Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_STT17 cliquez_ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Customer Review

VINE VOICEon September 22, 2013
Grâce à Queen et surtout à Presence - le commentateur - j'entre enfin dans les mondes de Neil Gaiman et de Terry Pratchett. Ca faisait longtemps que je leur tournais autour, mais entre Coraline,Le peuple du tapis et ces Bons présages, je pense que je suis clairement tombé sous le charme de ces auteurs. Leurs atouts : un humour britannique savoureux, de l'imagination à revendre, des personnages immédiatement attachants, et une philosophie hédoniste qui recueille tous mes suffrages et tous mes votes.

Construit bizarrement, voire bancal, De bons présages possède quelques défauts. La fin n'est pas à la hauteur des 400 premières pages, certains paragraphes sont un peu perdus pour pas grand chose, quelques digressions semblent inutiles. Mais le texte n'est jamais ennuyeux, les idées fusent et les situations décalées abondent. On pourrait presque croire qu'il s'agit d'un compilation de sketches, de bons mots notés au long des années et reliées par un ange et un démon plus qu'humains. Rampa et Aziraphale pourraient bien être les incarnations des deux auteurs, les chefs d'orchestre de l'histoire, qui leur échappe malgré tout assez rapidement. Des nonnes satanistes désorganisées, des enfants espiègles, une sorcière adorable, un grand bênet et de charmants bougons bouleversent tout. C'est un peu un film choral délirant, façon Un monde fou, fou, fou, fou, une poursuite effrénée où tous les repères et toutes les croyances tombent. Le propos le plus important n'est pas de sauver le monde, mais bien de l'aimer et de le chérir en commençant par s'aimer et se chérir soi-même. Quelle meilleure preuve d'amour que ces deux combattants d'armées opposées (le Bien et le Mal) se prenant des cuites en écoutant Beethoven ?

Faisons table rase d'un tas de choses, à commencer par nos plans les plus anciens qui nous pèsent et qui n'ont plus de raison d'exister. Commençons donc par découvrir Pratchett et Gaiman, encore deux Anglais formidables, qui fournissent de belles et bonnes histoires, drôles et cultivées, même si je ne suis pas certain qu'ils puissent détrôner Douglas Adams.
66 comments| One person found this helpful. Was this review helpful to you? Report abuse| Permalink
What's this?

What are product links?

In the text of your review, you can link directly to any product offered on Amazon.com. To insert a product link, follow these steps:
1. Find the product you want to reference on Amazon.com
2. Copy the web address of the product
3. Click Insert product link
4. Paste the web address in the box
5. Click Select
6. Selecting the item displayed will insert text that looks like this: [[ASIN:014312854XHamlet (The Pelican Shakespeare)]]
7. When your review is displayed on Amazon.com, this text will be transformed into a hyperlink, like so:Hamlet (The Pelican Shakespeare)

You are limited to 10 product links in your review, and your link text may not be longer than 256 characters.


Product Details

4.2 out of 5 stars
53