• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Les sangs: roman a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Les sangs: roman Broché – 11 mars 2015

Envie d'offrir un livre ? Découvrez les succès de l'année 2017, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !

4.0 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 16,50
EUR 16,50 EUR 5,55
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

Dimanche 5 janvier

Le repas des enfants Rû est la première chose que j'observe à la Pourvoirie. Cachée derrière une tapisserie aux motifs numides de grues, je regarde Féléor Barthélémy qui mange et je pense : «Le canard serait meilleur sans toutes ces épices.»
Il est assis face à ses frères. Ils sont trois d'un côté, lui occupe seul l'autre moitié de la table. Devant lui comme devant les autres sont posés une serviette de lin, une coupe et un gobelet en cristal, la petite assiette, pour le pain, et un bol plat contenant de l'huile tiède et des herbes aromatiques. Ses couverts ne sont pas les mêmes que ceux des autres membres de la fratrie. Le couteau est un couperet, la fourchette a deux dents. Au centre de la nappe, à mi-chemin entre les quatre enfants, se trouvent un grand bol vide, une bouteille de vin rouge, un flacon de sel et les dernières pommes du verger, conservées en chambre froide, coupées en quartiers et disposées en fleurs sur un plateau de service. Quatre pots de grès, pas plus grands qu'une main de femme, sont alignés au bout de la table et sur chacun d'eux est inscrit le nom d'une épice.
Les enfants attendent. Quand le gong retentit, ils se retournent, excepté Féléor, dont seuls les yeux bougent. Son visage demeure impassible, il fixe les portes des cuisines qui s'ouvrent solennellement. Il regarde sans ciller la jeune fille qui apporte son assiette (elle a les traits nerveux d'un colibri). Elle le sert le premier, même s'il n'est pas l'aîné. Personne ne réagit et tout donne à penser que cette pratique peu conventionnelle est d'usage dans le château. Une cloche d'argent couvre l'assiette. La petite servante la soulève, dévoile une poitrine de canard qui n'a pas été cuite et le flanc cru d'un agneau dépecé. Féléor sourit, remercie doucement la domestique qui retourne aux cuisines. Pour les trois frères est exécuté le même cérémonial, mais ce sont des garçons de service qui entrent et posent, en synchronie, les assiettes devant les enfants. Leur repas est commun : caille braisée aux poires, décapitée mais sinon entière, couchée dans un nid de fruits cuits. Les garçons mangent en silence, mais ils mangent très vite, en crachant les os qu'ils n'avalent pas. Féléor, lui, consomme sa viande poliment. Il coupe dans la volaille des tranches minces comme un ongle, il y ajoute des pommes et des épices d'Orient, il porte la nourriture à ses lèvres et mastique sans empressement, la bouche fermée. Ses lèvres sont belles, fines, bien définies. Entre les bouchées, parfois, son visage devient songeur et il ne regarde plus rien. Puis il retourne à son assiette, mélange à l'agneau du lait caillé. Il n'en renverse pas. Quand ils mâchent leur salade, ses frères ressemblent à trois vaches d'élevage, mais lui mange avec élégance chacune de ses bouchées. D'ailleurs, il ne termine pas les pièces de viande. Quand il en est las, il pose ses ustensiles à l'envers dans le plat, la petite servante revient chercher l'assiette, il dit «merci» à nouveau et essuie la commissure de ses lèvres avec le coin de sa serviette.
Viennent ensuite le fromage, les friandises, le chocolat, le café. Le feu crépite dans l'âtre ; à part les bruits de flammes, de mastication et de déglutition, il n'y a pas un son. A la fin du repas, les couverts ont été débarrassés, les assiettes ont disparu en cuisine; sur la table restent quelques miettes de pain, une bouteille vide et des serviettes froissées. Du côté qu'occupait Féléor, la nappe grise est impeccable. C'est à peine si on remarque que quelqu'un y mangeait plus tôt.

Revue de presse

Dans Les sangs d'Audrée Wilhelmy, les femmes successives de l'Ogre de Perrault sont plus actrices que victimes, bien déterminées à assouvir leurs fantasmes et à affirmer leur volonté, quitte à en payer le prix...
Tout l'art de l'auteur est là : investir les pensées de ces femmes, décrire leur famille, leurs aspirations, leur psychologie, leurs déviances, reléguant l'Ogre à un statut de quasi-objet, certes diablement animé et affreusement envahissant. Et qui s'octroie, tout de même, toujours le dernier mot...
C'est osé, un rien amoral, gaiement sulfureux, hautement recommandable. (Marianne Payot - L'Express, mars 2015)

Peut-être « en fin de conte » sont-elles modernes, ces sept dulcinées, et annoncent tout le paradoxe de la femme d'aujourd'hui. Enfin affranchie du mâle du siècle, féministe jusqu'au bout des ongles vernis, et cependant lectrice de « Cinquante nuances de Grey ». Où - pour mémoire - une jeune femme vierge devient l'esclave sexuelle d'un businessman tourmenté et bourré d'oseille. Roméo en ­carton et adeptes de l'amour courtois, remballez vos manières et votre carte du Tendre. L'heure est au GPS du brutal  ! (Philibert Humm - Paris-Match, mars 2015)

Elle a 30 ans, un profil de madone, et elle est québécoise. Elle ne respecte rien, ni les contes populaires du XVIIe siècle, ni la morale des bigots, ni les théories des féministes, sauf la langue française, qu'en plus elle fait jouir..
C'est osé, cru comme la viande rouge, morbide, odoriférant, aussi sauvage qu'une curée, peu recommandable aux âmes sensibles, et d'autant plus fort que le livre, empruntant au médiévisme, au romantisme et au freudisme, est écrit avec une adorable préciosité. Ses rêves, ou ses cauchemars, Audrée Wilhelmy n'a pas craint de les coucher, au sens propre, sur le papier. Elle n'a pas seulement un talent fou, elle a aussi un culot monstre. (Jérôme Garcin - L'Obs du 9 avril 2015)

Six femmes, chacune consentante, ­chacune différente dans son corps et ses ­inclinations, trouveront en lui l'auteur de leurs délicieux tourments et l'artisan de leur mort. Ce sont leurs journaux qui, assemblés, constituent Les Sangs...
Ce roman à l'érotisme discret ne dévoile pas le détail des ébats de ces coeurs perdus. L'écriture subtile d'Audrée Wilhelmy s'attache plutôt à révéler l'ambiguïté de nos pulsions, sans jamais alimenter le mythe d'un désir féminin du viol, ni faire de la violence un spectacle. Une atmo­sphère parfois gothique s'empare du conte où triomphe une puissante sororité. Barbe bleue, âme damnée de ses ­femmes, est laissé exsangue et prostré, vaincu d'amour. (Marc-Olivier Bherer - Le Monde du 14 mai 2015)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 2 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 28 juillet 2015
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2015
Format: Broché|Achat vérifié
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?