages, réalisateurs ou auteurs, sous prétexte d'un événement culturel organisé par l'Alliance française y vont pour retrouver une part de leur passé. Leurs positions, leurs visions de la vie vont évoluer au cours de leur court séjour d'une semaine. Mais ne croyez surtout pas que ce serait pour avoir visité un temple ou s'être frotté à des Indiens. Certes il y a Géraldine mariée à un Indien mais globalement, les touristes sont complètement dans leur univers egocentrique. Il ne faut pas lire ce livre pour son lien avec l'Inde mais simplement pour voir s'enrouler ou se dérouler des histoires d'amour pour ne pas dire de fesses. Un bon bouquin à lire sur la plage.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 18 mars 2013
Géraldine pour fuir son passé a rencontré un hindou qu'elle a suivi en Inde. Elle est chargée par l'Alliance française d'organiser un festival d'auteurs français dans la petite ville où elle vit. L'occasion de ce festival sera pour les organisateurs et les participants de rencontres et d'interrogations sur leurs vies, le passé, le présent et le futur.

C'est un roman où la principale absente sera l'Inde, si ce n'est sur le mode touristique des voyages organisés. Le public de ce roman est surtout celui qui s'intéresse à l'intellectualisme et aux bobos. Les autres risquent de s'ennuyer car il y a beaucoup de logorrhées, de discours intellectualisants les acteurs du roman étant très bobos. Ce roman plaira à ceux qui s'intéressent ou se retrouvent dans ce public. Il y a un style particulier.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 5 avril 2016
Géraldine Legac a quitté sa Bretagne natale, sa famille, ses amis et même sa religion pour suivre Imtiaz, un indien musulman qui a su la guérir d'un douloureux chagrin d'amour. Aujourd'hui,ils sont mariés, élèvent un petit Joseph de 10 mois et vivent à Trivandrum, la capitale du Kérala, un état du sud de l'Inde. Géraldine y est directrice de l'Alliance française et elle s'est lancée, avec peu de moyens, dans l'organisation d'un festival culturel. C'est un peu fébrile qu'elle s'apprête à accueillir ses trois invités français : Charlotte Greene, Raphaël Eleuthère et Roland Weinberg. La première est une enseignante et cinéaste installée à New-York avec son mari et ses deux enfants. le deuxième est un jeune écrivain du genre taiseux qui vient de publier un roman à succès inspiré de son enfance. le dernier est un philosophe et essayiste sexagénaire très en vue qui vient accompagné de Renata, sa dernière belle et jeune conquête. Ce petit monde va passer quelques jours dans un palace du bord de mer, participer à des conférences-débats et surtout explorer les vraies raisons qui ont motivé leur participation à ce petit festival.

Une mère de famille pas très vive, un beau ténébreux et un Don Juan sur le retour se retrouvent en Inde où il fait très chaud, où les terroristes islamistes posent des bombes et où les autochtones dépouillent le naïf touriste au détour des ruelles. La jeune expatriée bretonne qui les a invités n'a pas la vie facile si loin de sa famille, la pauvre, et puis, plus jeune, elle a beaucoup souffert : son père est mort dans des conditions dramatiques et son chéri l'a quittée sans un mot d'explication. Maintenant elle a retrouvé l'amour et elle a un bébé, ce qui ne l'empêche pas de se lancer dans un corps à corps torride avec celui dont elle était amoureuse en secret quand elle était adolescente. Finalement, il ne se passe pas grand chose dans ce roman qui se veut profond mais qui ne vaut guère plus qu'un roman de plage. La lecture est facile, fluide mais on perd le compte des points faibles : psychologie de bazar, personnages caricaturaux, clichés en tout genre agrémentés de pseudo-remises en questions, de questionnements oiseux sur la vie, l'amour, l'amitié, la mort et, pour corser le tout, une tentative d'exotisme à la sauce indienne et un soupçon de sexe interdit, sans oublier le "rebondissement " final. Une auteure qui fait l'objet de nombreux éloges, il faut donc croire qu'elle n'était pas au mieux de sa forme pour son dernier opus....
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 5 novembre 2013
J'ai trouvé ce roman sans saveur alors qu'il met en scène des personnages supposés atypiques (des écrivains en séminaire !) dans un pays peu ordinaire ! Je l'ai lu toutefois jusqu'au bout parce que j'ai souvent séjourné en Inde et que je suis curieuse de ce que les autres en disent. Il s'agit d'une espèce d'aquarelle faite de couleurs maussades, transparentes, délayées ... de lieux communs, de mauvaises aventures, de comportements ridicules, outrés ... Bref, ça ne m'a pas plu du tout !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 2 mai 2013
Pendant huit jours, un festival culturel, en Inde, devient le théâtre des petits drames bourgeois de Roland, écrivain sexagénaire, éternel séducteur, mais farouchement allergique à la paternité, sa jeune compagne Renata, d'origine italienne, Charlotte, cinéaste new-yorkaise, perpétuellement angoissée et encore sous le choc du suicide de sa meilleure amie, Raphaël, écrivain ravagé, désabusé, un vrai mufle avec les femmes, et enfin Géraldine, l'organisatrice, expatriée, mariée et mère d'un jeune enfant, mais toute tourneboulée depuis qu'elle vient de retrouver son amour d'enfance.

C'est un roman qu'on découvre avec plaisir et qui tente de nous bercer dans un paysage indien, dont on ne perçoit hélas ni le charme, ni le glamour et encore moins le folklore, ou tout ça de très loin. Ce qui nous frappe, c'est l'ironie dont se sert Catherine Cusset pour tourner en dérision ses personnages, ces derniers sont en effet malmenés par cette aventure à l'autre bout du monde, et souvent contraints de traverser des tempêtes personnelles et émotionnelles. C'est sur ce schéma classique, pas déplaisant non plus, que nous nous baladons, au son de la voix de Cécile Cassel. C'est nerveux, déluré, ça s'embrase et ça retombe vite à plat. J'ai sincèrement bien aimé, mais il m'a manqué un petit quelque chose.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 27 mai 2014
J'ai aimé tous les romans que j'ai lus de Catherine Cusset! "Indigo" n'a sans doute pas la profondeur de son précédent "Brillant avenir", mais je l'ai lu avec beaucoup de bonheur. J'ai suivi Charlotte, Géraldine et Roland qui se retrouvent en Inde pour des conférences autour de la culture française (l'occasion de quelques réflexions sur l'utilité de l'art!). Elle parvient à la perfection à croquer les défauts de ses personnages avec beaucoup de lucidité mais tellement d'empathie et de bienveillance. Ils ne sont pas médiocres, mais tellement humains.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

La blouse roumaine
7,49 €
La Haine de la famille
6,99 €
Un brillant avenir
7,99 €
En toute innocence
4,49 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici