undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Commentaire client

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le sommet de la saga au cinéma..., 11 décembre 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban [Édition Collector] (DVD)
A l'heure où j'écris ces lignes, je viens de voir le 7° film adapté de l'œuvre merveilleuse de J.K. Rowling ("Harry Potter et les reliques de la mort, 1° partie").
Et c'est l'occasion pour moi de me répéter une énième fois à quel point "Le Prisonnier d'Azkaban" demeure le plus réussi de tous les films de la série.
Les deux premiers, réalisés par Chris Colombus, peuvent être je pense, réévalués à la hausse à la lumière des derniers chapitres cinématographiques. Car souvent décriés pour leur parti-pris enfantin, ils ont justement un charme que les suites ont bel et bien perdu. Sauf "Le Prisonnier d'Azkaban" !

Premier artisan de la majestueuse réussite du film : le réalisateur Alfonso Cuaron. Il sera le seul véritable metteur en scène à apporter une "vision" à la série, là où Colombus adaptait sagement et consciencieusement les deux premières parties, où l'arrogant Mike Newell accouchera du film le plus moche à force de verser dans un improbable mélange de blockbuster et de comédie sentimentale à l'anglaise (incroyablement creux d'ailleurs, pour l'adaptation d'un des plus denses et des meilleurs chapitres de la série de romans !), où David Yates brossera des tableaux assez impersonnels afin de remplir un certain cahier des charges pour pouvoir adapter les chapitres 5 et 6 de façon consensuelle en amputant l'histoire des trois quarts de sa substance. Bizarrement, le dernier film, proposé en deux parties, semble vouloir revenir sur le principe de l'adaptation la plus fidèle possible au matériau littéraire. L'ayant vu hier, je ne possède pas encore le recul nécessaire pour être réellement objectif, mais il semblerait que la recette fonctionne et avec un peu de chance, la fin pourrait être réussie. Wait and see...

Mais revenons à notre réalisateur mexicain : Virtuose à l'extrême, Cuaron va oser toutes les audaces visuelles dans son film. Et, avec un rare bonheur, lui conférer une forme féérique inédite ! Ainsi, la magie va littéralement être incarnée à l'écran, les scènes de vol nous donnant vraiment l'impression de voler, la présence des Détraqueurs nous glaçant d'effroi, au sens propre ! le montage nous permettant de traverser les murs et de voyager dans le temps !
On en oublie du coup toutes les transformations de décors et la nouvelle tonalité visuelle apportée à cet univers pourtant longuement exposé dans les deux premiers opus. Ici, les couleurs sont délavées, presque argentées et font ressembler les images à des enluminures médiévales. La mise en scène est nerveuse, viscérale, physique (scènes filmées caméra à l'épaule, même pour traverser les murs ou pour voler sur un balai sous une pluie battante !), poétique (magnifiques tableaux du Loup-garou sous la pleine lune) et drôle (sans jamais être racoleuse).
L'alchimie est totale entre le conte pour enfants, la tragédie œdipienne (Sirus Black, nouveau père de substitution !), l'exercice de style et l'adaptation cinématographique. Et n'oublions pas la sublime partition de John Williams, pour la dernière fois aux commandes le la bande son de la saga.

Alors que les chapitres 4, 5 et 6 verseront honteusement dans la bluette pour ado et une esthétique jeu-vidéo racoleuse, "Le Prisonnier d'Azkaban" s'impose aujourd'hui comme un véritable travail de puriste.
D'aucun lui reprocheront ses coupes dans les nombreux chapitres du livre (je ne compte plus les fois où des copines m'ont dit avoir détesté le film car il évince toutes les scènes se déroulant à Préaulard !), mais avec le recul, aucun autre film de la série ne lui arrive à la cheville en terme d'adaptation. Car il est bien le seul à proposer un point de vue, en étant capable de préserver l'essentiel du matériau originel : la magie. Sans renier l'essentiel de l'intrigue. S'il n'en propose pas tous les détails, il s'en nourrit à la sève, retenant davantage l'esprit que la lettre.

J'en tire finalement la conclusion suivante : Les deux premiers films sont réussis et charmants, car ils nous plongent dans le monde merveilleux de l'enfance. Celui-ci est un chef d'œuvre car il prolonge la féérie de l'enfance tout en travaillant la mise en forme pour en extirper sa substance merveilleuse. Et les chapitres 4, 5 et 6 sont navrants, car estampillés "film d'ado" avec ce que cela comporte de langage et de scènes branchées racoleuses et hors-sujet.
Ainsi, nous voyons que le monde de l'enfance est éternel. Il nous hante délicieusement toute notre existence. Tandis que le monde des ados ne concerne... que les ados.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-1 sur 1 de cette discussion.
Message initial: 13 déc. 13 11:08:30 GMT+01:00
M. Cyrille dit:
Je suis en train de me le refaire car ma fille n'avait pas vu les 7èmes et 8èmes films. Et comme tu as raison ! Pour ma part, j'aime beaucoup les Reliques de la mort 1ère partie, beaucoup moins la deuxième partie. Et aucun film de la série n'égale ce troisième titre, avec ce début très drôle à la Monty Python.
‹ Précédent 1 Suivant ›