undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Commentaire client

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Exemplaire, 25 novembre 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pereira prétend (Poche)
Antonio Tabucchi est né en Italie en 1943. Ecrivain, il rédige aussi des chroniques pour des journaux italien (Corriere della Sera), espagnol (El Pais), français (Le Monde). Grand connaisseur et traducteur de l'œuvre de Fernando Pessoa le romancier portugais, il s'est tellement passionné pour ce pays que le Portugal est devenue sa seconde patrie.
Avec ce roman, Pereira prétend paru en 1994, Antonio Tabucchi raconte la prise de conscience d'un homme confronté à la dictature. L'action se déroule à Lisbonne en 1938. Pereira est un vieux journaliste, après avoir longtemps tenu la rubrique des faits divers, on lui a confié la page culturelle d'un petit journal. Il rédige la page hebdomadaire seul, traductions de textes d'écrivains français et chroniques nécrologiques d'écrivains décédés. Veuf et atteint d'embonpoint il mène une petite vie tranquille toute entière dévouée à la littérature, peu au fait des évènements politiques qui commencent à agiter le monde. Le fascisme étend ses tentacules sur l'Europe, l'Allemagne, l'Italie de Mussolini, l'Espagne et sa guerre civile, le Portugal commence à subir la dictature de Salazar. Tout cela Pereira l'ignore, son monde solitaire se résume à son bureau dans un immeuble indépendant de celui du journal, son appartement où il parle à la photo de sa femme et le café où il a ses habitudes de restauration. « Mais dans quel monde vis-tu, toi qui travailles dans un journal ? » s'étonne un ami prêtre auquel en bon catholique il se confesse régulièrement.
Un jeune homme va bientôt entrer dans sa vie professionnelle, il l'engage comme stagiaire afin qu'il rédige les nécrologies. Bien que les copies rendues soient de mauvaise qualité, Pereira prend pitié du pauvre garçon toujours sans le sou et continue à le rétribuer. Petit à petit, le journaliste va faire connaissance avec la fiancée du stagiaire, on va lui demander de maigres services, puis d'aider à héberger un cousin étranger, activiste dans la résistance à l'Espagne franquiste. Pereira accepte tout, par pure gentillesse et en toute innocence.
Tout doucement les tentacules de la « bête immonde » vont s'enrouler autour du journaliste, le téléphone de son bureau est surveillé, ses articles littéraires sont critiqués par son directeur qui ne les trouve pas assez patriotiques. Enfin un jour, trois sicaires en civil de la police politique font irruption chez Pereira et tuent le stagiaire que Pereira venait de recueillir à son retour d'une longue absence de Lisbonne. Ce meurtre va enfin ouvrir les yeux du journaliste, dans l'urgence il écrit un article dénonçant clairement le crime et grâce à une complicité réussir à le faire paraître dans son journal au nez et à la barbe de la censure.
Tout le talent d'Antonio Tabucchi est d'avoir écrit ce roman, non pas dans un style énergique proche du polar ou dans une débauche de considérations politiques, critiques à l'appui sur le rôle du journaliste face à la dictature etc. Au contraire, l'écrivain nous prend à contre-pied, le ton du roman est léger, de courtes phrases et de minces chapitres, la vie de Pereira est simple et sans heurts, aucun coup d'éclat. Lentement de petits faits viennent ternir ce tableau idyllique, une réflexion d'un garçon de café sur ce qui se passe en Espagne, une conversation avec une inconnue d'origine juive rencontrée dans le train, les propos de son médecin traitant qui envisage de s'expatrier, tous tissent le décor d'un monde bien réel et répugnant dont Pereira va prendre connaissance inconsciemment jusqu'à éveil et son geste de révolte final.
Pour autant le livre s'achève dans l'expectative, quel sort va connaître Pereira ? Seul indice pessimiste donné par Tabucchi, tout le livre est ponctué de « Pereira prétend », comme si nous lecteurs, lisions la déposition écrite d'un homme arrêté par la police.
« C'est une lecture politique de mon roman qui est responsable de son succès. Pereira prétend est arrivé au bon moment. Sans que je l'aie prévu. Il est sorti en janvier 1994, trois mois avant les élections qui ont vu la victoire de Berlusconi et de sa droite douteuse, typiquement italienne. Beaucoup de gens se sont reconnus dans le personnage et l'époque. Ils ont découvert dans l'air qu'ils respirent aujourd'hui quelque chose qui ressemble aux années 40, celles des Salazar, Franco, Mussolini et Hitler. Surtout, ils ont perçu le livre comme l'histoire d'une mort et d'une renaissance civique dans un environnement nationaliste, xénophobe et raciste. Et Pereira est devenu le symbole, le porte-drapeau de tous les opposants, de tous les résistants à cette droite berlusconienne » déclarait Antonio Tabucchi dans Lire Juillet 1995.
Un livre magistral, simplicité d'écriture et profondeur de propos, le mariage parfait. A lire impérativement.

« C'est à ce moment-là que Pereira se souvint d'une phrase que lui disait toujours son oncle, lequel était un lettré manqué, et il la prononça. Il dit : la philosophie donne l'impression de s'occuper seulement de la vérité, mais peut-être ne dit-elle que des fantaisies, et la littérature donne l'impression de s'occuper seulement de fantaisies, mais peut-être dit-elle la vérité. Monteiro Rossi sourit et dit que ça lui paraissait être une bonne définition pour les deux disciplines. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 22 juil. 11 09:08:42 GMT+02:00
Double v dit:
Juste une précision : Pessoa n'a jamais écrit de romans et n'est de fait pas romancier. C'est avant tout un poète.
Cordialement.

En réponse à un message antérieur du 7 août 11 13:39:00 GMT+02:00
Evelyne N. dit:
et "le livre de l'intranquillité" ? ce n'est pas de la poésie...

ps : je suis d'accord avec votre commentaire élogieux, mais il est un peu long et fastidieux à lire et les citations me semblent inutiles

Publié le 26 sept. 12 18:25:20 GMT+02:00
Merci pour ce très bon commentaire. J'apprécie beaucoup Tabucchi qui , malheureusement, vient de nous quitter.
Cordialement.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.7 étoiles sur 5 (7 commentaires client)


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoile
0

EUR 0,54
Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Eminian
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 359