undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
92
4,0 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 octobre 2011
Lire Proust n'est pas une mince affaire...mais cela reste un immense plaisir..
Certes, il faut rester concentré.. ne pas se perdre dans les dédales de ses longues phrases interminables dénuées de ponctuation.
Il faut avoir impérativement l'amour des mots, du vocabulaire devenu désuet de nos jours, ..
Proust est un des rares auteurs a user d'une demi page, voir d'une page entière pour vous faire ressentir ce qu'il ressent lui-même..Sur des sensations aussi banales que l'odeur de cire ou de vernis que l'on perçoit quand on monte un escalier en bois...
Ou le gout d'une tasse de thé agrémenté d'une « madeleine bien dodue ».
Faisant appel a toutes les métaphores possibles et imaginables pour que ces sensations deviennent aussi perceptibles qu'il soit..
A la recherche du temps perdu est l'histoire d'une vie... une sorte de « Dallas » des années 20..
Du coté de Chez Swann s'attarde sur une partie de l'enfance de l'auteur, dans la maison de campagne familiale de Combray... et dans sa seconde partie ce roman décrit un amour...l'amour de Swann pour Odette...un amour a sens unique.
Rien n'est laissé au hasard...rien n'y est oublié..la moindre sensation... le moindre regard..la moindre émotion ou geste.
Tout et absolument tout est relaté finement, afin que le lecteur ne puisse rien rater...
Et pour se faire, le génie et le vocabulaire de Proust prennent ici toutes leurs grandeurs et leurs lettres de noblesses...
Hormis le style littéraire et génial de l'auteur, mais aussi sa grande sensibilité face a l'émerveillement; sensibilité qu'il communique avec un certain brio au lecteur..
L'oeuvre est aussi très instructive sur les us et coutumes de la grande bourgeoisie de l'époque, les différences entre les castes et statuts sociaux, très présents tout au long des pages..
Bref...
Que dire d'autre...sinon de faire table rase sur tous les préjugés que l'on peut avoir a lire Proust..et de s'y mettre sans se décourager...et en s'accoutumant progressivement au style atypique de l'auteur..
Bonne lecture ...et bonne recherche du temps perdu...celui de notre enfance ...
0Commentaire| 52 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2007
Le narrateur évoque son enfance et décrit le personnage de Swann, un esthète de ses connaissances. Dans ce premier tome l'auteur aborde les sujets récurrents de « A la recherche du temps perdu »: le beau, les sentiments, la création et le temps.

Au commencement, le roman désoriente : les phrases sont d'une longueur impressionnante et le vocabulaire très recherché. (Je n'ai lu le mot « valétudinaire » que dans « A la recherche du temps perdu » ). Plus difficile encore, il ne raconte pas vraiment « une histoire » , mais se compose plutôt de souvenirs fragmentés et de sensations.

L'auteur cherche à approcher la réalité des choses et des êtres en analysant chaque facette visible des objets observés. Le lecteur l'accompagne dans cette recherche. Il s'immerge alors, dans un univers écrasant mais fascinant dont les phrases interminables reflètent l'infinité des apparences et des possibles.

Le narrateur étudie encore plus soigneusement ses perceptions intérieures que le monde extérieur. Dans ce travail, il s'attarde sur les impressions fugaces et les chimères, par exemple quand il se représente Parme « compact, lisse mauve et doux ». Il nous conduit à nous rappeler les instants où nous avons vécu des sensations similaires. Car cet ouvrage, loin d'être purement intellectuel, nous ramène à des impressions intimes et oubliées. Jamais l'introspection n'a été poussée aussi loin.
0Commentaire| 49 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2011
Que peut dire un proustien néophyte d'un tel monument, sinon tenter de transmettre ses encouragements à celui qui hésite encore à se jeter à l'eau ?
Bien utile est la passionnante préface d'Antoine Compagnon à cette édition. Y est exposée l'ambition de Proust à offrir la démonstration, prévue initialement en un seul volume, « Contre Sainte-Beuve », de la supériorité du sensible sur le raisonné, la prépondérance du moi inconscient sur le moi volontaire (comme quoi les théories freudiennes étaient bien de leur temps!). En nous exposant l'histoire du projet avec ses hésitations, ajouts, découpages, et le procédé tardivement découvert qui donnera à l'ensemble de la Recherche une architecture chronologique cohérente et une unité a posteriori (le narrateur se souvient s'être souvenu), en plus de justifier l'exposé de ses ressentis et réflexions sur la mémoire et ses réminiscences, nous rappelle les difficultés et rebuffades à la publication d'un texte devenu colossal : cette introduction est une bonne mise en bouche, préalable à un banquet réputé indigeste.
Sa genèse et sa justification ainsi posées, on peut attaquer tranquillement, posément, grain par grain, cette redoutable montagne de caviar, fabuleux incipit d'un énorme roman sans intrigue qui nous familiarise peu à peu avec un style célèbre et redouté. Alternance de phrases courtes et interminables qu'on aura plaisir à reprendre aussitôt comme on réécoute une mélodie complexe, formulations virtuoses : c'est une pièce de joaillerie dont on parcourt les détails à la loupe, aidé par ces célèbres métaphores inventives, poétiques jusqu'à la mièvrerie.
Le décor de Combray lentement planté, les personnages qui l'habitent et leurs comportements disséqués sans concessions et le lecteur ainsi échauffé et apprivoisé, arrive la récompense de la seconde partie: la description d'une passion amoureuse. L'analyse du phénomène, de sa naissance improbable à son étiolement en passant par un crescendo admirablement décortiqué ; l'acuité de l'étude des personnalités et caractères des protagonistes et de leur entourage mondain, si bien initiée au début du volume ; la description des ressentis les plus intimes, sentimentaux comme artistiques (un tantinet démonstratifs et délicieusement surannés) ; le décryptage du transport par la musique « langage de l'indicible », le tout en aller-retours, en champ et contre-champ ; la description des inconstances, lâchetés, reniements, dénis, retournements sentimentaux : c'est époustouflant. Tout est dit, et comment ! A n'en plus oser tenter d'aligner le moindre mot et à en juger définitivement inutile toute autre lecture, si ce n'est la suite !
22 commentaires| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 8 décembre 2013
Je ne vais pas "évaluer" Proust, ce serait ridicule. Par contre, je peux recommander cette édition. Je parle de l'édition Gallimard dite "La Blanche", car le format est agréable et les caractères ont une taille plus lisible que l'édition Folio (il y a un prix: les notes explicatives ont disparu) et est plus maniable que la Pléiade ou Quarto.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2013
On aime ou pas !!
Mais je voulais le (re)découvrir, et j'apprécie de pouvoir le faire tranquillement, en lisant sur mon téléphone ou ma tablette à mes moments "perdus", transports, salle d'attente. J'avoue avoir un peu de mal avec Proust, alors à petites doses, c'est très bien ;-)
Et gratuit, c'est encore mieux !!

Texte très correct, quelques erreurs par ci par là, mais pas plus (plutôt moins) que dans une version papier (hélas il y en a de plus en plus dans les livres)
Et vu qu'on me pose la question chaque fois que je l'ouvre dans un lieu public : non, ce n'est pas pénible à lire sur un petit écran, même avec mon tout petit smartphone, je trouve ça plus agréable que les anciennes versions livres de poche (celles que je peux acheter pas cher d'occasion !).
Signée : une retraitée bien contente de pouvoir se replonger dans les "classiques" à peu de frais et beaucoup de côté pratique!!!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2013
Découvert sur le tard pour moi.

C'est probablement le roman qui m'a le plus fait réfléchir sur des choses de la vie. Certes le style est particulier et pas toujours très digeste, mais passé les 100 premiers pages on se rend compte qu'on a un bijou entre les mains, l'investissement en vaut la chandelle. La recherche est unique en son genre.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2009
une typographie agréable et des notes en bas de page (notes intéressantes voire indispensables). Une façon bien plaisante d'entrer dans ce qui est pour moi le livre des livres. Dommage qu'il n'y ait je crois qu'un volume de disponible actuellement et que pour la suite il faille recourir a d'autres éditions.
11 commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Son oeuvre n'est pas un roman, c'est tout au plus une biographie, quelque chose qui a fermenté en lui, qui s'est nourrit de ses relations envers les autres, homme et femmes, mais également envers les choses et les sens, la pierre et la terre, l'odeur des champs, les tons changeants d'un ciel bleu qui va tourner à l'orage, de la terre sèche qui se dérobe dans la main, de la moiteur d'une framboise qu'on presse entre deux doigts, de la chaleur résiduelle d'un oiseau qui meurt, de l'humidité d'une chambre, du ton de la voix d'une amie, du goût d'un gâteau, de celui des larmes, du plaisir de l'attente et le cauchemar du moment attendu, une fois qu'il est passé.

Lire Du coté de chez Swann, c'est faire un long trajet dans la vie d'un homme dont les sens exacerbés n'ont de cesse de raconter la vie espérée et la mort qui s'en vient, et qui utilise des phrases sans fin, berçantes, jolies, ondulantes, somnolentes parfois, comme la vie qu'il a souhaité ne pas quitter, et qui durent, qui repartent sans arrêt, duveteuses, confortables, amies, dans tous les sens, sur la seule évocation d'une chose ou d'un fait, ou d'un moment, ou même d'une espérance, parfois sincère, et qui n'en finissent pas de ne pas revenir.

Lire Proust est un curieux plaisir toujours renouvelé, et toujours un peu plus nouveau chaque fois. Je ne connais pas de berceuse qui soit plus agréable face à la mort qui s'en vient.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2009
Dans ce premier ouvrage de "La Recherche", l'apprentissage du héros-narrateur marque l'évolution voire même la transition avec le Bildungsroman. En effet, le héros ne fait pas son apprentissage en voyageant mais dans un espacee clos. Sa jeunesse est continuellement marquée par les désillusions qu'il essuie. Du côté de chez Swann n'est qu'une pépite parmi les trésors de l'écriture proustienne, il n'est donc pas dissociable du reste de "La Recherche".
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2012
Je suis très déçue par ce ebook, exemple : le mot soeur devient "sur", le mot oeil devient "il', pas très agréable pour la lecture. De plus le tome 3 de la recherche n'est pas disponible, il n'y a que le côté de Guermantes 2 et 3. Où est le premier. Bref, je viens d'acheter les oeuvres complètes de Proust qui m'ont l'air vraiment très bien .
11 commentaire| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus