Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaire client

le 24 septembre 2013
Adaptation partielle du roman de Max Brooks (fils de Mel), World War Z ne traite pas l'invasion zombiesque du globe via le regard de multiples protagonistes, mais s'axe au contraire sur le destin d'un seul homme, Gerry Lane. Ancien cadre de l'ONU, il n'aura pas d'autre choix que d'abandonner sa famille pour reprendre du service et partir à la recherche du patient 0.

Réalisé par Marc Foster (Neverland, Quantum of Solace...), le long-métrage s'avère être un excellent mélange entre films de genre (le sang et les tripes en moins, PG-13 oblige) et blockbusters. Du côté des séries B horrifiques, il semble puiser le climat anxiogène et une urgence qui suinte de la pellicule (les scènes dans l'immeuble abandonné et sur le tarmac de Corée du Sud, la vitesse des zombies et la séquence finale en sont les témoins) et le message politiquement incorrect (aucune classe sociale n'est épargnée, les institutions étatiques sont incapables d'endiguer le fléau, la manipulation par les élites n'est pas en reste). A l'inverse, les effets spéciaux démentiels (la prise de Jérusalem est tout simplement incroyable !) tendent plus du côté des grosses productions hollywoodiennes. Furieusement bon tourbillon de divers influences, mais surtout œuvre de qualité qui ne prend pas le public pour un imbécile, World War Z mérite de faire date, et ce pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, bien que mettant en scène des séquences hallucinantes de gigantisme (tant du point de vue des attaques de masse de zombies que de par la globalisation du phénomène), Foster ne perd jamais de vue que ce qui rend un film réussi, c'est avant tout un scénario et des personnages crédibles. Malgré certaines concessions scénaristiques (telle le petit garçon mexicain) visant de toute évidence à amadouer la censure, l'histoire se suit donc avec intérêt, ne sombrant jamais dans le cliché jusqu'au-boutiste (on n'est pas chez Roland Emmerich !), et faisant subir à Brad Pitt un nombre conséquent d'épreuves et de défaites.
Du côté de ce dernier, aucune fausse note n'est à déceler : parfait en père de famille, il est immédiatement attachant -et l'on peut dés lors trembler pour lui à chaque nouveau rebondissement. Pas en reste, sa famille (excellente Mireille Enos dans le rôle de l'épouse) est en harmonie avec cette volonté « d'homme normal » : on croit immédiatement en leur relation, finalement banale, de couple. Un Brad Pitt qui n'est donc pas un héros, mais au contraire un homme de l'ombre -un choix judicieux, allant à l'encontre de la plupart des blockbusters contemporains.

De plus, un autre bon point à mettre au crédit du réalisateur est sa volonté de ne pas jouer sur le terrain de la surenchère permanente. Le final du film devait ainsi être à l'origine une bataille gigantesque en Russie (quelques plans peuvent d'ailleurs être aperçus lors de la scène pré-générique). Mais Marc Foster décida, contre toute attente, d'en faire une longue séquence, presque intimiste mais en permanence captivante. Une sorte d'épreuve finale pour Gerry Lane, qui, de par ses choix et ses actes, acquerra presque un caractère christique. Remarquable de sobriété, de suspense et de beauté...

Enfin, la réalisation est irréprochable. Les prises de vue sont réussies, passant par exemple d'un gros plan de visage effrayé à un plan large apocalyptique, qui parvient en quelques secondes à nous montrer à la fois drame intime et carnage de masse. Bien qu'un peu trop agitée lors de l'explosive séquence d'introduction, la caméra ne sombre cependant jamais dans des mouvements à la brusquerie rendant tout mouvement illisible. Toujours placée judicieusement, cette dernière épouse l'action à la perfection, apportant grandement à la tension presque permanente de World War Z, encore rehaussée par la très bonne musique de Marco Beltrami (Scream, Hellboy...).

On pourrait certes polémiquer sur le fait que les « zombies » devraient plus être nommés « infectés » qu'autre chose, mais qu'importe : en dépit des difficultés de tournage et de production, World War Z s'avère être une réussite pleine de cœur, qui mérite assurément le succès surprise qu'elle a eu au box office. Vivement la suite, qui, je l'espère, frappera aussi fort sans pour autant perdre cet humanisme qui contribue grandement à l'immersion ressentie devant ce très bon film.
99 commentaires| 37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus| Lien permanent
Qu'est-ce que c'est ?

Que sont les liens vers les produits ?

Dans le texte de votre commentaire, vous pouvez faire un lien direct avec tous les produits proposés sur Amazon.com. Pour insérer un lien vers un produit, suivez les étapes suivantes :
1. Trouvez le produit que vous souhaitez référencer sur Amazon.com
2. Copiez l'adresse Web du produit
3. Cliquez sur Insérer un lien vers un produit
4. Collez l'adresse Web dans le champ
5. Cliquez sur Sélectionner
6. En sélectionnant l'article affiché, vous insérerez le texte qui prendra cette forme : [[ASIN:014312854XHamlet (The Pelican Shakespeare)]]
7. Lorsque votre commentaire sera publié sur Amazon.com, ce texte sera transformé en hyperlien, comme :Hamlet (The Pelican Shakespeare)

Vous êtes limité à 10 liens vers des produits dans votre commentaire et le texte du lien ne peut pas contenir plus de 256 caractères.

Veuillez écrire au moins un mot
Vous devez acheter au moins un article d'Amazon pour publier un commentaire
Un problème est survenu lors de la soumission de votre commentaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Un problème s'est produit lors du chargement des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.