Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 7,74

rock bottom LP Import

4.7 étoiles sur 5 30 commentaires client

Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.
Nos clients ont également consulté ces articles en stock

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Robert Wyatt


Détails sur le produit

  • Album vinyle
  • Format : Import
  • Label: VIRGIN
  • ASIN : B0040PC61W
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5 30 commentaires client
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Descriptions du produit

co, dj toc, nearly new!


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Pierre G. MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 16 juin 2004
Format: CD
Né à Bristol, en Angleterre, Robert Wyatt est l'un des fondateurs de Soft Machine avec Kevin Ayers, en plein cœur de la vague psychédélique qui vit aussi l'émergence d'autres formations telles que Gong ou Pink Floyd. Soft Machine pratiquait une musique énigmatique, peut être encore plus exigeante que celle de ses pairs, très empreinte de jazz et d'expérimentations sonores pointues. Quelques dissensions au sein du groupe provoquèrent le départ de Wyatt. Il quitta la « machine » en marche pour se consacrer à son nouveau groupe, Matching Mole, puis à sa carrière solo en gestation, fort de ses incontestables talents de percussionniste/batteur et pourvu d'une voix de ténor incomparable, à la fois frêle et touchante.
"Rock Bottom" est son deuxième album solo, il fait suite à "The End Of An Ear", sorti trois ans auparavant, qui préfigurait certaines compositions « free jazz » minimalistes de Matching Mole. Véritable d'OVNI, cette œuvre connut, à la différence de beaucoup de ses contemporaines, une reconnaissance quasi unanime qui en fait, aujourd'hui encore, une des pierres angulaires de la musique moderne. Malgré la signification de son titre, (littéralement « toucher le fond »), "Rock Bottom" ne fut pas composé à la suite du terrible accident qui, l'année d'avant, cloua son créateur sur un fauteuil roulant, mais plusieurs mois auparavant, sur un petit orgue offert par sa future épouse, Alfreda Benge, l'illustratrice des pochettes de ses disques. Ces compositions, prévues à l'origine pour un nouvel album de Matching Mole, devinrent alors celles de Wyatt en solo.
Lire la suite ›
1 commentaire 65 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK OCTOBRE 1974 N°93 Page 90/91
2° Album 1974 33T Réf : Virgin 840 043
Il faut que je vous le dise : décidément, ce disque de Wyatt atteint une telle beauté, une telle perfection dans l'assemblage des éléments sonores qui sont sa culture musicale (jazz, électronique, ballade et rock-music), que tout pouvoir critique est annihilé. Wyatt a jailli de sa nuit avec le disque le plus secret, le plus passionné, le plus ample, le plus chaleureux (disque de murmures et de vibrations, mais aussi de cris, d'appels, disque plénitude, oeuvre totalisante) que l'on a pu enregistrer cette année. Techniquement, c'est aussi grandiose qu'un disque de Todd Rundgren, mais avec la sensibilité en plus, c'est aussi fou et angoissé qu'un disque de Kevin Ayers, mais avec un plus grand perfectionnisme sonore, tout aussi jazzistiquement rock que les albums de la Soft Machine, mais la folie en plus. Mais il y a aussi, puisque nous en sommes réduits à un inventaire, la voix unique de Wyatt totalement a-culturée, donc sans effet superflu, naturelle. On rencontre dans ce "Rock Bottom" les échos, les boucles sonores, la voix qui chante, mais aussi le texte dit, insistant, les histoires et l'émotion brute, la mélodie et les fracas, les envolées lyriques et le recours constant au rythme. Cela ouvre avec le dépouillement de la voix dans "Sea Song", chanson lente que vient envelopper un superbe brouillard sonore, et Wyatt vocalisant enfin. C'est simple et grandiose à la fois. Aucun artifice, juste la recherche de l'émotion.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Batteur et chanteur des débuts de la Soft Machine (réécouter l'indispensable "Third" pour son "Moon in june"), Robert Wyatt est défenestré peu après. Réveillé tétraplégique (pour un batteur c'est gênant ! ) mais sauvé par l'humour et l'amour, il se recycle pianiste et créateur soliste. Première œuvre : coup de maître ! Une alchimie jazz, boucles électroniques, rock, ballades, poèmes et textes politiques dont on reste incrédule devant les niveaux de beauté, de sensibilité et de perfection. "Rock bottom" est un immense secret venu du fond de la nuit qui explose en confettis de lumière. Un disque jazzistiquement rock, comme l'étaient les premiers Soft Machine, l'académisme en moins, le grain de folie en plus, fébrilement guidé par la voix de Wyatt, unique, longue plainte douce en apesanteur. Ce disque se découvre avec le temps et se révèle comme une pierre blanche de l'histoire de la musique des hommes. "Rock Bottom" vient d'être relooké, avec une nouvelle pochette et l'ajout des textes de ses "chansons".
Remarque sur ce commentaire 20 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS le 9 février 2012
Format: CD
Oeuvre inclassable et magique, les six morceaux de cet album forment en fait une longue suite mélancolique, hantée et vaporeuse. Le paysage sonore créé par Robert Wyatt et ses comparses est proprement incroyable, par leur virtuosité, jamais gratuite, et l'association, judicieuse mais peut-être parfois accidentelle, de ces instruments pas forcément les plus communs. On est dans un rêve halluciné et hallucinant. Ce disque ne ressemble à rien, est une réelle oeuvre habitée et transcendée, un de ces moments magiques où tout se met en place, où la création est omniprésente et bien palpable. Disque hors norme mais très sérieusement obligatoire dans toute discothèque qui se respecte un tant soit peu. En d'autres termes, ceux qui n'ont pas ça chez eux, eh bien, il leur manque quelque chose.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?