Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. CDV Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici



le 24 décembre 2017
Une amie m a donné l idée de lire ce livre.
C'est tellement juste, profond, et merveilleusement écrit que l on se laisse envouter.
ce n est pas seulement une histoire , mais un parcours initiatique, Martine Gercault nous apporte la guérison et la lumière.
À lire absolument, et à intégrer.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 23 juillet 2017
Je viens de terminer "Mon père au loin".
J'ai pris tout mon temps pour le lire comme je le fais lorsque je me sens
invitée à partager l'intimité d'un fragment de vie.
J'ai adoré l'hymne à l'Amour d'Ariane.
L'écriture est fine, sophistiquée souvent poétique. Elle est musicale
aussi.
Certains passages m'ont bouleversée
|0Commentaire|Signaler un abus
le 22 février 2017
Martine Gercault une femme, une écriture fluide, agréable, une vraie auteure, qui nous réconcilie avec le langage écrit, qui raconte des extraits de sa mémoire, dans une maîtrise magistrale de l'écrit comme on maîtrise ses émotions, en les exprimant de fait avec authenticité, amour, sensibilité, éveil de la conscience, acceptation de qui elle, de son histoire, de son Destin, au travers de ses influences tans-générationnelles. Une figure belle de la littérature et de la pensée, qui met en mouvement thérapeutique par " les-cris " du coeur, du corps et de l'esprit, un travail de deuil, un travail sur la perte, l'abscence, la mémoire, la séparation, la vie et ses tragédies, des Destins particuliers, et la relation très intime et pourtant éloignée avec son Père, avec l'Imago du Père, ce Père Idéal, dont toutes les petites filles rêvent dans le secret de leur coeur inconscient, avec Amour et Passion. Martine Gercault possède un Don : celui d'exprimer avec maestria l'altérité de l'être et ses déchirures, et l'essentialité de l'Amour qui guérit. Thérapeute intégrative de l'âme, de l'esprit et du coeur, elle montre une voie d'accès à la guérison des blessures de l'enfance, de l'adolescence et de l'âge adulte, une voie qui passe par les cris non dits, écris , la peinture spontanée, et la recherche constante de voies nouvelles pour guérir nos corps et nos ceours meurtris. Par le chamanisme , l'écoute active ou flottante, la respiration holotropique, et les thérapies énergétiques, Martine Gercault nous ouvre les voies vers de nouvelles modalités thérapeutqiues. Il ne lui reste plus, qu'à son tour, devenir patiente d'un ou d'une thérapeute apte à lui apprendre à crier avec des mots parlés et des sons exprimés hauts et forts, dans l'espace d'un cadre thérapeutique sécurisant, pour enfin finir d'évacuer les affects pathogènes responsables des mots, de ces mots qui n'en finissent pas de se dire et de se redire, et d'exprimer à leur façon, nos maux, notre mal être, sans que l'on soit capable, toujours, d'en avoir le dernier mot. Ah les Maux !!! Ces symboles mystérieux et à la fois magiques, de nos déséquilibres. Humain, Trop Humain. Martine Gercault, merci de vous aimer ainsi, car en vous aimant, vous nous dites que vous nous aimez aussi. Car nous ne sommes rien sans cette part magique de nous: l'AMOUR.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 octobre 2016
Livre très émouvant . Martine Gercault nous emmène dans les contrées de l'amour voué à l'homme de sa vie son père Ici alternent la passion , la delicatesse , le lien est palpable. Elle nous emmène aussi avec poésie vers d'autres hommes et là aussi tout est à fleur de peau Le livre à travers la vie et la mort prend son envol vers les régions de l'âme où les limites de l'amour et de la vie sont encore à explorer et elle y parvient si bien comme une passeuse d'âmes
|11 commentaire|Signaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 15 août 2016
Il a été difficile pour moi d'écrire cette chronique. Je ne savais pas par où commencer, tellement j'avais de choses à vous dire, mais aussi tellement les émotions remontaient en moi suite à cette lecture.

Tout d'abord, la couverture est magnifique. Elle montre un père et sa fille enlacés, heureux, souriants, dans une étreinte remplie de pudeur et d'amour… Ensuite vient le résumé… et là, comment dire, on comprend mieux la photo. On comprend aussi, rien que par les mots « écoute moi » que nous rentrons dans une histoire intimiste entre une fille et son père. Je n'ose pas en rajouter plus sur l'histoire car tout est presque dit dans le résumé.

En commençant ma lecture, je savais que j'allais être touchée au plus profond de moi-même. Ariane, cette jeune femme libre, essaie de sortir du carcan de son ancienne éducation en ayant une vie à l'opposé de ce que son éducation lui a inculqué. Elle collectionne les hommes, visite un grand nombre de pays, essaie divers rites… tout en restant profondément attachée à ses racines malgré cette liberté. Et lorsque son père tombe malade, elle décide, non, elle vit avec lui sa maladie chaque jour qu'elle le peut. Ce père qui n'a jamais beaucoup parlé, elle va enfin le découvrir et avec lui l'histoire de sa famille, et non des moindres ! Son père, tout comme sa mère, sont juifs et ont vécu pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont donc connu la Shoah, l'étoile jaune… Tout cela a forgé leur caractère et a transmis également beaucoup de richesses à leurs enfants.

C'est un roman époustouflant émotionnellement. L'auteur nous conte la vie de son père, la sienne et la leur d'une façon tellement poétique ! Plus d'une fois, les larmes me sont montées aux yeux. Elle nous emmène avec elle. J'ai vécu avec elle la mort de son père, son enterrement, son deuil, sa reconstruction après, très dure mais nécessaire. C'est un pur hasard, mais mon père est lui-même décédé la même année. Lui aussi parlait peu, lui aussi est parti avec ses mots, ses non-dits, lui aussi n'a pu que me sourire en guise de réponse. Et moi aussi de mon côté je l'ai accompagné jusqu'à son dernier souffle, l'ai mené jusqu'à sa dernière demeure, ai du faire un deuil très difficile, car comme dans le roman, il me manque toujours autant dix ans après. Vous comprendrez donc que cette histoire m'a particulièrement touchée et émue. Je me suis vraiment mise à la place d' Ariane...

L'auteur a mis des mots sur ses maux. L'écriture lui a permis de faire sa psychanalyse sur son passé et ainsi faire son deuil en parlant de son père avec son cœur, ses tripes, tout son être. Un magnifique roman grâce auquel j'ai découvert Martine Gercault et elle m'a entièrement conquise. Elle poétise sa façon d'écrire, sa plume est très agréable. Elle a mis tellement de douceur dans son texte que ça en est vraiment touchant.

Je remercie énormément l'auteur pour ses mots qui m'ont touchée dans mon être. Je l'ai découverte grâce à son partenariat avec les Rebelles-Webzine. C'est très dur pour moi de conclure, je peux juste vous dire que c'est un roman que je n'oublierai pas de sitôt. Juste merci Martine Gercault !a
|0Commentaire|Signaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 4 août 2016
Une écriture très poétique, une histoire touchante, ce livre nous transporte dans une relation père-fille quelque peu chaotique mais tellement émouvante et sincère.

J'ai lu ce livre plutôt rapidement, il est court et les pages se tournent à un rythme soutenu. J'ai eu l'impression de lire de la poésie.

C'est l'histoire bouleversante d'une femme qui aime profondément son père, qui le lui rend bien. Dans ce roman, Ariane va rendre hommage à cet homme en reconstituant sa vie, ses combats dont le dernier qui va lui faire perdre la mémoire.

L'auteur témoigne de la souffrance psychologique de son père, marqué par "La Shoah", et par la suite, de sa souffrance à elle, marquée par la maladie d'Alzheimer de ce dernier. Elle restitue ici ses souvenirs, pour s'aider à faire face à cette mort si difficile à accepter, pour faire son deuil comme on dit.

Je dois avouer que j'ai trouvé cette autofiction très touchante, très belle, très bien écrite. Mais je me suis un peu perdue parfois dans les souvenirs d'Ariane. Je n'aime pas vraiment le côté historique (même si je sais que c'est ce qui fait ce que nous sommes aujourd'hui), j'ai été un peu gênée par les voyages d'Ariane dans l'enfance de son père. Je ne remets en aucun cas en cause le style de l'auteur, ni même l'histoire en elle-même, cela vient vraiment de moi et de mon style de lecture qui est loin de celui-ci.

Néanmoins, je dois reconnaître qu'il est vraiment bien écrit, de manière poétique et musicale.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 3 août 2016
Voici un ouvrage brillant et sensible.
Celui d'une femme évoquant, sans jamais le juger, son défunt père, au travers des méandres des liens qui les unissent à jamais.
Ce livre m'a touché en plein coeur, par le ton de la confidence où sensibilité et pudeur se mêlent avec profondeur et délicatesse à tous les questionnements, les doutes, les manques de cette femme mûre en quête de vérité, et de paix intérieure.
L'auteure m'a emportée avec fascination dans son récit, à la fois par la richesse d'analyse, la finesse et la subtilité des sentiments, ainsi qu'un chemin de vie de l'héroïne personnel et familial extrêmement émouvant et remarquable.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 août 2016
Mon avis :

J’avais hâte de découvrir ce livre. J’attendais une accalmie après la volée de lectures commandées des dernières semaines car je sentais qu’il allait me chambouler. Puis, Nice a été frappée par l’horreur. Inconsciemment, je me suis alors agrippée à chaque mot dicté par le désarroi, à chaque étape du deuil d’un père aimant frappé par la maladie d’Alzheimer pour accepter le silence de mort imposé à ma ville.

Plus je lisais et plus je me rendais compte de nos points communs à Ariane et à moi. Comme elle, je suis « une gardienne de la mémoire ». Mes grands-parents ne sont plus de ce monde mais je ressens souvent leur présence à mes côtés. C’est en souvenir de nos moments de complicité que je continue de me documenter sur la déportation du peuple juif. Mes parents ne peuvent le faire sans s’énerver ou pleurer. Je m’efforce fièrement de puiser de la force dans tout ce que je suis au plus profond de moi pour affronter la vie et toujours voir de la beauté dans ce que les autres délaissent.

Vous l’avez sans doute compris, ce court ouvrage résonne en moi. L’élégante plume de l’écrivaine ressemble à ma façon de m’exprimer. Sa sensibilité s’est infiltrée sous mon masque d’indifférence, elle a été un baume pour affronter un évènement tragique du présent et rompre la solitude de la fillette méfiante que je suis encore parfois.

C’est peut-être le moment de profiter de vos congés pour vous recentrer sur vous même en lisant Mon père au loin : mon dernier coup de foudre littéraire.

D'autres critiques littéraires sont disponibles sur crocbooks.jimdo.com.
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 juillet 2016
Par où commencer...les mots se bousculent mais ne parviennent pas à trouver de point d'ancrage tant ce roman vous remue...tant il s'incruste en vous, discrètement, tendrement...

Sa couverture, sublime, en dit long l'air de rien. Elle mérite que le lecteur s'y arrête quelques instants. Ces sourires, discrets ou épanouies...cette étreinte qui cajole et protège...ces mains qui se confondent, comme soudées...Leurs êtres semblent liés, bien au delà de la conscience même. C'est magnifique.

Cette photo reflète l'Amour avec un grand "A". Elle rayonne...et pourtant, ce sépia vient y ajouter un 'je ne sais quoi' de mélancolique à la fois... Un moment de vie que le temps est venu ombrager sans parvenir pour autant à l'altérer.

Et c'est ici que débute "Mon Père au Loin"...son histoire est déjà présente dans cette étreinte figée par le temps et qui ne trouvera jamais de fin...l'amour n'en a pas.

Ariane le sait bien, elle qui, à travers ses mots, rend ainsi hommage à son père, malade, diminué...Elle qui va l'accompagner et l'aider à trouver son chemin dans l'obscurité...Elle qui va, grâce à ce livre intimiste, délier les fils de leur relation, en saisir toute la complexité et les décortiquer.

Martine Gercault nous livre une part d'elle-même tout au long de son roman. Le lecteur ressent sa délicatesse, sa discrétion...il effleure son être et son âme à travers ses mots.

Dans son roman, l'auteure nous parle de la relation père/fille, aussi complexe soit-elle à travers le vécu d'Ariane. Les ratés, les manquements, les incompréhensions...toutes ces interrogations qui n'ont pas toujours trouvé de réponses, tous ces silences, tout ce temps passé à tenter d'exister aux yeux d'un père, d'un modèle, d'un mentor.

Succèdent à ces anecdotes et à cette analyse, des tranches de vie qui nous conduisent sur le chemin emprunté par Ariane : celui de la reconstruction. Ses peurs, ses désillusions, ses fêlures...tout est décortiqué avec justesse et sincérité.

Son combat pour tenir son père 'hors de l'eau' est saisissant et touchant. Elle le voit lui échapper, elle sent que cet être qui lui est tellement essentiel se disloque et n'est plus que l'ombre de lui-même. Comment faire prendre conscience à quelqu'un qu'il se perd, miette après miette ? Comment lui donner la main sans le diminuer davantage ? Comment l'accompagner sans se perdre soi-même en chemin ?

Le père d'Ariane s'efface sous ses yeux ; lui, autrefois si solide, devient si vulnérable. Il refuse d'admettre toute la gravité de la situation alors même que ses moments de lucidité s'effilochent pas à pas.

Le lecteur suivra ainsi Ariane dans son parcours émotionnel et spirituel. Il l'accompagnera dans ce cheminement qui la conduira à se (re)trouver elle-même. Il s'enrichira de ses victoires, de sa philosophie de vie, de ses rencontres et de ses voyages.

En écrivant, Ariane s'épanche. Elle se panse par les mots de tout ce qui l'a si profondément entaillée. Et c'est ainsi qu'elle peut espérer retrouver son entièreté.

En conclusion : Martine Gercault possède un don...elle écrit avec le cœur, elle écrit de tout son être. Sa plume n'en est que plus délicate et fine. Le mot juste, celui qui n'a nul besoin de fioritures, d'accompagnement dérisoire...celui qui est vrai : l'authentique. C'est cela "Mon Père au Loin", de l'authentique à l'état pur, de la substance, de l'essence. Tellement de douceur pour parler d'un sujet si délicat, si difficile à évoquer : celui de la perte, du manque, de la résignation, de l'acceptation. Se reconstruire pour accoucher de soi telle une renaissance.

J'ai vécu cette lecture comme un voyage, bercée par les mots de Martine Gercault et l'histoire d'Ariane. J'ai pu me recentrer et en sortir "grandit" et pour tout cela, je ne peux que l'en remercier.

Lisez "Mon Père au Loin", il vous touchera, il vous percutera ou il vous bercera...peu importe en réalité, en définitive, il vous trouvera, tout simplement.

Victoria du blog Mon Coin Livresque
|0Commentaire|Signaler un abus
le 11 juin 2016
En effet qu'est-ce que l'intime ? Dans un monde où l'on entend que la vie privée et l'intimité n'existent plus, il est formidable de lire que ça existe et qu'en plus il est possible de les cultiver. Ce livre rend et décrit à merveille la vie intérieure d'une femme, d'une mère, d'une fille. Il vous fait approcher et saisir la relation que l'on a avec soi et avec les autres, et surtout avec ses parents, particulièrment dans Mon père au loin avec son père. Si vous vous interrogez sur la question de l'intimité, de votre intimité, je vous recommande la lecture de ce récit. L'écriture est fluide le vocabulaire simple, et pourtant riche, le mot est toujours juste, approprié à l'émotion qu'éprouve l'auteur devant la maladie et la mort de son père. Vous ne serez pas décu.
|0Commentaire|Signaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici