Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le sport barbare : Critique d'un fléau mondial Broché – 10 avril 2008

4.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"

Harry Potter Harry Potter

Nos clients ont également consulté ces articles en stock
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Cet essai a pour ambition de montrer que le puissant processus de mondialisation en cours - une forme capitaliste qui recouvre maintenant la totalité de la planète et commence à la désintégrer - a été à la fois mis en oeuvre, capté et orienté par un phénomène social profond dont nous voudrions mettre au jour les principales lignes de force et la large sphère d'influence. Ce phénomène extraordinaire pèse de tout son poids et augmente sans cesse sa pression sur les possibilités mêmes d'intelligibilité de la société devenue opaque à sa propre connaissance, un phénomène qui façonne, en retour, la réalité à son image. Mais ce n'est pas l'essentiel. Le phénomène que nous allons décrire ressortit surtout à une colonisation du corps de nombre d'individus qui s'y adonnent sans relâche et à une mutilation de la conscience de tous ceux qui sont fascinés par son spectacle. Autrement dit, ce phénomène participe de plain-pied de la barbarie dans laquelle ont basculé des pans entiers de la société. Nous affirmons que dans cette forme récente de sauvagerie, associant étrangeté, rudesse, grossièreté, inculture et cruauté, il s'agit littéralement de la destruction de la plupart des valeurs et des idéaux portés par notre société. Mais, encore une fois, l'état de ruine et le sombre bouleversement dont la société est ainsi tout entière frappée, affectent en premier l'homme, touchent à son existence, modifient jusqu'à son essence d'être vivant doté d'un corps et d'une conscience. Désormais, ce phénomène constitue la société inculte et cruelle que nous subissons sans que nous puissions avec quelque efficacité lui résister globalement. Une puissance sociale, politique et idéologique sans égale s'est en effet développée à une vitesse inouïe, se répandant telle une pandémie sur toute la planète, emportant tout ce qui restait encore dans nos sociétés modernes de dispositif ludique, de liberté du corps, de simple jouissance de se mouvoir et, plus largement, de l'idée d'une culture ouverte et vivante. Les idéaux et les projets d'émancipation, de solidarité, de création ont été inversés et presque réduits à rien. Le quotidien est contaminé sinon submergé par ses assauts répétés et sa capacité d'infiltration insidieuse. Plus grave : on a fini par s'accoutumer à sa violence parce que son degré ou son échelle d'envahissement (tous les médias) ou d'occupation (tous les jours devant nos yeux) est tel qu'on ne le voit plus parce qu'on ne voit que lui.
À grands traits, nous venons de caractériser ce que l'on désigne sous le nom habituel de «sport».

Les jeux de Berlin

En son temps, Vladimir Jankélévitch avait compris que la montée en puissance du sport en Allemagne avait été concomitante de celle du nazisme. Le baron Pierre de Coubertin n'avait-il pas défendu les Jeux olympiques de Berlin dans Le Journal du 27 août 1936 en ces termes : «Quoi, les Jeux défigurés, l'Idée olympique sacrifiée à la propagande ? C'est entièrement faux ! La grandiose réussite des Jeux de Berlin a magnifiquement servi l'idéal olympique. [...] Il faut laisser s'épanouir librement l'Idée olympique et savoir ne craindre ni la passion ni l'excès qui créent la fièvre et l'enthousiasme nécessaires. [...] On s'inquiète en France de ce que les Jeux de 1936 ont été éclairés par la force et la discipline hitlériennes. Comment pouvait-il en être autrement ? Il est éminemment souhaitable, au contraire, que les Jeux entrent ainsi, avec ce bonheur, dans le vêtement que chaque peuple tisse pendant quatre ans à leur intention...»

Revue de presse

Supporteurs du PSG ou de l'OM, admirateurs du XV de France, téléspectateurs du week-end, ne lisez pas ce livre : vous vous feriez du mal inutilement. Marc Perelman y démolit à coups de hache tout ce qui vous fait vibrer et vous transporte. Pour ce professeur d'esthétique à Paris-X-Nanterre, les Jeux de Pékin ne sont même pas un débat : c'est le sport de compétition qu'il condamne, le qualifiant de "fléau mondial". (Robert Solé - Le Monde du 10 avril 2008 )

Les adeptes de la vieille prescription churchillienne «no sport» découvriront avec jubilation sa dénonciation du sport comme dernier projet d'une société sans projet. La force de son réquisitoire est de ne pas faire l'économie d'une dénonciation d'ensemble du «caractère totalitaire-barbare qui est au fondement de la société contemporaine». Associant les qualités de la chouette de Hegel, de la vieille taupe de Marx et du chameau de Nietzsche, Marc Perelman s'emploie à généraliser l'inquiétude chez l'adversaire...
Cet héritier singulier des théoriciens de l'École de Francfort cogne fort et clair. (Sébastien Lapaque - Le Figaro du 3 juillet 2008 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
"Le vrai sport n'a rien à voir avec le fair-play. C'est plein de haine, de jalousie, de vantardise, de non-respect des règles et d'un plaisir sadique à regarder la violence; en d'autres mots, c'est la guerre, sans les coups de feu" (Georges Orwell).

Marc Perelman, approfondit dans cet essai sa réflexion sur les dérives totalitaires et "néofascistes" du sport. Le Sport barbare, n'est pas seulement une tentative de démystification du spectacle sportif, cette "vraie religion du XXIe siècle" et de la "modernité décadente", c'est surtout le dévoilement de l'"économie pulsionnelle" qui l'étaye. Perelman analyse, de manière stimulante, les engouements sportifs contemporains à la lumière d'une entreprise de "régression collective" de l'imaginaire vers "des stades infantiles archaïques et narcissiques". Sport barbare, démonte l'obscénité du "spectacle sportif contemporain" qu'il qualifie de "sporno". On reconnaîtra que ses piques sur le dopage, l'abrutissement de la jeunesse, "la civilisation du travail sportif" et la négation de l'homosexualité masculine chez les athlètes touchent juste.

Le sport n'est ni un jeu, ni une simple activité physique, car en lui s'investit une vision du monde avec ses "valeurs" : la combativité, l'agressivité, la hargne, la haine, le désir de vaincre, l'obligation de résultats, l'exclusion des "pas doués", la soif d'honneurs, le rendement (et sa longue liste de sportifs cassés à vie), le record (et son adjuvant essentiel le dopage), la productivité (et son lot de laissés-pour-compte).
Lire la suite ›
1 commentaire 8 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?