Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 12,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

La société malade de la gestion : Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social par [de Gaulejac, Vincent]
Publicité sur l'appli Kindle

La société malade de la gestion : Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social Format Kindle

4.4 étoiles sur 5 10 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 12,99
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 138,00 EUR 3,99
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 21,89 EUR 6,01

Longueur : 275 pages

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Sous une apparence pragmatique, la gestion constitue une idéologie qui légitime la guerre économique et l'obsession du rendement financier. Les ' gestionnaires ' installent en fait un nouveau pouvoir managérial. Il s'agit moins d'un pouvoir autoritaire et hiérarchique que d'une incitation à l'investissement illimité de soi dans le travail pour tenter de satisfaire ses penchants narcissiques et ses besoins de reconnaissance. Il s'agit d'instiller dans les esprits une représentation du monde et de la personne humaine, en sorte que la seule voie de réalisation de soi consiste à se jeter à corps perdu dans la ' lutte des places ' et la course à la productivité.
Or, pour comme pour mieux assurer son emprise, cette logique déborde hors du champ de l'entreprise et colonise toute la société. Aujourd'hui, tout se gère, les villes, les administrations, les institutions, mais également la famille, les relations amoureuses, la sexualité... Le Moi de chaque individu est devenu un capital qu'il doit faire fructifier.
Mais cette culture de la haute performance et le climat de compétition généralisée mettent le monde sous pression. Le harcèlement se banalise, entraînant l'épuisement professionnel, le stress et la souffrance au travail. La société n'est plus qu'un marché, un champ de bataille insensé où le remède proposé aux méfaits de la guerre économique consiste toujours à durcir la lutte. Face à ces transformations, la politique, à son tour contaminée par le ' réalisme gestionnaire', semble impuissante à dessiner les contours d'une société harmonieuse, soucieuse du bien commun.
Peut-on néanmoins échapper à l'épidémie ? Peut-on repenser la gestion comme l'instrument d'organisation et de construction d'un monde commun où le lien importe plus que le bien ? C'est en tout cas la piste qu'ouvre ici le diagnostic du sociologue clinicien.

Biographie de l'auteur

Vincent de Gaulejac est directeur du Laboratoire de changement social et professeur de sociologie à l'université Paris-VII. Auteur d'une quinzaine d'ouvrages dont Le Coût de l'excellence (Seuil, avec Nicole Aubert), La Lutte des places, Les Sources de la honte. IL préside le Comité de recherche de sociologie clinique à l'Association internationale de sociologie.

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 695 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 275 pages
  • Editeur : Seuil (1 septembre 2009)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B005QDNOCC
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Non activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5 10 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°87.531 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

click to open popover

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
L'auteur fait un constat accablant sur le "réalisme gestionnaire" qui pervertit les pratiques managériales des entreprises comme des organisations publiques. Après nous avoir présenté comment nous sommes passés d'une logique de capitalisme industriel, avec de grands capitalistes qui étaient aussi de grands capitaines d'industrie, à une logique purement financière, abstraite, avec obsession de rentabilité financière, l'auteur explore la manière dont cette évolution a complètement changé la donne dans le management au sein des entreprises. Nous sommes passés d'une logique de soumission hiérarchique à une logique d'engagement et d'adhésion, pervertie par un principe d'injonctions paradoxales qui mène à toutes les manipulations au profit de la gestion financière. L'employé est devenu ressource humaine, une ressource quantifiable et gérable comme toute autre ressource.

Revenant par ailleurs sur la dissociation qui a eu lieu entre l'esprit du capitalisme et l'éthique protestante - lien pointé il y a une centaine d'années par Max Weber - pour aboutir à un capitalisme financier sans autre éthique que celle des résultats boursiers, Vincent de Gaulejac détaille ensuite toutes les conséquences sur la vie dans les sociétés : perte du sens de l'action, valeur de réussite et progrès dénaturée pour n'être plus mesurée qu'en termes d'argent, modèle managérial faisant la part belle à une "performance" censée donner plus d'autonomie mais qui finit par être source de violence et de frustration.
Lire la suite ›
2 commentaires 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Vincent de Gaulejac est un sociologue français, chercheur et professeur à l'université de Paris VII.

Ce livre est autant un ouvrage de chercheur -les réferences et les citations sont nombreuses- qu'un véritable pamphlet contre la violence morale et la dérive du modèle économique. Ce système, sous les apparences d'un "réalisme gestionnaire", est devenu destructurant et s'étend dans des domaines comme la sphère publique, la vie privée qui lui étaient auparavant totalement étrangers. En transformant tous les champs socio-économiques en domaines de compétition, en considérant l'humain comme une ressource, en diffusant un discours se voulant éthique mais totalement contradictoire avec la pratique, le modèle gestionnaire -en grande partie inspiré par des modèles anglo-saxons- rend la concurrence toujours plus dure et stressante pour les hommes. L'accumulation de richesses est devenu le seul critère (perverti) de réussite des cadres mais cette réussite se résume à un très petit nombre qui craint lui aussi pour sa propre survie et craignant également l'avenir de ses enfants. Vincent de Gauléjac décrit ce système de discours paradoxaux qui loin de fixer un cadre de travail, culpabilise et stresse ses hommes qui peuvent aller jusqu'au suicide ou au "burn out" quand ils ne peuvent plus assumer ces contradictions.

Ce livre provoque une réflexion sur le système actuel, il ne propose toutefois pas de solution en dehors d'un petit chapitre qui reprend les propositions un peu vagues d'Edgar Morion dans son projet de politique de civilisation.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 11 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Ce livre est à la fois une critique argumentée contre l'intrusion de la logique de la gestion dans tous les pans de la société, et un travail académique de par les nombreuses références proposées. L'auteur nous montre comment la gestion cherche à apporter des solutions économiques à des problèmes qui ne le sont pas (problèmes sociaux, politiques, etc.).

Cette culture de la haute performance débouche alors sur une compétition généralisée où la lutte des classes s'appelle désormais "la lutte des places" et où le harcèlement, le stress et la souffrance au travail se banalisent.

Le livre est parfois ardu à lire tant le propos est fouillé, mais on a le sentiment d'avoir beaucoup appris de cette lecture. Je recommande donc vivement ce livre !
Remarque sur ce commentaire 7 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Ce livre nous rappel qu'il vaudrait mieux une gestion humaine des ressources qu'une gestion des ressources humaines.

Ce qui est génial, c'est que l'auteur prend beaucoup de recul :

- Recul psychologique (notamment les mécanismes psychique d'investissement engendré par le management moderne)

- Recul économique et social (le FMI, l'OMC et le néolibéralisme à l'origine du fonctionnement des entreprises et des souffrances tragiques vécues dans des vie "individuelles".)

Ce qui est moins bien, c'est le manque de pragmatisme sur les recettes pour s'en sortir, et un peu trop de négativisme. Par exemple, l'auteur parle de la qualité totale comme d'un mal à abatre, or si elle est totale (ISO 9000 / NFX-120 pour les connaisseurs) elle peut justement être une gestion humaine des ressources...
Remarque sur ce commentaire 22 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus