EUR 19,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le silence des cadres - E... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le silence des cadres - Enquête sur un malaise Broché – 21 mars 2014

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,00
EUR 19,00 EUR 15,01
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le silence des cadres - Enquête sur un malaise
  • +
  • Entre l'enclume et le marteau : les cadres pris au piège
Prix total: EUR 36,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

Soixante ans de malaise des cadres !

Il y a quelques mois, un institut de sondage organisait un petit-déjeuner pour présenter les résultats d'une enquête d'opinion indiquant que les cadres étaient nombreux à se déclarer désinvestis au travail. Une journaliste poussa alors ce soupir : «Ça fait vingt ans que je fais ce métier et vingt ans qu'on en parle ! A force d'être désengagea, plus aucun cadre ne devrait bosser !»

Le spectre de «la révolte des cadres»

Il est vrai que le thème du malaise des cadres est tout sauf nouveau. Il s'agit d'un «marronnier», c'est-à-dire d'un sujet régulièrement remis sur le devant de la scène médiatique, entre un dossier sur les Francs-Maçons et un autre sur l'immobilier. N'y aurait-il donc rien de neuf sous le soleil ? Si. Ce qui est nouveau, c'est que les cadres seraient désormais prêts à prendre les armes, à ferrailler contre leur triste sort, bref à en découdre. Tout un discours s'est en effet développé au cours des années 2000 autour de la «révolte des cadres».

Replaçons-nous dix ans en arrière. Après les «Quarante Glorieuses» d'implication des cadres, «le capitalisme mourra-t-il d'une baisse tendancielle de taux de motivation ?» se demandait Le Monde. A en croire les observateurs, les cadres semblaient partagés entre la «tentation du retrait» d'un côté et la volonté de «se rebiffer» de l'autre. La situation semblait explosive. D'ailleurs, le succès de Sud-Renault à Guyancourt inquiétait : les cadres allaient-ils se mettre au syndicalisme radical ? Des films tels que Ressources humaines de Laurent Cantet prenaient le relais en mettant en scène des cadres mal à l'aise avec la mission qui leur était confiée. La version actualisée des Temps modernes de Charlie Chaplin semblait trouvée.

Parmi le flot de pages consacrées à ce phénomène, deux ouvrages sont particulièrement sortis du lot. Le premier, La fatigue des élites, pointe les stratégies de désinvestissement des cadres, en particulier leurs comportements de résistance active (dire non) et passive (se réfugier dans des comportements bureaucratiques, se créer des zones de confort...). L'auteur, François Dupuy, va encore plus loin. Il note que les managers se situent de plus en plus souvent dans le «retrait offensif», caractérisé par la défense de leurs avantages acquis. Ce mélange de malaise et de frustration traduit un «mouvement général de désenchantement et de retrait des cadres».

Pis, «la grande masse des cadres entre bien aujourd'hui dans la catégorie de ceux pour lesquels le travail est une douleur avant d'être un honneur». Le lecteur serait à deux doigts de verser une larme sur le sort de cette élite déchue du capitalisme si l'auteur ne venait le rassurer : les cadres ne comptent plus se laisser faire. Ces derniers commencent à jouer contre et non plus avec les autres parties prenantes, à savoir les actionnaires, la direction générale et les clients. Ainsi, les entreprises «risquent d'apprendre à leurs dépens [...] que les élites d'hier ne se laissent pas détrôner sans mot dire». Remarquant une adhésion croissante des managers «aux critiques les plus frontales du nouvel ordre économique», le sociologue imagine que le désordre social ne surgira plus à l'avenir d'une mobilisation des «petits» contre le capitalisme, mais de ses propres gardiens et messagers. Une (r)évolution du capitalisme est à prévoir.

Le second ouvrage sorti du lot, Quand les cadres se rebellent, relate quant à lui le «voyage en rébellion» de David Courpasson et Jean-Claude Thoenig. Les phénomènes de contestation chez les cadres ne seraient plus si rares selon eux. On est donc loin de la vision traditionnelle des cadres, ce «salariat de confiance» qui prête allégeance à l'employeur et s'investit sans compter.

Cette vision tranche aussi avec celle des sociologues ou psychologues du travail qui mettent en avant la servitude volontaire des salariés. Entre la «révolte des cadres» et le «système diabolique de domination auto-administrée» décrit par Christophe Dejours, où se situe la réalité ?

Revue de presse

Les plans de carrière ne sont plus toujours au rendez-vous, et les cadres sont la catégorie dont les revenus ont le moins augmenté ces dernières années, indique la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques au ministère du travail («Activité et conditions d'emploi de la main-d'oeuvre», septembre 2013). L'image du cadre en ressort ternie. «40 % des cadres s'estiment perdants», note M. Monneuse. Trois bonnes raisons de jeter l'éponge. Le silence imposé aux cadres par leur loyauté à l'entreprise pourrait en être brisé. Mais ils continuent de se taire. Car le silence a ses raisons que nul cadre n'ignore...
Les cadres sont «obnubilés par le poste d'après», dit M. Monneuse. Plus d'un cadre sur deux a refait son CV dans l'année, constate l'APEC. Quelles qu'en soient les raisons, le silence des cadres n'est donc souvent que de façade. (Le Monde du 29 mai 2014)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
A lire !
Et toute ressemblance... est loin d'être fortuite.
Se dévore rapidement, avant de faire passer.
Que vous soyez syndiqué, inquiet, ou juste intéressé.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?