undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Commentaire client

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'eau sous le Golden Gate !, 3 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Social Network [Édition Collector] (Blu-ray)
Adapté par Aaron Sorkin, le créateur d''A la Maison-Blanche', l'ouvrage de Ben Mezrich, spécialisé dans les 'inside-' et 'true-stories', est donc devenu un film sous la houlette de l'excellent David Fincher sous le titre de 'The social network', une histoire de sexe et d'argent, d'amitié et de trahison, de génie et de solitude.

C'est l'histoire d'un jeune homme brillant, mais arrogant, qui cherchait à se faire remarquer, à faire un pied-de-nez aux autres et à acquérir la célébrité avec une idée toute simple : permettre à tous ceux qui ont envie de savoir qui couche avec qui (c'est la fameuse 'situation amoureuse' des 'facebookiens'), de trouver cette information sur un site internet accessible à tous gratuitement ; et très vite, un tas de gens, désireux de se rancarder sur des personnes qu'ils connaissent, se sont mis à y passer des heures et ce de Harvard au départ au reste du Monde depuis, jusqu'à arriver au chiffre de 500 Mio d'utilisateurs aujourd'hui.

L'électron libre Mark Zuckerberg (parfaitement incarné par Jesse Eisenberg, on passe de la montagne de sucre à la montagne de fer), associé à Eduardo Saverin (le britannique Andrew Garfield : 'Lions et agneaux', 'Boy A', 'L'imaginarium du Dr. Parnassus', mais surtout bientôt le nouveau 'Spiderman'), puis à Sean Parker (le chanteur Justin Timberlake), le co-créateur de 'Napster', a bien sûr fait au passage quelques jaloux et tiré un trait sur quelques amis (ce sont les dégâts collatéraux des histoires de gros sous), donnant naissance avec les années à une sorte de tabloïd planétaire qui sert aujourd'hui à tous et à tout et permet à chacun d'être une sorte de vedette (« je suis sur Facebook ») et donc de se faire remarquer tout comme son créateur au départ.

Sur le plan strictement cinématographique, ce film est le moins intéressant de David Fincher à ce jour : tout se passe dans des chambres et des appartements et des bureaux et il n'y a pas de véritable action, mais surtout beaucoup de discussions. Mais ce film, uniquement porté par son sujet, est évidemment le reflet d'un monde qui évolue pour le moins curieusement : avant nous vécûmes dans des maisons dans des villages à la campagne (et nous n'avions pas besoin d'Internet pour tout savoir sur tout le monde), que nous avons quittées pour nous installer dans des appartements dans des villes dites « de grande solitude » ; et maintenant, nous vivons sur Internet, grâce à des 'nerds' comme Mark Zuckerberg et à des pièges à cons comme 'Facebook'. Franchement, nous n'avons que ce que nous méritons !

A noter : si vous vous intéressez au sujet, regardez absolument 'Catfish', le documentaire américain de Henry Joost et Ariel Schulman de 2010, une réflexion particulièrement pertinente sur les chemins tortueux qui peuvent mener aux amitiés virtuelles sur Internet et qui constitue le parfait complément à 'The social network' !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 25 sept. 11 11:52:21 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 25 sept. 11 11:53:34 GMT+02:00
Trip dit:
Je note : "Sur le plan strictement cinématographique, ce film est le moins intéressant de David Fincher à ce jour : tout se passe dans des chambres et des appartements et des bureaux et il n'y a pas de véritable action, mais surtout beaucoup de discussions. "

Ben c'est aussi ça le talent d'un cinéaste : Filmer le banal et le rendre intéressant.
Pas obligatoire d'avoir des "grandes scènes" extérieures pour avoir un "grand film".
Avec cette phrase que je cite, des films comme 12 hommes en colère (par exemple, c'est celui qui me vient tout de suite à l'esprit mais je pourrais t'en citer un tas, au hasard, plein de films de Billy Wilder) n'auraient aucun intérêt. Pourtant...

PS : merci pour les infos sur Catfish.

En réponse à un message antérieur du 25 sept. 11 12:54:19 GMT+02:00
Tu as tout à fait raison et je vois les choses de la même façon, simplement Fincher s'est fait connaître grâce à des films nettement plus 'musclés' d'une part et plus 'riches' au niveau des images d'autre part (et le cinéma est quand même aussi une affaire d'image) et donc j'ai juste voulu préciser aux aficionados de la première heure du réalisateur de 'Seven' comme du 'Fight club', mais aussi de 'Benjamin Button' (qui est une merveille sur le plan visuel) que celui-ci était très différent et valait avant tout par son sujet et ses interprètes...

Pour le reste, je suis un cinéphile qui préfère largement le cinéma plutôt introspectif aux films d'action et qui voue une véritable passion à des cinéastes d'antan comme Frank Capra, Ernst Lubitsch ou justement Billy Wilder, dont je viens de commencer de commenter les films que je suis justement en train de revoir... ;)

Cordialement, LVI

En réponse à un message antérieur du 25 sept. 11 20:04:03 GMT+02:00
Trip dit:
Ok, de ce point de vue je suis d'accord.
Peut-être que c'est le sujet qui ne nécessitait pas un travail sur l'image, très stylisé comme on le voit dans certains films d'aujourd'hui.

Sinon pour Capra, Lubitsch, Wilder je plussoie.... avec plein d'autres (Boorman, Kurosawa, Hawks, Ford, Mankiewicz, etc...)

Bien cordialement,
‹ Précédent 1 Suivant ›