Acheter d'occasion
EUR 16,69
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Plus d'un million de clients satisfaits. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Prix compétitifs jusqu'à -80% du prix neuf.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La stratégie du choc : La montée d'un capitalisme du désastre Broché – 28 avril 2008

4.7 étoiles sur 5 65 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 40,00 EUR 16,69

Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Présentation de l'éditeur

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS. Qu'y a-t-il de commun entre le coup d'Etat de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnosc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraïb ou Guantànamo - aujourd'hui ?. Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l'avènement d'un "capitalisme du désastre". Approfondissant la réflexion militante entamée avec son best-seller No Logo, Naomi Klein dénonce, dans La stratégie du choc, l'existence d'opérations concertées clans le but d'assurer la prise de contrôle de la planète par les tenants d'un ultralibéralisme tout-puissant. Ce dernier met sciemment à contribution crises et désastres pour substituer aux valeurs démocratiques, auxquelles les sociétés aspirent, la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation. Remarquablement conduite et documentée, cette histoire secrète du libre marché, qui dessine une nouvelle éthique de l'investigation journalistique, s'affirme comme une lecture indispensable pour réévaluer les enjeux des temps présent et à venir, vis-à-vis desquels les citoyens du monde portent, ensemble, une responsabilité impossible à déléguer

Biographie de l'auteur

Journaliste, essayiste et réalisatrice, diplômée de la prestigieuse London School of Economics, Naomi Klein est l'auteur du best-seller international No Logo, traduit dans vingt-huit langues et devenu une référence incontournable dans le monde entier. Elle contribue régulièrement à la rubrique internationale de The Nation et The Guardian, et s'est rendue en Irak pour le magazine Harper's. En 2004, elle a réalisé un film documentaire. The Take, sur l'occupation des usines en Argentine, qu'elle a coproduit avec le réalisateur Avi Lewis

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Jean-paul Lacharme TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 30 avril 2009
Format: Broché Achat vérifié
Je me limiterai à la description des axes principaux de cet ouvrage ambitieux de Naomi Klein qui a déjà fait dans la presse l'objet de nombreux commentaires de la part de gens talentueux. L'objet de l'ouvrage : le choc (et sa stratégie) est une métaphore ou un paradigme : le choc politique, économique, social est à un pays ce que la torture est à un individu. Ceux qui pratiquent cette violence extrême partent de l'idée qu'il faut effacer et déstructurer pour écrire autre chose : "Nous allons vous presser jusqu'à ce que vous soyez vide puis nous vous emplirons de nous mêmes" (G. Orwell, 1984, cité par l'auteur). En fait, c'est faux, bien sûr. Le pays ressort brisé pour des décennies comme l'individu qui parfois meurt ou devient fou. En outre, le choc appliqué au pays implique souvent la torture massive des opposants : il y a donc un lien entre le niveau individuel et le niveau global. NK illustre son propos avec les expériences criminelles d'Ewen Camron de l'université McGill dans les années soixante, expériences financées par la CIA, le programme MKUltra, la méthode Kubark (Partie 1).

Le second fil conducteur qui donne l'unité à l'ouvrage (de la première à la dernière page) est la dénonciation constante de l'idéologie de l'école de Chicago et de son maître à penser Milton Friedman (1912-2006), fils spirituel de Friedrich Hayek (1899-1992).
Lire la suite ›
1 commentaire 98 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Ce livre est une référence au sens strict du terme. Car des références, il y en a. Et là où certains s'ennuient à la répétition des situations tout au long des 700 pages (quand même), je vois personnellement un essai redoutablement documenté et, de fait, un témoignage historique sur la frénésie économique de ces quarante dernières années.
N'en déplaisent aux ultra-libéraux, qui j'espère baissent les yeux à la lecture de cet ouvrage, Milton Friedman et sa clique de Chicago ne sont rien moins que des criminels contre l'Humanité et ils doivent répondre de leurs crimes. Basée sur la théorie fumeuse que le marché se régule de lui-même, les Chicago Boys et leurs élèves ont contribué à piller les ressources, déstructurer des pays, vampiriser les budgets publics à des fins privées, sans parler des méthodes utilisées pour le faire.
Le plus honteux dans tout ça, c'est que ces gens se réclament de la démocratie et de la liberté. Alors oui, on sait tout ça, le monde est fait de désastres et de conquêtes et bla, et bla. Mais il y a une différence entre savoir et comprendre. Aujourd'hui, je me couche un peu moins con qu'hier et je peux donner des exemples concrets lorsque j'engage la conversation avec la majorité des gens dont nous faisons tous partie à l'occasion: ceux qui parlent sur des sujets comme si ils avaient passé leur vie à l'étudier, alors que souvent ils ont juste vu un documentaire ou deux.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 12 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Je ne reprends pas l'ensemble des commentaires postés : j'adhère à la plupart d'entre eux comme à la thèse de l'auteur...C'est d'ailleurs souvent le cas lors d'un achat de livre parlant d'économie, on n'achète que ce qui confirme nos opinions.

N.Klein a vu juste dans sa thèse et les exemples qui l'illustre sont pertinents, solidement appuyés par un travail de recherche qui force le respect. Mais voilà, l'auteur (et donc le lecteur) tombe bien vite dans ce travers typique des essayistes américains : trop de références, tout le temps et c'est redondant, la pensée progresse c'est sûr mais à quel rythme ! La thèse défendue est solide (heureusement après 700 pages de boucles), l'auteur ne fait pas dans l'émotivité ; la neutralité de ton est donc respectée, ce qui est à souligner pour un ouvrage d'économie.

Mais tout de même, entre la tendance française à virevolter d'une idée à une autre (ce qui rend la lecture vivifiante) et celle de Klein à s'appesantir derrière ses retranchements documentaires, un juste milieu doit être trouvé.
Le livre trouvera certainement une bonne réception dans les librairies, la crise aidant, il n'empêche que la thèse et les idées sous-jacentes de Klein ne sont pas neuves.

Les errances théoriques des Chicago Boys seront nettement mieux expliquées chez un J.Généreux ou P.N Giraud, le lecteur pourra alors jeter un coup d'œil à ses conséquences directes grâce aux exemples fouillés de La Stratégie de Choc.
Lire la suite ›
6 commentaires 34 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents