undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Commentaire client

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la terreur mise en musique, 13 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alan Gilberty - Adams : Doctor Atomic (DVD)
Gravité du sujet historique, étude comportementale de l'humain, les couleurs générales baignent dans une atmosphère lourde, nocturne, de plus en plus lugubre au fur et à mesure que l'échéance de la mise à feu approche. La mise en scène propose une variation de couleurs plutôt sombres, tempérée par la robe fuchsia de Kitty et les blouses ou bras de chemises des scientifiques.

Les éléments naturels sont au cœur de la scénographie et défient le bon déroulement du processus scientifique de mise à feu. Des panneaux mobiles animent un décor plutôt dépouillé qui va à l'essentiel : un bureau pour Oppenheimer ; une chambre de sa maison. Une énorme boule atomique bardée de fils est suspendue, menaçante. La terre est symbolisée par les montagnes du désert du Nouveau-Mexique à l'aide de draps blancs suspendus. La lumière arrive par le biais des éclairs du ciel mais aussi par l'explosion atomique finale.

Vous l'aurez compris, la réussite visuelle de cette production du Met est en parfaite osmose avec la gravité du sujet, mais elle est aussi en total accord avec la qualité de la distribution vocale et orchestrale.

Le livret concocté par Peter Sellars - qui avait réalisé également la précédente et contestée mise en scène de l'œuvre à l'Opéra de San Francisco en 2005 - est une compilation judicieuse d'écrits originaux, de témoignages ou de poèmes qui ne nécessitent pas nécessairement un enjolivement musical. L'orchestre de John Adams, très proche de l'action, va dans le sens d'un véritable commentaire musical de tous les instants, d'une richesse et d'une finesse qui semblent inépuisables. Musique continue très variée, en évolution permanente et aux répétitions absentes sauf lorsqu'elle sont totalement justifiées comme dans le formidable crescendo final, la partition joue avec les timbres et les rythmes. L'écriture les mélange avec la plus grande fantaisie et une véritable efficacité dans un chatoiement harmonique très subtil. Les quatre interludes en expriment bien la richesse. Le chef d'orchestre américain Alan Gilbert est entièrement impliqué dans ce qu'il dirige, d'une grande précision et d'un soutien sans faille pour cette musique difficile à mettre en place.

La distribution des rôles favorise nettement les voix graves masculines et féminines qui s'accordent parfaitement à la noirceur du sujet. L'écriture mélodique mi-parlée mi-chantée est à mettre en regard de la richesse du débit vocal. Le mariage des timbres fonctionne à merveille et culmine dans le duo d'amour entre un Oppenheimer baryton et sa femme mezzo-soprano, un des sommets de la partition, d'une sensualité musicale très maîtrisée. Gerald Finley est littéralement habité par le rôle du physicien. Sasha Cooke gère avec facilité notes hautes et basses sans vibrato.

Cependant, tous les chanteurs mériteraient d'être cités, car tous possèdent ces mêmes qualités qui les rassemblent : la maîtrise absolue de leurs possibilités et une parfaite diction. Les rôles sont distribués avec justesse: Eric Owen (le général), Thomas Glenn (le jeune scientifique à lunettes), Richard Paul Fink (Edward Teller, le collègue d'Oppenheimer), Meredith Arwady (Pasqualita, la jeune domestique indienne). Dotée d'un registre de contralto, cette dernière fait preuve au reste d'une présence physique et vocale tout à fait exceptionnelles, atteignant des graves rarement entendues chez une chanteuse.

La chorégraphie d'Andrew Dawson est l'autre réussite de ce spectacle. Tout y est vivant, au service de l'agitation, de l'angoisse et de la fièvre qui préludent aux essais. Les nombreux gros plans sur les visages expressifs ou neutres des protagonistes explicitent bien l'attente éprouvante du compte à rebours.
Les cadrages de la cinéaste et productrice Penny Woolcock mettent en avant le jeu expressif des chanteurs et leur dynamique, tandis que les chœurs se meuvent de façon très naturelle.

Cette production du Metropolitan Opera, ultra-réaliste, ancre le propos dans un quotidien tendu en évitant tout temps mort. Chaleureusement applaudie, cette œuvre devra sans doute être visionnée plusieurs fois pour en savourer toutes les richesses.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-4 sur 4 de cette discussion.
Message initial: 15 mai 11 11:42:25 GMT+02:00
Avis idéalement argumenté. Ne changez rien, c'est parfait!!

En réponse à un message antérieur du 18 mai 11 13:19:05 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 18 mai 11 13:27:35 GMT+02:00
Titus dit:
Je surenchéris.

Publié le 28 nov. 12 10:54:31 GMT+01:00
Commentaire excellent et très complet. Merci. Mais que ce spectacle est sombre! VU.

Publié le 3 juil. 13 16:33:22 GMT+02:00
magnifique interprétation mise en scène impeccable
réussite totale
un bel exemple de la musique de notre temps
captivant de bout en bout
à ne pas manquer
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 376