EUR 63,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Œuvres, IV : Bartleby le ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Œuvres, IV : Bartleby le scribe - Billy Budd, marin et autres romans Cuir/luxe – 25 février 2010

4.5 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Cuir/luxe
"Veuillez réessayer"
EUR 63,50
EUR 63,50 EUR 119,03
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Notre boutique La Pléiade

Notre boutique La Pléiade
Retrouvez des éditions de référence des plus grandes œuvres du patrimoine littéraire et philosophique français et étranger, imprimées sur papier bible et reliées sous couverture pleine peau dorée à l'or fin, dans notre boutique dédiée.
click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Œuvres, IV : Bartleby le scribe - Billy Budd, marin et autres romans
  • +
  • Œuvres, III : Moby-Dick - Pierre ou Les Ambiguïtés
  • +
  • Œuvres, II : Redburn - Vareuse-Blanche
Prix total: EUR 175,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Description du produit

Quatrième de couverture

Entre 1853 et 1856, Melville publie près d'une quinzaine de contes et de courts récits dans des magazines. Certains d'entre eux connaîtront un destin exceptionnel, comme «Les Encantadas», suite de croquis consacrés aux îles Galápagos, «Benito Cereno», inoubliable relation de la révolte d'un navire négrier, et ce qui est sans doute la «tragédie urbaine» la plus célèbre de l'histoire de la littérature : «Bartleby le scribe», dont on n'aura jamais fini d'interroger le mystère, qui est un mystère sans secret. Melville n'en a pourtant pas terminé avec les formes longues. Il travaille à un feuilleton, Israël Potter, tout à la fois biographie (largement fictionnelle) d'un héros obscur de la guerre d'indépendance, réflexion ironique sur l'Histoire et sur l'écriture de l'Histoire, et méditation sur la banqueroute des ambitions humaines : peut-être le plus intimement autobiographique de ses écrits. Israël Potter paraît en volume en 1855, deux avant un roman méconnu, singulier, à découvrir, L'Escroc à la confiance. Trois chapitres y forment une sorte d'«art poétique», et tout y est problématique, du narrateur aux personnages en passant par la construction du sens, qui échoit au lecteur lui-même. L'Escroc est un roman pour notre temps ; il n'y a pas lieu de s'étonner qu'il ait laissé les critiques de 1857 aussi perplexes que l'employeur de Bartleby face à son clerc. Melville n'y gagne pas un penny. Il va désormais se consacrer à la poésie, pendant trente ans - et aux douanes de New York, qui l'emploieront vingt années durant. Il doit lutter pour que ses œuvres poétiques soient publiées. Lorsqu'elles le sont, elles ne récoltent qu'indifférence ou mépris. En 1885 sans doute, peu avant de prendre sa retraite des douanes, il compose une ballade intitulée «Billy aux fers», brève évocation d'un marin à la veille de son exécution pour mutinerie. C'est de ce poème que sortira son ultime fiction... Trente-trois années passeront avant que le livre - Billy Budd, marin - ne soit publié. Dans ce récit intérieur plus encore que dans les autres romans, le «mystère de l'iniquité» est à l'œuvre, et la pureté n'existe que sous le regard de son éternel adversaire, le «diabolisme incarné». Billy Budd sera pendu. Le livre s'achève sur «Billy aux fers» et sur un compte rendu officiel qui dit que l'innocent est coupable. Tel est le monde : apparence et mensonge.

Biographie de l'auteur

Herman Melville est né en 1819 à New York dans une famille d'origine anglaise et hollandaise. À 19 ans, laissant son métier d'instituteur, il fit comme matelot la traversée de l'Océan jusqu'à Liverpool, puis s'embarqua sur une baleinière des mers du Sud. Il ne perdit jamais contact avec les marins. Les voyages divers fourniront à Melville la partie essentielle de son œuvre autobiographique, Typee, Omoo, Redburn, Mardi, La Vareuse blanche. En 1850, réfugié dans sa ferme solitaire, il écrit Moby Dick qui lui apportera la gloire posthume après la Première Guerre mondiale. Quelque temps avant de mourir il complète le manuscrit de Billy Budd, gabier de misaine qui sera publié en 1924. Il meurt à New York en 1891.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par LD COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 19 avril 2010
Format: Cuir/luxe
Six étoiles, c'est possible? Pour l'auteur, un des plus grands romanciers du 19ème siècle, et un géant américain, très connu de nom et pourtant relativement peu lu en France. Pour les oeuvres rassemblées ici en particulier. Pour l'édition, mettant en valeur les textes comme on le fait rarement dans une édition critique. Pour la Pléiade qui montre ici avec éclat ce que cette collection peut apporter au-delà de ses atours luxueux. Six étoiles pour un sommet.

Précisons qu'il s'agit du 4ème et dernier volume de l'édition des oeuvres de Melville en Pléiade. Toutes valent l'achat, mais s'il ne fallait en retenir que deux, ce serait évidemment le titanesque tome 3 rassemblant Moby Dick & Pierre ou les Ambiguïtés et celui-ci. Philippe Jaworski est le maître d'oeuvre de ces quatre ouvrages, et on ne peut que lui tirer son chapeau devant un travail aussi colossal, l'oeuvre d'une vie somme toute - il avait déjà édité sa thèse sur Melville il y a une vingtaine d'années: Melville : Le Désert et l'Empire.

Si vous voulez découvrir Moby Dick, c'est donc dans l'édition en Pléiade qu'il faut le faire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 19 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Cuir/luxe Achat vérifié
Si j’ai acheté ce livre, c’est bien sûr, parce qu’il contient ses romans bien connus comme « Billy Budd » et « Israel Potter » dont la valeur littéraire n’est plus à discuter, et aussi parce qu’on y trouve les « Contes non recueillis » et ‘ « L’escroc à la confiance », nouvelles qu’on trouve difficilement ailleurs, mais surtout parce qu’il inclut « Les contes de la Véranda » et « Bartleby », ce dernier se démarquant du reste comme un OVNI. Je n’ai lu qu’une seule fois ses autres romans. En revanche, je ne sais plus combien de fois j’ai lu et relu « Bartleby », dans sa version originale aussi bien que dans toutes ses traductions, intrigué par l’énigmatique personnalité du scribe. Chaque nouvelle lecture jette, en fonction de l’humeur du moment, un nouvel éclairage sur ce que les critiques appellent « l’énigme Bartleby » sans qu’ils ne réussissent jamais à le déchiffrer ; car j’ai lu presque toutes leurs exégèses et aucune ne m’a satisfait. A force donc de le relire si souvent, l’énigme pour moi n’en est plus une. Il est maintenant clair que pour moi, Bartleby n’est pas un personnage spécifique, mais un archétype symbolisant le monde spirituel, ou le monde des idées dans le sens platonicien du terme, ou encore la réalité indiscriminée dans le sens bouddhique du terme, par opposition au monde matériel de ceux qui vivent dans une caverne, illusoire, tronquée et impermanent, représenté par Wall Street, le cabinet d’avocat et par la faune qui le peuple.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Cuir/luxe Achat vérifié
Quel plaisir de relire Melville dans une sibylle traduction. L'apparat critique est suffisant, juste ce qu'il fat pour intéresser le lecteur sans entrer dans des considérations inutiles qui ralentiraient la lecture. Parfait.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Cuir/luxe
C'était déjà absurde de traduire The confidence man par Le grand escroc ; puisque dans ce roman expérimental avant la lettre, il n'est jamais question d'escroquerie, mais de combinaisons et de mémoire ; alors traduire ce si simple titre par L'escroc à la confiance !!!
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : bibliothèque de la pléiade