Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. Des centaines d'ebooks inclus dans Amazon Prime Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaire client

le 18 décembre 2013
Découverte assez récente du fait justement de la parution de ce 8ème opus d’Ayreon, je me suis d’abord rabattu sur Into the Electric Castle, ensuite Timeline qui regroupe astucieusement l’essentiel des 7 premiers albums avant de télécharger cette Théorie Universelle. Je m’étonne toujours un peu d’arriver à passer aussi longtemps à côté de telles œuvres, mais le bon côté de ce genre d’expérience est le nombre de shoots que l’on peut s’administrer à la queue leu leu pendant que d’autres ont du patienter durant des années. Autant le dire de suite, cette production ne m’a pas autant emballé que les précédentes œuvres aux premières écoutes. Cela semble assez hermétique de par la compacité des morceaux et des changements de rythmes incessants auxquels nous ne sommes pas habitués chez Ayreon, mais après plusieurs écoutes absolument nécessaires avant de se prononcer, la mayonnaise semble prendre et commence à donner du sens. Pour les amateurs d’Emerson et de Wakeman qui figurent également dans la liste des officiants, leur contribution semble assez anecdotique et sert plutôt de faire-valoir marketing qu’autre chose. Je ne suis pas non plus globalement tellement enchanté des prestations vocales, mais je critique ici bien plus le nombre relativement réduit de chanteurs comparé aux précédentes œuvres d’Ayreon que la qualité du chant en lui-même: c’est vraiment cette diversité vocale qui fait la richesse de cette musique que je note dans l’ensemble comme largement au-dessus de la moyenne. Le problème de base de toutes ces œuvres reste le côté opéra « space » ou non et qui alourdissent singulièrement le zinzin : on sent le recours obligé à des interludes de remplissage pour garder le fil conducteur d’une histoire assez sophistiquée, mais dont on se fout éperdument. Cela nuit au final à l’ensemble et sur ce point on est dans la même problématique que pour l’opéra classique. Les phases de narration totalement kitch de Into the Electric Castle ont heureusement disparu ici : ouf ! Par rapport au CD, je conseille finalement le téléchargement en Mp3, car cela vous évitera plus de 30 bips de changement de plages d’après les critiques entendues ça et là, sachant que le livret pdf est fourni avec le téléchargement. J’ai mis 5 étoiles ici parce qu’il n’y a pas la possibilité de n’en mettre que 4 et demi, car on reste dans le registre de l’excellence pour cette œuvre de musique prog que je recommande tout de même à tous les amateurs du genre. A écouter fort et si possible sur de bonnes chaines, les synthés restant une référence du genre même s’ils ne sont pas tous servis par Emerson ou Wakeman eux-mêmes. S’il ne fallait essayer qu’un seul Ayreon, je proposerais de démarrer avec Timeline : pas loin de 4 heures de bonheur pour moins de 20 euros, c’est encore mieux que des soldes!
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus| Lien permanent
Qu'est-ce que c'est ?

Que sont les liens vers les produits ?

Dans le texte de votre commentaire, vous pouvez faire un lien direct avec tous les produits proposés sur Amazon.com. Pour insérer un lien vers un produit, suivez les étapes suivantes :
1. Trouvez le produit que vous souhaitez référencer sur Amazon.com
2. Copiez l'adresse Web du produit
3. Cliquez sur Insérer un lien vers un produit
4. Collez l'adresse Web dans le champ
5. Cliquez sur Sélectionner
6. En sélectionnant l'article affiché, vous insérerez le texte qui prendra cette forme : [[ASIN:014312854XHamlet (The Pelican Shakespeare)]]
7. Lorsque votre commentaire sera publié sur Amazon.com, ce texte sera transformé en hyperlien, comme :Hamlet (The Pelican Shakespeare)

Vous êtes limité à 10 liens vers des produits dans votre commentaire et le texte du lien ne peut pas contenir plus de 256 caractères.


Détails sur le produit

4,1 sur 5 étoiles
16