Acheter d'occasion
EUR 6,58
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le vent des libertés soulevait la terre Broché – 20 février 2008

Rentrée Littéraire 2017 : Découvrez toutes les nouveautés
5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 49,99 EUR 6,47

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Description du produit

Extrait

Dans le soir tombant, les plis de la soutane d'Edme Pitois, qui battaient au rythme de son pas rapide, confondaient leurs reflets aile-de-corbeau à la grisaille dans laquelle se noyaient peu à peu les contours d'un triste paysage d'automne. Un crachin obstiné et froid accompagnait le marcheur depuis le matin. De toutes ces heures passées à cheminer, il n'avait pas réussi à entrevoir le sommet d'une des collines entre lesquelles il allait. Elles auraient aussi bien pu être de hautes montagnes, il n'en aurait rien su. Les nuées grises et lourdes semblaient adhérer aux prés et aux bois qu'il devinait partant à l'assaut de leurs fortes pentes, mais dont les détails se perdaient vite dans l'épaisseur de la brume. L'humidité poisseuse qui en suintait faisait doucement briller les branches nues des arbres et frissonner le pauvre Edme. La cape de toile légère qu'il portait sur sa soutane n'était pas faite pour le protéger des rigueurs d'un tel climat.
L'évêque d'Autun l'avait prévenu.
- Ah ! Il vous arrivera bien de regretter la douceur des coteaux de Saône, lui avait-il dit. C'est pourtant à ce prix que, de vicaire, je vous fais curé à part entière.
En faisant mine de s'absorber dans l'observation d'un coupe-papier à manche d'ébène, seul accessoire ou presque meublant son immense bureau Louis XV dont les chantournures scintillaient doucement dans la pénombre de la pièce aux rideaux à demi clos, il avait eu un sourire presque espiègle qui lui avait donné quelques instants des allures de vieux chat matois.
- À vrai dire, avait-il continué, vous n'aurez pas non plus de vicaire, là-haut. La Rudel n'est pas Buxy. Les revenus de la paroisse vous permettront à peine un sacristain... Et encore... si j'en crois ce que m'en a dit votre prédécesseur, le dénommé Hippolyte Launain qui en fait fonction a besoin... Comment dirais-je ? D a besoin de sentir la main qui le mène ! Voilà, c'est bien ça : la main qui le mène !
Monseigneur avait semblé ravi de l'image qu'il avait trouvée. Il en avait ri quelques instants, puis était redevenu grave.
- Il n'est pas le genre d'homme à qui vous pourrez beaucoup déléguer, si vous voyez ce que je veux dire... avait-il ajouté.
Tenant le coupe-papier par l'extrémité de ses deux index, l'un au bout du manche, l'autre à la pointe de la lame, il l'avait fait doucement tourner du pouce tout en le considérant d'un oeil tout à coup très las et désabusé.
- Quant à vos paroissiens..., avait-il repris enfin sur un ton de requiem... Vos paroissiens... Qu'en dire ? S'il vous faudra garder la main sur ce brave Launain, ne comptez guère la prendre d'ici longtemps sur ces... comment dirais-je ? rudes montagnards ! Cela vous convient-il ? Me fais-je bien entendre ? Ces gens-là, voyez-vous, sont restés semi-nomades... autant dire semi-sauvages. Ils vont et viennent à leur guise avec leurs vaches et bien malin qui leur fera entendre raison. À vrai dire, ils ont toujours été trop pauvres, dans leurs vallées perdues, pour intéresser quiconque. On leur a laissé trop longtemps la bride sur le cou. Je vous mets en garde tout particulièrement contre leurs croyances. Le paganisme, là-haut, n'est pas lettre morte. Vous aurez à veiller en tout premier heu à ce que le dogme de notre sainte Église y soit enfin respecté. Car ce n'est pas le cas actuelle­ment et loin s'en faut. Et encore, cela n'est rien en regard des idées pernicieuses que les tenants de la prétendue république ont semées là-haut. Curieusement, alors que leurs maigres guérets sont incapables de produire deux années de suite de quoi apaiser leur faim, ces redoutables déviances ont trouvé auprès de ces gens une audience tout à fait favorable.

Biographie de l'auteur

Didier Cornaille signe ici son seizième roman. Il est également l'auteur de récits historiques, de guides sur les régions de France et d'un essai où il dénonce l'abandon des espaces ruraux français. Aux éditions Anne Carrière, il a publié Inuksuk (2006), un roman sur les Inuits

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Partagez votre opinion avec les autres clients
Voir les 1 commentaires client

Meilleurs commentaires des clients

le 26 mai 2009
Format: Broché
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?