Acheter d'occasion
EUR 0,01
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La terre est plate : Une brève histoire du XXIe siècle Broché – 12 octobre 2006

3.4 étoiles sur 5 12 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 44,80 EUR 0,01

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Pendant mon sommeil

Vos Altesses, en tant que Chrétiens catholiques, et que princes qui aimez et soutenez la foi chrétienne, vous qui êtes les ennemis de la doctrine de Mahomet et de toutes les formes d'idolâtrie ou d'hérésie, avez décidé de m'envoyer, moi Christophe Colomb, dans les susdites contrées de l'Inde, pour voir les susdits princes, peuples et territoires et pour découvrir leurs dispositions et la bonne méthode de les convertir à notre sainte foi ; et avez en outre ordonné que je ne chemine pas vers l'Est par voie terrestre, comme c'est l'usage, mais en passant par l'Ouest, direction dans laquelle nous n'avons aucune preuve certaine que personne soit allé.
Journal de bord de Christophe Colomb, 1492

Personne ne m'avait encore jamais donné ce genre d'indications sur un terrain de golf : «Visez soit Microsoft, soit IBM.» Je me trouvais au premier tee du KGA Golf Club de Bangalore, dans le sud de l'Inde, et mon partenaire de jeu désignait deux immeubles de verre et d'acier qui scintillaient dans le lointain, au-delà du premier green. Le bâtiment Goldman Sachs n'était pas encore achevé, sinon il aurait également pu le montrer du doigt. Hewlett-Packard et Texas Instruments avaient leurs bureaux sur le back nine, près du dixième trou. Ce n'était pas tout. Les marqueurs de tee étaient fournis par Epson, le fabricant d'imprimantes, et l'un de nos caddies portait une casquette 3M. Hors du terrain, certains panneaux de signalisation avaient été financés par Texas Instruments, et l'enseigne du Pizza Hut portait le slogan suivant : «Des gigabits de goût !»
Décidément, nous n'étions pas dans le Kansas. On ne se serait même pas cru en Inde. Etions-nous dans le Nouveau Monde, l'Ancien Monde, ou le Monde à Venir ?
Mon voyage d'exploration m'avait mené à Bangalore, la Silicon Valley indienne. Christophe Colomb était parti avec la Nina, la Pinta et la Santa Maria afin de découvrir un trajet plus court et plus direct permettant de rejoindre les Indes en passant par l'Atlantique plutôt qu'en contournant l'Afrique comme essayaient alors de le faire les Portugais. L'Inde et les mythiques îles des Epices étaient alors célèbres pour leur or, leurs perles, leurs soieries, leurs richesses inimaginables. Trouver un raccourci à l'époque où les pays musulmans bloquaient les voies terrestres menant en Asie était pour Colomb et pour les monarques espagnols un moyen d'accroître leur fortune et leur puissance. En s'embarquant, Christophe Colomb supposait apparemment que la Terre était ronde : il était convaincu d'atteindre les Indes par l'ouest. Il s'était cependant mépris sur la distance à parcourir et croyait la planète plus petite qu'elle n'est. Il n'avait pas non plus prévu qu'il se heurterait à un autre continent. Il appela donc «Indiens» les indigènes rencontrés dans ce nouveau monde. De retour, Colomb put déclarer à ses mécènes, le roi Ferdinand et la reine Isabelle, qu'il pouvait confirmer que la Terre était ronde, même s'il n'avait pas pu trouver l'Inde.

Présentation de l'éditeur

Le monde est devenu plat.
Sans frontières commerciales ni politiques, sous le double effet de la globalisation et de la révolution numérique. Parce qu'il s'est ouvert sous le signe du terrorisme et de la violence, nous pensions le XXIe siècle comme un nouveau siècle de conflits et d'affrontements. Erreur, l'explosion des technologies permet désormais à chacun d'entre nous de se connecter avec le partenaire de son choix pour une aventure commune. Mais attention ! Les vainqueurs de cette accélération de l'histoire ont changé. L'ère de l'Occident triomphant touche peut-être à sa fin. Le centre de gravité du monde s'est déplacé vers les start-up et les entrepreneurs conquérants de l'Asie avec, en première ligne, une Chine et une Inde hyper agressives qui rêvent de nous manger tout crus. Le livre qui a réveillé l'Amérique. Déjà 3 millions d'exemplaires vendus.

«Un essai excitant et très accessible sur la mondialisation... il évoque ce que ce nouveau monde deviendra pour nous tous.»
Joseph E. Stiglitz, Prix Nobel d'économie, The New York Times.

«En tant que meilleur éditorialiste mondial, Friedman possède à l'état pur ce don propre aux journalistes de mettre en lumière les faits et leurs implications. Il met à notre portée la vitesse, la proximité, la complexité et l'enchevêtrement profond de l'économie mondiale, en racontant en détail une quantité d'anecdotes sur la façon dont tout cela fonctionne...»
A. C. Grayling, The Independant.

Thomas Friedman, 53 ans, grand éditorialiste au New York Times, a remporté le prix Pulitzer à trois reprises. Il est l'auteur de trois best-sellers, From Beiruit to Jérusalem (FSG, 1989 - National Book Award dans la catégorie «Essais», considéré comme une approche définitive du Moyen-Orient), The Lexus and the Olive Tree : Understanding the Globalisation (FSG, 1999) et Paix des peuples, Guerre des nations (Denoël, 2003). Il vit à Washington.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.4 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Voici un ouvrage décevant, dont j'avais lu beaucoup de bien avant de l'acheter, et dont la lecture - en diagonale, en une demi-heure - ne m'a rien apporté. Peut-être est-ce dû au très fort décalage entre son titre beau et audacieux, et son contenu assez plat...

L'idée de base, c'est que, XXIe siècle aidant, la terre n'est plus cette planète à la surface variée que nous connaissions, mais un « univers uniforme » où tout se ressemble. Qu'on soit à Tokyo, Paris, Bangalore ou Buenos Aires, on retrouvera les mêmes aliments, les mêmes musiques, les mêmes façons de se vêtir, les mêmes thèmes d'actualité. Pas faux. Cette hypothèse s'appuie sur de nombreux exemples, choisis principalement autour de l'essor des nouvelles technologies et de l'Internet, des réseaux sociaux, des délocalisations en Chine, des centres d'appels en Inde, etc. Bref, une collection de poncifs, qui mis les uns après les autres, ne font qu'agacer le lecteur. Ce qui constitue le corps d'un assez bon article de quelques dizaines de pages, ne peut prétendre à constituer un ouvrage de près de 300 pages.

Bien sûr, Thomas Friedman a raison, la terre est bien devenu plate, mais avons-nous besoin de lire 300 pages de sa prose pour le comprendre ? J'en doute. Sans parler de la traduction en français, qui elle aussi, nous laisse à croire qu'elle a été délocalisée en Inde : parler de « réseau de connectivité à large bande » là où l'expression française est « réseau haut débit », ou parler du « code AJAX », pardonnez-moi, mais cela me fait penser à une traduction réalisée à l'emporte pièce, par quelqu'un qui n'a jamais entendu parler nouvelles technologies en France...

Bref, La terre est plate, et ce livre est creux...
Remarque sur ce commentaire 15 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
C'est curieux comme le qualificatif "roman" revient souvent à propos de ce livre (le site [...] qualifie même la version américaine de "roman en anglais"). Et c'est assez mérité, car ce livre vaut surtout pour la qualité de l'écriture et l'imagination de l'auteur. Quant au fond, il faudrait être bien naïf pour le prendre au sérieux. Friedman multiplie les détails précis avec un soin maniaque - il a de bons documentalistes -, mais ça ne suffit pas à faire un raisonnement. Sa méthode consiste en général à citer deux ou trois propos de personnalités puis à en tirer une règle générale sans autre justification. Résultat : le livre regorge d'idées reçues et de demi-vérités (la presse informatique américaine y a même repéré pas mal de vraies erreurs). Il néglige des pans entiers de la mondialisation, celle de la finance en particulier. Et il réduit pratiquement la mondialisation à un dialogue entre l'Asie et les Etats-Unis : l'Europe, l'Amérique du Sud, l'Afrique en sont presque absentes.
2 commentaires 20 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Tout ceux qui ont travaillé un tant soit peu sur la dynamique de l'innovation et la mondialisation savent que la "terre n'est pas plate" et qu'elle est au contraire plus ronde que jamais.
Qu'on lise des chercheurs sérieux comme Richard Nelson, Joel Mokyr, ou chez nous François Crouzet et François Caron.
La mondialisation n'efface pas les différences nationales, elle en fait au contraire des différences sur lesquelles peuvent se construire les nouveaux avantages concurrentiels des nations.
A lire si vous voulez briller dans votre business school, en conversant avec votre voisin dans votre wagon de TGV de 1°, pour vous lamenter des peuples ringards qui ne comprennent rien aux splendeurs de la modernité.
Pour le reste, c'est scientifiquement fantaisiste et c'est à l'économie ce que BHL est à la philosophie.
Donc, effectivement, c'est plat.
Remarque sur ce commentaire 10 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Romur TOP 500 COMMENTATEURS le 27 mars 2009
Format: Broché
Pour comprendre le monde moderne post Mur de Berlin, pour comprendre la nouvelle économie numérique, pour réfléchir aux opportunités et aux menaces qui nous guettent et guettent nos enfants dans cet univers.
Le lecteur européen se sentira frustré par cet ouvrage trop américano-centrique (on peut sauter le chapitre 9), qui n'évoque parmi les pays étrangers que les pays en voie de développement, à commencer par ceux qui menacent la domination américaine comme l'Inde et la Chine. Quelques remarques par ci par là viennent souligner le mépris, ou du moins le désintérêt, de l'auteur pour la « vieille Europe ».

Le livre mérite tout de même d'être lu pour deux raisons majeures :
En dépit d'un optimisme revendiqué, Th Friedman est parfaitement lucide sur les ambiguïtés (chap 4)et les risques de ce monde nouveau, sur son côté parfois destructif au niveau local et au niveau individuel (chap 14), sur l'insécurité qu'il engendre. Son analyse n'en a que plus de force.
La deuxième raison est que Th Friedman ne se contente pas d'une analyse des faits, il prend aussi le risque d'une réflexion sur les adaptations nécessaires au niveau individuel et collectif pour réussir dans ce monde ouvert et plat, et d'un diagnostic sévère sur nos faiblesses. Je dis « nos » car l'Europe et la France peuvent aisément se reconnaître dans les chapitres 7 et 8 qui sont plutôt destinés à un public américain.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents