Acheter d'occasion
EUR 0,01
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par tritout-solidaire
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Vendu au profit d'une Association de réinsertion de la Manche ayant créé 18 emplois.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le roi est mort Poche – 6 septembre 2007

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
EUR 15,00 EUR 2,08
Poche
EUR 3,75 EUR 0,01

Les succès de l'année 2017 Les succès de l'année 2017


Boutique 10/18
Retrouvez tous les titres dans notre boutique dédiée
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .

  • Découvrez notre boutique 10/18 sur Amazon.fr !


Description du produit

Extrait

PRÉLUDE

Il y eut un jour une femme qui s'appelait Kelly Flynn. Fille d'un banquier dublinois, elle naquit en Irlande en 1720 mais passa son enfance à Londres, où son père était parti solliciter un emprunt auprès du roi. Elle rencontra à la cour d'Angleterre un fourreur belge qui s'appelait DeLours et l'épousa. Ensemble ils eurent neuf enfants, dont six moururent, quatre de maladie et deux lors d'accidents. L'un des survivants, Henry (né en 1745), un garçon intrépide, abandonna ses études pour s'engager dans l'armée, où il fut nommé officier.
L'Empire britannique, alors en pleine expansion dans le sous-continent indien, avait grand besoin d'hommes ingénieux. Henry DeLours était intelligent et courageux; il fut envoyé à Calcutta. Lors de son séjour, il rencontra Elizabeth, fille d'un officier anglais. Il l'épousa, et ils engendrèrent cinq enfants. L'une des filles, Mary (née en 1770) fut envoyée au pensionnat en Angleterre.
Lors d'un voyage en Cornouailles, Mary fit la connaissance d'un homme plus âgé, un imprimeur du nom de Samuel Crown, qui conçut de l'admiration pour elle, lui fit la cour, et obtint bientôt sa main. Ils partirent pour Londres et eurent comme enfants, à un an d'intervalle, William, Théodore, Olivia et Georgia. Les garçons devaient reprendre le commerce de leur père mais dès qu'il fut en âge, Théodore (né en 1790), un garçon volontaire et aventurier, s'embarqua pour l'Amérique dans l'espoir d'y faire fortune.
Il fut quelque temps clerc dans un office notarial à New York. Chaque soir, de retour dans sa petite chambre sombre, il écrivait à sa mère la foi qu'il avait en son avenir, mais aussi les obstacles qu'il rencontrait au quotidien : les dettes, le mépris de ses employeurs, l'angoisse qu'il éprouvait dans cette ville neuve et étrange. Néanmoins, grâce à son côté économe, il amassa bientôt une petite somme qui lui permit d'acquérir quelques acres dans le Kentucky. Il y planta du tabac, laboura, prospéra, et au bout de quelques années, il possédait près de trois cents acres et deux douzaines d'esclaves. À l'âge de trente ans, il était devenu assez important pour se présenter aux élections de juge local, et grâce à quelques tonneaux de whisky livrés par ses soins dans les tavernes la veille du scrutin, il fut élu.
C'était alors l'année 1820, et le juge Crown n'avait pas d'épouse. Il se rabattit donc sur une femme noire, une esclave du nom de Betsey, qui travaillait chez lui. Il la faisait venir presque chaque soir dans son lit -Apollon ne me pardonnera peut-être pas, mais Pan certainement, écrivit-il dans son Journal - et elle mit bientôt un enfant au monde, un garçon à la peau marron clair nommé Marcus (né en 1821).
Durant l'enfance de Marcus, sa mère lui raconta que son père était esclave dans une maison voisine, mais à l'époque déjà, le garçon avait eu vent de la rumeur disant qu'il était issu de son maître. La cuisinière ricanait à ce sujet en secouant la tête; le soir, dans leurs quartiers, le valet de pied se moquait de lui. Marcus ne chercha jamais à confirmer ni à infirmer le récit de ses origines. Il n'en eut pas le courage, d'autant que finalement, Théodore se trouva une épouse avec laquelle il put avoir des enfants légitimes et baptisés.
Un soir à minuit, Marcus s'enfuit de la ferme Crown afin de gagner le Nord légendaire. Il avait dix-huit dollars en poche, une somme que sa mère avait prélevée penny après penny des comptes de la maison et lui avait confiée avec l'ordre de rallier Ripley, dans l'Ohio. La nuit, Marcus traversait des champs odorants ; dans des villes matinales, par de vastes journées sans nuage, il s'achetait à manger comme s'il faisait des courses pour une propriété voisine où le maître aurait tout à coup besoin d'un morceau de viande, d'oranges pour confectionner un punch, ou de pain à servir à un invité inattendu. L'après-midi, il dormait sous le couvert d'une épaisse forêt, ou dans un fossé.

Présentation de l'éditeur

Héros de la Deuxième Guerre mondiale, brillant conseiller du sénateur du Tennessee et heureux en ménage, Walter Selby menait une vie droite et sans histoires. Jusqu'au jour où tout a basculé. Un drame, la déchéance, et désormais, pour son fils, Frank, de terribles interrogations... Pourra-t-il un jour comprendre, admettre et même pardonner le crime de son père ? Mêlant avec virtuosité tragédie familiale et tableau de l'Amérique contemporaine, Le roi est mort est une puissante réflexion sur la nature et la force des liens filiaux.

«Jim Lewis parvient à tout dire dans ce roman foisonnant : l'anecdotique et l'essentiel, l'intime et la marche du monde. Ajoutez à cela une écriture éblouissante et vous avez le roman le plus inconvenant et le plus intelligent qu'on puisse lire sur notre monde.»

Christine Ferniot, Lire

Né en 1963 à New York, Jim Lewis est critique d'art et journaliste. Il est l'auteur de trois romans : Sister, Quand on aime son bourreau (Balland, 2003) et Le roi est mort. Jim Lewis vit aujourd'hui au Texas.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?