undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Format Kindle|Modifier

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 octobre 2013
Obione nous entraîne dans un noir de chez noir, l'Amérique profonde qu'il connait dans toute ses nuances, le milieu de la boxe et de la dope, avec en arrière plan le tempo du blues. On se doute que ça finira mal, on le sait, mais il nous attache tellement à ses personnages qu'à la fin c'est quand même la déchirure. J'ai passé un trés bon moment à lire cet Amin Blues.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2012
S’immerger dans un roman au point d’oublier ma réalité est mon rêve de lecteur, ou encore « Que l’histoire de l’auteur devienne la réalité et nous happe dans les secousses du récit ». Quand je rencontre des lignes qui parviennent à ce but, je suis comblé. Les premières pages d’Amin’s Blues de Max Obione (Editions Krakoen, 2007) m’ont vite absorbé. Le maestro montre un véritable talent pour nous insérer dans le décor et dans le récit, le texte début ainsi : « [… Il regardait fixement les crachats sanguinolents qui frappaient au fond du seau. Il aurait voulu dire rire – sinon sourire – du mauvais tour qu’il venait de jouer, mais la coupure de sa lèvre inférieure l’en dissuada. » Une première phrase qui nous guide vite vert le destin de ce looser première catégorie, le boxeur noir Amin Lodge, qui va jouer un dernier tour avant d’emprunter le chemin de la descente infernale entre drogue et meurtre avec un sort résistant à tout bonheur. Divers effets habilement utilisés sans excès collent la trame à l’actualité ; des reproductions d’articles de journaux, de mails et d’extraits de rapports rendent encore le roman davantage « vrai ». L’avertissement nous avait prévenu : « L’histoire est vraie. Au cours de son enquête, l’auteur a recueilli… »
Par ailleurs, Max Obione a à l’évidence travaillé de près les mots et les phrases qui servent, par le rythme donné et les images infligées, admirablement l’histoire en fouettant le récit aux tours et détours des péripéties.
Je pourrais écrire des pages sur ce menu romande 153 pages format poche, il faudrait évoquer tout l’arrière plan de l’ambiance de la boxe et du blues qui secouent le roman et s’intègrent parfaitement dans la teinte noire, très noire de cette épopée tragique qui file du sud profond des Etats-Unis aux eaux californiennes du Pacifique.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2010
S'immerger dans un roman au point d'oublier ma réalité est mon rêve de lecteur, ou encore « Que l'histoire de l'auteur devienne la réalité et nous happe dans les secousses du récit ! » Quand je rencontre des lignes qui parviennent à ce but, je suis comblé.
Les premières pages d'Amin's Blues m'ont vite absorbé. Le maestro montre un véritable talent pour nous insérer dans le décor et dans le récit, le texte débute ainsi : « ['] Il regardait fixement les crachats sanguinolents qui frappaient au fond du seau. Il aurait voulu rire ' sinon sourire ' du mauvais tour qu'il venait de jouer, mais la coupure de sa lèvre inférieure l'en dissuada. » Une première phrase qui nous guide vite vert le destin de ce looser première catégorie, le boxeur noir Amin Lodge, qui va jouer un dernier tour avant d'emprunter le chemin de la descente infernale entre drogues et meurtres avec un sort résistant à tout bonheur. Divers effets habilement utilisés sans excès collent la trame à l'actualité ; des reproductions d'articles de journaux, de mails et d'extraits de rapports rendent encore le roman davantage « vrai ». L'avertissement nous avait avec malice prévenu : « L'histoire est vraie. Au cours de son enquête, l'auteur a recueilli' »
Par ailleurs, Max Obione a travaillé de près les mots et les phrases qui servent, par le rythme donné et les images infligées, admirablement l'histoire en fouettant le récit aux tours et détours des péripéties.
Je pourrais écrire des pages sur ce menu roman de 153 pages format poche, il faudrait évoquer tout l'arrière plan de l'ambiance de la boxe et du blues qui secouent l'ouvrage et s'intègrent parfaitement dans la teinte noire, très noire de cette épopée tragique qui file du sud profond des Etats-Unis aux eaux californiennes du fatal Pacifique.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)