Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaire client

le 1 août 2009
C'est l'album de Springsteen que je préfère . Je ne dis pas le meilleur car cela ne veut rien dire , mais celui que j'ai le plus écouté , le plus aimé aussi . Ils sont rares les albums qui vous accompagnent longtemps , toute une vie . De celui - ci , je connais tous les recoins , toutes les paroles , tous les soupirs , les silences , les cris , tous les accords : je peux le chanter encore maintenant en entier , je peux le jouer aussi , j'y pense encore souvent et il n'est jamais vraiment sorti de mes rêves . Il fait partie de ma vie .
Si vous pensez que des grands mots comme pureté , intégrité , honnêteté sont des critères valables pour évaluer le travail d'un artiste , alors vous aimerez ce disque sans artifices , cru , aride , terriblement sincère et profond .
Arrivé dans le début des années 80 à un sommet de gloire qu'il n'a peut - être pas tant désiré que cela , Bruce Springsteen décide de faire un break et de tracer la route seul pour partir à la rencontre d'un pays qui l'a fait Boss mais qu'il ne connaît pas vraiment . De l'Amérique , il n'a vu que des films et entendu des chansons . De ce paysage grandiose et violent , il n'a vu que les bords . Passant d'un océan l'autre , le jeune Bruce a arpenté les plages et les jetées , bu et chanté dans les bars , écumé les scènes et les stades en s'aveuglant aux grandeurs et aux lumières des villes debout . Dans ce parcours initiatique sans surprises , pour ainsi dire linéaire , il a pu puiser l'énergie nécessaire à son rock , une forfanterie bon enfant , un jeu de scène festif et mélodramatique plein de cette fougue insouciante et parfois puérile tout droit héritée du rock and roll de son enfance et des bluettes des groupes de filles des années 60 , qu'il écoutait à la radio le soir dans son lit . Atteignant en 82 un âge christique , il lui faut désormais prendre conscience de sa responsabilité , de son âge d'homme , se frotter à la réalité des vies de ses héros , des fantômes de ceux dont il n'a fait que galvauder les désirs romantiques à jamais enfouis dans la fausseté du « rêve américain » , cette « belle idée » ( comme dit Gabin dans La Belle Equipe ) mais qui n'a pas su satisfaire toutes les espérances .
Dans Nebraska , Springsteen raconte des histoires au lieu de les brailler , il jette au brasier des illusions perdues la pacotille des héros flamboyants de sa jeunesse parfois bohème pour se colleter avec la réalité des classes rurales et urbaines du pays profond en pleine déréliction . le plus souvent , ces histoires toutes simples , il les chante avec une voix très douce , naturelle , dénuée d'emphase , une sorte de murmure en voix off qui ressasse son hébétude ( un peu à la manière d'un Norman Bates , en plein déni , à la fin de Psychose ) parfois échantillonnée de hurlements lugubres ( « State Trooper » ) comme ceux que pousse Alan Vega dans le premier album de son groupe Suicide .
Les personnages de Springsteen , comme dans « Highway Patrolman » ( reprise par Johnny Cash ) ne se déparent jamais de leur sacerdoce buté : ils ont un truc à faire alors ils le font , que ce soit au nom du Bien ( Joe Roberts , le patrolman ) ou du Mal ( ce jeune chien fou de Franky Roberts , le frère de Joe ) et sans toujours en percevoir les conséquences , jusqu'à ce qu'une certaine idée de la frontière vienne leur rappeler que l'Amérique , ou l'homme américain , n'a pas tous les droits , et qu'être au service de l'état et d'une certaine morale ne dispense pas d'avoir une conscience individuelle . La chanson , avec ce personnage qui en s'émancipant des lois redonne une chance à l'idée de fraternité , est magnifique .
Springsteen ne fait pas des héros de ces gars qui , pris au piège du rêve américain en lambeaux , ne comprennent pas tout ( « Atlantic City » ) ces désoeuvrés qui , dans « Nebraska » , la chanson qui ouvre l'album , s'amusent à tuer pour se donner l'illusion de vivre , puis regrettent non pas leur folie meurtrière de tueurs nés ( à la Gun Crazy ) , mais qu'on ait mis un terme au jeu . Il donne la parole à ceux qui , autant victimes que bourreaux , tuent la rage au caeur ( « Johnny 99 » elle aussi reprise par Cash ) et s'indignent qu'on les laisse pourrir en prison 98 et un an au lieu de les éliminer , comme ils savent faire là - bas , de manière radicale , dans un dernier éclat de foudre . Enfin , il fait de ses personnages des balises pour sa conscience ( et la nôtre , peut - être ) , des pare fous . Parler d'eux , de leur vie ou de leurs actes terribles ou banals ( « Open All Night » ) c'est comme nommer le monde qui l'entoure pour mieux le comprendre . Une dernière tentative pour vainement le mettre à distance par le biais de la rêverie nostalgique ( « Mansion On The Hill » , « Used Cars » , incroyablement justes et touchantes , et surtout « My Father's House » ) renvoie le narrateur au constat douloureux du temps qui passe , des choses qui changent , des gens que l'on croyait indispensables et qui finissent malgré tout par disparaître de nos vies ...
Le retour à la réalité est donc terrible qui ne propose qu'une alternative : soit la fuite en avant , évoquée en fil rouge tout au long de ce voyage mortifiant ( que Springsteen résume ici dans « State Trooper » ) avec la possibilité de la folie meurtrière si on vous arrête , ou quand on ne vous arrête pas ... soit , dans « Reason To Believe » qui clôt cet album magistral , non pas la promesse d'une vie meilleure , mais une interrogation sur le bien fondé de continuer sans toutefois la certitude de parvenir à une humanité apaisée .
99 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus| Lien permanent
Qu'est-ce que c'est ?

Que sont les liens vers les produits ?

Dans le texte de votre commentaire, vous pouvez faire un lien direct avec tous les produits proposés sur Amazon.com. Pour insérer un lien vers un produit, suivez les étapes suivantes :
1. Trouvez le produit que vous souhaitez référencer sur Amazon.com
2. Copiez l'adresse Web du produit
3. Cliquez sur Insérer un lien vers un produit
4. Collez l'adresse Web dans le champ
5. Cliquez sur Sélectionner
6. En sélectionnant l'article affiché, vous insérerez le texte qui prendra cette forme : [[ASIN:014312854XHamlet (The Pelican Shakespeare)]]
7. Lorsque votre commentaire sera publié sur Amazon.com, ce texte sera transformé en hyperlien, comme :Hamlet (The Pelican Shakespeare)

Vous êtes limité à 10 liens vers des produits dans votre commentaire et le texte du lien ne peut pas contenir plus de 256 caractères.

Veuillez écrire au moins un mot
Vous devez acheter au moins un article d'Amazon pour publier un commentaire
Un problème est survenu lors de la soumission de votre commentaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un problème s'est produit lors du chargement des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.


Détails sur le produit

4,8 sur 5 étoiles
25
4,8 sur 5 étoiles
9,49 €+ 2,49 € expédition