• Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 2 à 4 semaines.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Et si les oeuvres changea... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par chapitre_libraire
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Spécialiste du livre. Service professionnel. Expédition en 24 heures des Pays de la Loire (France) en colis suivi. Confirmation de l'expédition par mail. Suivi de commande en ligne. 200 000 clients satisfaits.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? Broché – 14 octobre 2010

3.5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,20
EUR 14,43 EUR 9,27
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Et si les oeuvres changeaient d'auteur ?
  • +
  • Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?
  • +
  • Le plagiat par anticipation
Prix total: EUR 46,40
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Il existe un si grand nombre de raisons de ne pas laisser les auteurs en l'état, mais de les transformer, en partie ou en totalité, que je m'en tiendrai ici à trois.
La première raison est que nous connaissons mal les auteurs et que l'idée de chercher à tout prix à leur rester fidèle apparaît de ce fait comme illusoire. Cette méconnaissance est évidente pour ceux dont nous ne savons rien ou sur lesquels nous ne disposons que d'informations fragmentaires, parce qu'ils ont vécu dans des périodes éloignées.
Mais elle n'est pas moins grande, si l'on y réfléchit, pour des auteurs sur lesquels les renseignements biographiques ne font apparemment pas défaut. Chacun sait aujourd'hui, depuis les enseignements de Proust et de Valéry, à quel point le créateur de l'oeuvre diffère souvent de la personne réelle que nous pouvons rencontrer dans la vie courante.
S'il nous arrive fréquemment de remplacer l'auteur de l'oeuvre, largement inaccessible, par la personne physique derrière laquelle il se dissimule, pourquoi ne pas faire un pas de plus et le remplacer - mais en assumant cette fois clairement le geste - par un autre auteur qui nous semblerait, pour telle ou telle raison, plus approprié à l'oeuvre ?
Non seulement une forme plus ou moins grande d'erreur est donc de toute manière inévitable dans le domaine des attributions d'auteurs, mais j'irais volontiers plus loin en revendiquant cette idée que l'erreur n'est pas nécessairement mauvaise en soi et qu'il peut en exister des formes positives.
De nombreuses découvertes scientifiques - il suffit de penser à Christophe Colomb - ont été réalisées parce que leur auteur s'était trompé de direction et avait ainsi, sans le vouloir à l'origine, exploré une voie nouvelle qu'il n'aurait sans doute pas eu l'idée ou l'occasion d'ouvrir s'il ne s'était pas initialement trompé.
Quels que soient les résultats auxquels elle conduit, l'erreur est en effet un moyen de sortir des sentiers battus. Elle offre en tout cas l'occasion - et pour cette seule raison mérite d'être louée - de voir les choses autrement et de faire apparaître les textes sous un jour différent de celui auquel nous sommes habitués.
Si l'erreur peut ainsi avoir une véritable fonction de découverte, c'est qu'elle permet, ce qui est le plus difficile quand nous réfléchissons sur le réel, un changement de paradigme. En modifiant l'auteur en partie ou en totalité, nous nous mettons dans les dispositions psychologiques de percevoir l'oeuvre comme des lecteurs d'autres temps ou d'autres pays pourraient le faire, et l'erreur assumée est ici un autre nom pour l'ouverture d'esprit.

Revue de presse

Nous avons le tort, paraît-il, de confondre trois choses : l'auteur réel (la personne physique qui a créé l'oeuvre), l'auteur intérieur (la part secrète où s'effectue le processus de création) et l'auteur imaginaire (la représentation que les lecteurs se font de l'écrivain). Si toute activité de lecture comporte une part d'invention, elle ne devrait pas s'arrêter au texte, affirme le professeur Bayard : l'auteur lui-même mérite d'être "soumis au travail de réécriture du lecteur"...
Il faudrait également inscrire au programme Autant en emporte le vent, de Tolstoï : cette transposition de l'histoire russe en Amérique a permis à l'écrivain de traiter avec plus de liberté toute une série de questions, comme celle du couple, qui le tourmentait... Et elle permet à Pierre Bayard de nous faire rêver, en nous enfumant habilement. (Robert Solé - Le Monde du 15 octobre 2010)

Ecrivain et psychanalyste, auteur du très remarqué Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ?, Pierre Bayard se situe délibérément au croisement des sciences humaines et de la littérature. Son nouveau livre, Et si les oeuvres changeaient d'auteur ?, n'y déroge pas...
De fait, si attribuer Autant en emporte le vent à Tolstoï apparaît a priori comme une idée totalement cocasse, l'auteur de Comment améliorer les oeuvres ratées ? (2000) parvient à la rendre convaincante, par sa profonde connaissance de l'oeuvre du maître russe autant que par le brio de sa démonstration. Chacune de ses hypothèses tient très sûrement la route. (Delphine Peras - Lire, novembre 2010)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Pierre Bayard signe d'excellents essais aux éditions de Minuit et celui-ci compte parmi ses meilleurs. En imaginant l'attribution d'une oeuvre à un autre auteur, Bayard renouvelle notre approche de la critique et notre rapport aux classiques. Sans compter qu'il ouvre des perspectives méta-critiques qui offrent, mises en relation avec ses autres concepts, des perspectives que l'on pourrait qualifier d'ésotériques qui sont d'autant plus amusantes que ludiques et ouvertes à tous.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Il me semble opportun parfois faire des rapprochements entre écrivains '- voire entre un écrivain et un artiste d'un autre domaine tel que la musique ou la peinture - et c'est ce que l'on appelle de la littérature comparée. Mais poser, comme P. Bayard s'escrime à le faire dans cet essai par ailleurs agréable à lire, qu'il y a tout à gagner à considérer qu'un ouvrage d'un auteur A1 est dû plutôt à un auteur A2, que cela permet d'ouvrir de nouvelles perspectives et d'enrichir notre connaissance du bénéficiaire de cette nouvelle attribution me paraît être la porte ouverte à des interprétations outrageusement farfelues. Pour preuve, l'attribution du «Cri » de MUNCH à Robert SCHUMANN qui se serait consacré à la peinture après avoir abandonné sa carrière de compositeur. Je veux bien que P. Bayard se réclame à cor et à cri de la psychanalyse freudienne, ce qui tendrait à prouver tout simplement que cette entreprise n'est pas sérieuse. J'espère bien que l'on ne laissera pas de considérer cet essai comme une pochade, qu'en aucun cas on ne prendra au sérieux les quelques remarques que développe leur auteur pourtant professeur à Paris 8 !
Quant au bonhomme Freud, soyons plutôt popperiens jusqu'en notre appréciation des ouvrages littéraires.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?